Jinzaburo Kô le droit

Aller en bas

Jinzaburo Kô le droit

Message par Jinzaburo Kô le Ven 8 Jan - 14:50

~°Marine°~

~°Présentation du Joueur°~

Prénom : Léonard
Age: 19
Ce que vous aimez: Manga, jeux vidéo, football, musique
Ce que vous n'aimez pas: Les lèches-bottes et les crustacés
Première Impression: Un forum rigoureux et bien fait, cela donne envie Very Happy
Autre : Mon premier Rp
Comment avez vous connu ce forum?: C'est pas ici le scan 570? Suspect

~°Présentation du Personnage°~

Nom :
Prénom: Jinzaburo
Surnom: Jin le droit
Age: 19
Sexe : Masculin
Personnage inventé.

Description Psychologique:

Jinzaburo est quelqu’un de fier et ne croit pas connaitre la peur. Il refuse l’échec et n’accepte aucune formes de faiblesse. Son caractère est difficile à cerner, tantôt clair et direct dans sa façon de parler, tantôt sombre et muet dans les moments importants, Jin est un calculateur.

Il est, pour les autres, quelqu’un d’entièrement mauvais, sa vision du bien est du mal est différente et des valeurs comme l’amitié et la loyauté sont chez lui qu’un moyen pour arriver à ses fins. En effet, il fait preuve d’aucun scrupule et n’hésite pas à rompre des liens pour son propre intérêt.

Cependant, il conçoit que ses idées ne seront acceptées que par l’intermédiaire de résultats probant ; cela ce traduit par une ambition sans limite et fait de lui un être respectueux de ses supérieurs. Son égoïsme n’induit pas le fait qu’il sait travailler en équipe, et malgré son individualisme, il discerne très clairement les avantages des efforts à plusieurs.

Ensuite, il éprouve de la satisfaction qu’en ayant des responsabilités et prend un malin plaisir à détruire les idéaux d’autrui, que ce soit une destruction moral, voir même physique, car Jin aime tuer, ou en tout cas ressent cela comme une manière de persuasion extrême.

Jin reste une personne tourmentait par un passé difficile qui forgeât sa carapace spirituelle, il est donc une personne très difficilement irritable et rarement déstabilisé. Il intériorise sa haine envers les autres. Jinzaburo possède un charisme qu’on ne perçoit qu’après avoir entendu la personne parler, il a par exemple un humour noir assez particulier.

Sa vision de la justice est un peu spécifique, on pourrait la comparé à celle de Rob Lucci, le légendaire chef du Cipher Pol 9, une justice sombre, dont la fin justifie les moyens.


Description Physique :

Jinzaburo est un homme mesurant un mètre quatre-vingt. Des cheveux frisés et court d’un noir de jais, les yeux gris clair et le teint pâle. Sa musculature n’est pas imposante lorsqu’il est habillé. Son corps ne possède aucune marque particulière. Mal rasé, il n’est pas du genre à prendre soin de lui. Il a les mains longues et fines, un petit nez et une bouche aux lèvres minces qui ne sourient jamais.

Il se tient toujours droit et déteste s’asseoir. C’est d’ailleurs un aspect burlesque de son physique, il donne l’impression de se tenir légèrement en arrière lorsqu’il marche tellement sa posture semble rigide. Lorsqu’il tourne la tête pour parler à quelqu’un, c’est tout le haut de son corps qui se tourne en direction de l’interlocuteur et pas seulement sa tête. Son surnom Jin le droit vient plus de cette particularité que de son sens de la justice. Cette façon de se tenir change radicalement lorsqu’il doit combattre ; il devient aussi souple qu’une feuille balancée par les vents et fait preuve d’une agilité remarquable.

D’un point de vue vestimentaire, il est entièrement habillé de noir. Son apparence ne laisse pas de place à l’excentricité, sauf deux particularités, il marche pieds nus et ne sépare jamais de sa paire de lunette de soleil (héritage de l’île estivale).



Histoire :


On peut considérer l’enfance de Jinzaburo Kô difficile, originaire de Water Seven la citée sur l’eau, il fut placé dans un orphelinat de la ville basse dès son plus jeune âge. Il n’a que de très vagues souvenirs de sa maternelle et aucun de son paternel, il sait juste qu’elle fut pauvre, et morte quelque temps après l’avoir placé, son père... un pirate. Le seul héritage de celui-ci est son nom : Kô.

C’est à l’âge de huit ans que la vie de Jin bascula, ce fut lors d’une Aqua-laguna. Après avoir lâchement abandonnée sa famille d’accueil (il planta un couteau dans la main de l’homme de la maison lorsqu’ils étaient à table) la veille de ce terrible jour, il en oublia l’arrivée de la vague et dut se réfugier dans un tonneau situé au bord de la ville basse, autant dire, près de la mer.

Sept jours et sept nuits passèrent, son habitat de fortune vogua aux fils des vagues, défiant les eaux et ses températures glaciales pour finalement s’échouer sur une petite île, l’île de Mînes (île estivale). Un vieil homme le trouva inconscient sur la plage, et lors de son réveil, Jin éprouva une sensation de liberté telle, que depuis ce jour, il se tenait droit et refusa de s’asseoir à longueur de journée.

Le vieil homme vivait seul, à l’opposer de l’unique village de l’île, derrière une colline, il s’appelait Buzen, Jin lui raconta son enfance d’orphelin et lui dit qu’il préférait rester seul avec lui et sa petite île, plutôt que seul avec les autres et leurs repères que Jin ne comprenait pas.

Ce fut difficile, pour les deux certainement, car les années s’écoulèrent et leur comportement semblable ne signifiait pas une entente parfaite, mais Jin était redevable au vieil homme et s’efforçait de lui obéir, leurs querelles quotidiennes étaient souvent dû à la façon ridicule de se tenir de Jin et le fait qu’il ne veuille jamais mettre ses getas.

Jin apprit du vieil homme la rigueur et la discipline, ses difficultés à parler à une autre personne qu’à Buzen persistèrent, mais son abnégation aux corvées faisaient vite oubliée ses lacunes sociales. Il apprit également que Buzen travailla au gouvernement, dans une unité d’espion, selon lui secrète, et qu’il en était le chef avant qu’un certain Spandine eût pris son poste. Evidemment, ces histoires de groupe d’agent secret ayant le droit de tuer avaient le don de faire rire Jinzaburo et celui-ci répété à Buzen le fait que le gouvernement ne ferait jamais ce genre de choses.

Mais lors d’un assaut de pirate complètement ivre, le vieil homme descendit de sa colline où il résidait avec Jin et lui montra l’étendue de ses capacités, l’art du Rokushiki. Jin avait quinze ans, c’est à ce moment-là que Jin compris et demanda à leur retour chez eux s'il pouvait lui enseigner ses techniques. Buzen refusa, et dit à Jin que certaines choses dans ce monde étaient bien trop dangereuses à comprendre et bien trop compliqués à percevoir.

Jinzaburo commença tout de même à s’entraîné seul, la nuit, lorsque le vieux dormait. Au bout de quatre ans, il décida de lui montrer le résultat de ses entraînements. Celui-ci rentra dans une colère noire et chassa Jin de chez lui en prétextant que si il tenait tant que ça à s’entraîné, qu’il aille rentrer dans la marine. Jinzaburo pleura pour la première fois de son existence et éprouva une culpabilité profonde qui lui fit prendre la décision de partir de l’île de Mînes.

Mais le destin décida de rendre la vie de Jin plus douloureuse encore, lorsque cette nuit là, où il se prépara à partir de l’île, un vrai assaut pirate se déroula, l’île fut mise à feu et à sang et Jin fut incapable d’agir, non pas qu’il eût peur, mais il n’en éprouva pas le besoin. Il sortit cependant de son laxisme lorsqu’il vit des flammes s’élevant derrière la colline… La maison de Buzen le vieil homme.

Il arriva malheureusement trop tard et après avoir ignoré sur son chemin une femme et son enfant demandant de l’aide, il eut une vision qu’il garda à jamais dans sa mémoire… Buzen décapité, sa tête tenue dans les mains d’un homme répugnant, le capitaine des pirates. Le capitaine se venta d’avoir tué l’homme pendant son sommeil et se rendit compte de la présence du jeune homme. Jin resta calme et demanda le nom du capitaine, et celui-ci lui répondit gaiement « je suis le capitaine Kô ». C’était son père.

Jin s’enfuit et arriva à s’infiltrer avec succès sur le bateau pirate. Au réveil, les pirates eurent la belle surprise de voir la tête de leur capitaine sur la proue, un sourire forcé à la lame. Un radeau manquait au bateau…
A partir de ce jour, Jinzaburo, lui, ne souri plus.

Une semaine passa et Jin se retrouva à Water Seven, quelques jours passèrent et le voilà dès à présent, prêt à faire les corvées de la marine, quel qu’elle soit. (« Ca sera toujours moins dur que les trucs du vieux »). Car ses ambitions n’ont jamais changé depuis ce jour où il vit Buzen à l’action, il désire maitriser le sixième style et devenir membre du Cipher Pol numéro 9.


Pouvoir/capacité :Technique de combat classique au corps à corps, grande souplesse.
Grade : Homme de corvée
Nom de votre supérieure : A définir


Test RP: En attente



[Merci de m’avoir lu, ceci est vraiment un résumé de son histoire, certaine révélation viendront par la suite, j’espère pouvoir développé son histoire par la suite en RP Very Happy ]


Dernière édition par Acillatem le Dim 10 Jan - 17:20, édité 5 fois
avatar
Jinzaburo Kô
Le droit
Le droit

Localisation RP : Water Seven
Rang/Grade : Matelot première classe

Feuille de personnage
Points de vie:
500/500  (500/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Maître du Jeu au Trésor le Sam 9 Jan - 16:03

Bonjour et bienvenue !

Ton style te permettra sans trop de soucis d'avoir le personnage que tu demandes. Il reste néanmoins quelques erreurs d'orthographe et grammaire qu'une relecture attentive devrait te permettre de corriger.

Tu as fait un natif de water seven, cette ile étant de grand line tu devras au moins atteindre le niveau 4 pour pouvoir y jouer (ou tu démarreras d'un des 4 océans).

Tu peux faire ton post rp et je t'y conseille de développer un peu son infiltration sur le bateau car décapiter un capitaine n'est pas si facile que ça ^^ et essaye, dans l'histoire de développer un peu d'où il connait le CP9 et leur technique !

Bon amusement et bon post rp ^^




Spoiler:
avatar
Maître du Jeu au Trésor
Maître des Berrys
Maître des Berrys

Localisation RP : Partout et nulle part
Rang/Grade : Banquier
Supérieur : La surface

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Jinzaburo Kô le Dim 10 Jan - 4:43

[D'abord merci pour cet accueil et je viens de découvrir le logiciel Bonpatron, c'est super pratique encore merci ^^, voilà mon RP]

Cinq heure du matin, le ciel commençait à peine à s’éclaircir, le soleil était encore loin, mais Buzen était déjà debout, préparant deux tasses de thé et balayant le sol vigoureusement. C’était un vieil homme, petit et mince, avec une calvitie prononcée et des cheveux grisâtres, raides et longs comme de la paille, son nez aquilin était au centre d’un visage marqué par le temps et ses yeux gris clairs dégagés une aura de sagesse marquante. Ses habits étaient modestes, pull orange et pantalon marron usagé, vielle geta abimée aux pieds. Sa petite taille était également due à sa posture, il était penché vers l’avant, le dos vouté et bien obligé de se servir du balai comme appuis entre deux balayements trop fougueux.

La théière laissa échapper un bruit annonçant que son contenu était prêt, le vieil homme se dirigea vers elle et commença à servir la première tasse quand il se mit soudainement à parler d’une voix faible, qui semblait presque inaudible :

« Déjà debout ? » Dit le vieil homme qui remplissait la première tasse. Un jeune homme apparut derrière lui, tenant deux seaux d’eau qu’il posa près de la porte d’entrée.

« Oui, nous manquions d’eau pour la semaine. » Dit le jeune homme d’une voix douce et lente.

« Un prétexte. » Répondit le vieil homme.

« Pardon ? »

« Un prétexte pour t’entraîne derrière mon dos lorsque je m’assoupis. » Lui dit Buzen sur un ton de reproche.

Il fini de remplir la seconde tasse et s’assit, il tendit un des récipients à Jinzaburo et le regarda comme s'il le voyait pour la première fois.

Jinzaburo était grand lui aussi, il venait d’avoir dix-neuf ans et ses cheveux bouclés et cours luisait à la lumière de la seule bougie, presque entièrement consumée posée sur la table où les deux hommes se trouvaient. Ses yeux étaient perçants et sa bouche fine, son nez petit et les joues creuses. À l’inverse de Buzen, il se tenait droit et resta debout, son regard gris s’accommodait très bien avec celui du vieillard.

« Des preuves. » Dit Jin.

« Des preuves ? » rétorqua Buzen en souriant.

« Tu n’as pas de preuves que j’ai volé le médaillon de l’autre folle du village, tu sais bien que c’est plus de mon âge. ».

Jin restait droit et calme, et bu une gorgée de thé avant de reposer la tasse sur la table en vieux bois.

« En tout cas ce thé est toujours aussi mauvais. »

« Tu le savais. »

« Je sais toujours où tu veux en venir, ce n’est pas comme si… »

Le vieil homme l’interrompit :

« Tu sais qui a fait ça n’est-ce pas ? »

Jin ne répondit pas. Cela n’avait pas l’air de déranger Buzen… une habitude.

« La vieille folle comme tu dis, m'harcèle depuis une semaine en me traitant de tous les noms d’oiseaux existants sur Grandline et que ma façon de t’avoir éduqué et aussi catastrophique que…

« Ta façon de faire du thé ? »

Jin ne souriait pas, il restait neutre et bu une autre gorgée, le vieillard lui, ferma les yeux, exténué de devoir entendre ce genre de réplique chaque jour.

« Cela confirme au moins une chose. »

« Laquelle ? »

Buzen semblait fatigué de devoir lui répondre ; il rentrait dans son jeu, comme toujours.

« Que cette vieille est folle

Il fini sa tasse et se dirigea vers la sortie.

« C’est le petit Eiko qui a fait ça, je l’ai vu cette nuit dans le village lorsque que… »

« Lorsque que tu t’entraînais. » Coupa encore fois Buzen.

Jin ne calcula pas et sortit de la maison, le ciel s’éclaircissait de plus en plus vers l’est, l’air était frais, c’était l’hiver sur l’île de Mînes, une île estivale non loin de Redline. Vu de dehors, la maison semblait bien seul au milieu du paysage, d’une part car c’était une habitation plus que modeste et d’autres pars, elle était située derrière une colline, une grande colline verte et vierge. Le seul village de cette île se situait derrière cette colline, le vieil homme a toujours vécus seul, jusqu’au jour où il recueillit le jeune Jinzaburo sur la plage longeant la maisonnette. Leur relation est quotidiennement conflictuelle, mais Jin doit beaucoup à cet homme, c’est pour lui son seul repère dans ce monde qu’il a du mal à comprendre.

Le vieil homme lui fait faire toute sorte de corvée comme allez chercher de l’eau au puits, mais les vraies corvées sont pour lui celles où il doit se rendre au village. Ce matin par exemple, où Buzen lui demanda qu’il aille chercher du poisson frais chez le vieux Sadaie.

Le soleil se lever lorsqu’il arriva au village, un petit village de pêcheur, loin du monde et de ses dangers malgré sa localisation sur Grandline. Arriver devant le poissonnier, il fut surpris par un l’homme qui l’interpella à sa droite.

« Tien M. Kô, vous êtes sortis de votre taudis pour une fois, vous faites encore le chien pour ce vieux fou de Buzen. »

Mais au lieu de tourner la tête vers cet homme du village, il tourna tout le haut de son corps en sa direction, ce qui a le don de faire grossir les yeux de ses interlocuteurs.

« Tien M. Sadaie, pour que vous soyez de si bonne humeur, j’imagine que la pêche a été bonne. » Dit Jin en n’exprimant aucune émotion sur son visage

« C’est ça ouai, fou toi de moi, tu veux quoi ? »

Sur le chemin du retour, il repensa à l’entraînement de cette nuit, il n’arrive toujours pas à maitriser ce déplacement instantané qu’il avait vu un jour Buzen pratiquer lors d’une attaque de pirate, au bout de quatre ans d’entrainement quasi-quotidien toutes les nuits, il n’a pas encore assimilé ce mouvement qu’il désire tant posséder, il sait que parler de cela avec le vieil homme serait suicidaire, celui-ci n’accepte pas que son protégé puisse prendre la voie qu’il pris en son temps et préférerais qu’il vive sa vie en sécurité plutôt qu’aux côtés de personne encore plus fourbe que lui. Cela faisait rire Jin, des personnes plus fourbe que lui… Mais il était si près de maitriser cette botte qu’il se décida enfin à montrer les résultats de son entrainement à Buzen.

Le vieil homme était assit sur une vielle chaise à bascule en train de fumer une pipe d’une taille hallucinante, devant leur maison, il adressa un signe amical de la tête à Jin lorsque celui-ci rentra, Jin ne lui rendit pas. Mais après avoir posé l’énorme sardine qu’il avait acheté chez M. Sadaie sur la seule table de la maison, il se rendit à côté de Buzen et lui dit :

« Lève-toi. »

« Pourquoi donc ? » dit le vieillard derrière un nuage de fumée.

« J’ai quelque chose à te montrer. »

Il se mit à cinq mètres de Buzen et s’assouplit soudainement, son raidissement atypique changeant du tout au tout.

Le vieil homme se leva après avoir posé sa pipe qui se révélait être également sa canne et dit à Jin :

« J’espère me tromper sur ce que tu vas essayer de faire… »

Jinzaburo souri et commença à appliquer sa technique, c'est-à-dire donner un certain nombre de coups avec le pied sur le sol et se propulser dans la direction voulue, la rétine de l’adversaire n’a pas le temps de percevoir ce mouvement ultra-rapide. Jin tapa une seul fois :

S o r u


Buzen donna un coup du tranchant de la main derrière la nuque de Jinzaburo et lorsque celui-ci fut allongé au sol se tordant de douleur, il lui dit avec un regard que Jin ne lui connaissait pas :

« Je ne veux plus jamais te voir… toutes ces années… pour ça… ne t’ai-je pas appris de cultiver ton jardin et de te délester du reste du monde, veux-tu tant mourir que ça ?!Si tu tiens à t’entrainer… va dans cette satané marine ! La maitrise de ces techniques secrètes ne t’ouvrira que les portes de l’enfer Jinzaburo ! »

Il disparut soudainement.

La douleur était intense, autant morale que physique, des larmes coulaient timidement sur ses joues. Cela faisait une heure que Jin était debout devant la maison, totalement absent, perdu dans ses pensées, il voulait comprendre, il voulait savoir ce qui pourais faire autant peur à quelqu’un comme Buzen, il voulait anéantir cette cause s'il le pouvait…Il éprouva également un sentiment qu’il lui était inconnu… la culpabilité.

* Est-ce une sorte d’avertissement ? Un encouragement pour continuer ? M’en veut-il ? * Pensât-il un millier de fois en l’espace de quelques minutes.

Il avait pris sa décision, il partira dès ce soir, il prendra la mer après un dernier adieu à Buzen.

La nuit tombée, son radeau de fortune était prêt et la voile abimé installée. Jin avait longuement réfléchis cette journée là, il ne savait pas naviguer, lorsqu’il sortirait de la zone climatique estival de l’île, la mer serait plus difficile à dompter, l’éternal pose qu’il avait volé il y a plusieurs années indiqué Water Seven, son île natale. C’est là-bas qu’il espèrais commencer à gravir les échelons et essayerai de rentrer dans un Cipher Pol après avoir montré ses talents d’infiltration et de combat lors des concours spécifiques permettant d’intégrer ses unités. Comme le vieux Buzen lui avait tout appris du système, il savait que les Cipher Pol se divisaient en plusieurs catégories, de une à huit, et une neuvième, secrète dont Buzen avait la direction il y a de nombreuses années. Et même si ce Cipher là était destiné à une élite entraînée dès le plus jeune âge, il voulait tout de même s’en approcher le plus possible, c’est toujours ce qui l’a voulu secrètement au fond de lui-même, Jin est prêt à tout pour y arriver. Buzen lui avait également appris l’existence d’un art de combattre dévastateur, et qu’il existait six styles permettant de s’élever au-dessus des êtres communs, mais vu l’engouement du jeune homme pour ces techniques de combat, le sage ne parla plus jamais de l’art du Rokushiki.

Jin se trouvait près d’une baie inoccupée, au moment où il décida de laisser une lettre devant la maison du vieil homme il vit une couleur rougeâtre s’élevait du haut du village, suivi de flammes gigantesques dont la lueur faisaient disparaitre les étoiles. Jin ne bougeât pas, il regardait ce spectacle attentivement et ne sentit pas l’envie d’aller aider les gens se trouvant là-bas, il pensait qu’après tout, si ces personnes étaient incapable de se défendre face à de ridicules pirates, leur sort était entièrement mérité. Mais un éclair d’absurdité le frappa soudain et il tourna sa tête (et le haut de son corps) en direction de la vieille baraque du sage. Un épais nuage de fumée se dégagait de celle-ci et Jin se précipita dans sa direction.

* Ce vieux à intérêt à s’en sortir… je ne lui pardonnerais pas… * Pensât-il lorsqu’il traversa le village, sans se soucier de la femme de M. Sadaie et de sa jeune fille, pris aux pièges sous des décombres enflammées à quelques mètres de lui.

Il esquiva des groupes de pirate en prenant un raccourci le menant cher le vieux Buzen et une fois arrivé sur place il ne sentit plus ses jambes, et fit quelque chose qu’il n’avait que très peu l’habitude de faire, il s’agenouilla, la violence de la scène qu’il avait devant les yeux était trop insoutenable. Une dizaine de pirates étaient présent tout autour de l’habitation en train de rire à gorge déployée et un homme se tenait en leur centre, tenant la tête d’un vieil homme, ensanglanté.

« C’tais trop facile capt’aine ! » dit un des pirates au physique impressionnant.

« Ouai t’es sûr qu’on s’pas gouré ? » répondit un autre, beaucoup plus petit.

« Fermez là ! » Dit un homme barbu, grand, laid, ayant un visage tellement boursouflé qu’on avait du mal à distingué ses yeux. « Et que je vous entende pas jacasser dans mon dos pendant le retour, c’est d’jà pas glorifiant de travailler pour ces enfoirés de la… »

Mais un cri soudain les arrêtas, c’était Jin qui fonçait droit sur le groupe de pirate et leur capitaine.

« Laissez-moi faire ! » dit le pirate au physique chétif. Il sauta soudainement et stoppa la course de Jin à l’aide de sa jambe et le plaqua au sol avec une facilité déconcertante avec son autre jambe.

« Tiens tiens… je me disais bien que le vieux cadavre vivait pas seul. » Le capitaine s’approcha alors de Jinzaburo, qui était encore à terre, retenu par le petit pirate.

« T’es qui toi pu… »

« Je suis le capitaine Kô. » Dit-il, dans un grand sourire, montrant des dents jaunies par la vie de hors-la-loi.

Le capitaine semblait dévisager Jinzaburo.

Jin compris, il était orphelin, mais savait que son père était un pirate... son père qui avait lâchement abandonné sa mère était là, devant lui… Les pirates se mirent à rire. Il fit faire à la tête du vieil homme décapité un mouvement de balancier au-dessus de Jin.

«A trois… tu t’endormiras… pour toujours… Un… »

Jin devait agir, que pouvait-il faire ? Il était pris au piège, plaqué au sol, dans l’incapacité de bouger…

« Deux… »

Jin trouvait cela tellement pitoyable, incapable de faire quoi que ce soit alors que son père sortit une dague, recouverte du sang de Buzen

« Tr… »

« Capitaine ! » L’interrompit un de ses hommes venant du village. « Un vaisseau de la Marine, faut se cassé ! C’est pt’être l’enfumeur ! »

« Que… »

Jin profita du relâchement du petit pirate le bloquant pour lui asséner un coup dans les parties génitales de celui-ci qui s’effondra à terre. Il en profitât également pour s’enfuir à toute vitesse, il ne se retourna pas.

« Laissez-le, on a fait c’qu’on avait à faire, on se tire d’ici ! »

Jin n’avait qu’une seule idée en tête, tué son propre père, il avait repéré le bateau pirate du haut de la colline et se dirigeât vers la baie où celui-ci était ancré. Il devait trouver un moyen de monter à bord, et profiterais du sommeil du capitaine pour se débarrasser de lui définitivement. Il avait appris à s’assouplir tel un contorsionniste pour s’infiltrer dans les maisons du village et y voler de la nourriture quand celle-ci venait à manquer ou des objets de valeur. Il plongeât alors dans la mer et se servit de la corde de l’ancre pour s’introduire dans le bateau, par chance, aucun pirate n’était encore revenu :

" Il devait finir de piller le village." Pensât-il.

Il jeta le peu de bouteille de rhum qui restait au fond d’un tonneau et se cacha à l’intérieur.

Les heures passèrent, il entendit pendant ce temps tout le bonheur que les pirates ont éprouvés en pillant l’île et en tuant des gens innocents, ce n’est pas cela qui mit Jin en colère, c’était plus son incapacité à pouvoir tous les éliminer et le souvenir d’avoir vu son père spirituel décapiter.

Lorsqu’il n’entendit plus aucun bruit, il sortit du tonneau et se redressa immédiatement, il n’était jamais monté sur un bateau, quel qu’elle soit. Il marcha le long de la proue en observant attentivement la structure du bateau lorsqu’une voix roque retentit derrière le mat.

« J’jamais réussi à dormir après un pillage. Les âmes qu’on enlève te hantes, tout tueur l’sait. » Dit le capitaine Kô

Jin ne répondit pas.

« J’sais qui t’es… et sache que jt’aurais pas tué t’à l’heure, j’ voulais t’tester »

« Tu comptes me recruter dans ton équipage c’est bien cela ? »

« T’as tout compris, j’veux rattraper l’temps perdu. »

« Alors ça me vas. »

« Hein ? »

« Ca me vas, j’accepte de faire partie de ton équipage, j’ai toujours rêvé d’être un pirate et parcourir les mers, je t’en veux pas pour la mort du vieux, j’étais prisonnier de lui. »

Son père sourit et lui demanda de l’embrasser, c’est à ce moment, où père et fils était enlacé que Jin glissa à l’oreille de son paternel :

« je n’ai qu’un seul père… et tu vas subir le même sort que lui. »

Jin pris instantanément la dague de la ceinture du capitaine et lui planta dans le ventre. Etrangement le capitaine garda la même expression de satisfaction sur son visage et dit à son fils :

« n’oublies pas de sourire, fils. »

et il tomba, inanimé. Ce n’est qu’au lendemain matin que l’équipage du capitaine Kô se rendit compte… cette journée était la dernière de leurs aventures communes.


Dernière édition par Acillatem le Mar 19 Jan - 19:21, édité 1 fois
avatar
Jinzaburo Kô
Le droit
Le droit

Localisation RP : Water Seven
Rang/Grade : Matelot première classe

Feuille de personnage
Points de vie:
500/500  (500/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Maître du Jeu Rebelle le Lun 18 Jan - 22:18

Alors... Rien à redire de spécial sur ton post rp hormis les mêmes remarques qui t'ont été faites précédemment au niveau de l'orthographe et de l'accord des verbes (tu confonds souvent infinitif et participe passé notamment).

Je propose un petit niveau 4 car ton jeu du personnage est relativement cohérent. Pour le grade, tu auras grand maximum un niveau de sergent même si je vois mal ton perso mener des hommes donc si tu souhaites rester homme de main, je comprendrais parfaitement, du moins pour l'instant, d'après ce que tu as écris ^^

Le maître de jeu qui suivra te donnera la décision définitive ^^
avatar
Maître du Jeu Rebelle
Protecteur de la liberté
Protecteur de la liberté


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Jinzaburo Kô le Mar 19 Jan - 14:43

Je rejoins ton avis sur le fait que mon personnage n’a pas l’étoffe d’un meneur de troupe (pour l’instant), homme de main me satisfait grandement, si le niveau 4 m’est accordé, je ne pense pas rester sur Water Seven bien longtemps, j’envisageais par exemple d’aller sur une des quatre mers, et plus tard travailler dans une équipe (un des ciphers pol ?), ce qui correspond plus aux motivations de mon personnage, c’est vrai que je fait particulièrement attention à la cohérence et j’essai au maximum d’éviter les pièges, merci de l’avoir remarqué ( et pour les fautes de temps, c’est mon gros défaut, je vais rectifier ça ).


avatar
Jinzaburo Kô
Le droit
Le droit

Localisation RP : Water Seven
Rang/Grade : Matelot première classe

Feuille de personnage
Points de vie:
500/500  (500/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Kobby le Mar 19 Jan - 20:39

On est sur la même île au début, c'est tant mieux si on se rencontre. A part cela, bon courage pour ta valid'
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Maître du Jeu sait pas le Mar 19 Jan - 23:44

Bienvenue Jinzaburô, je ne vais pas répéter les dires des précédents GdJ dans la mesure où je suis d'accord avec la plupart des remarques.

En ce qui concerne ton grade et bien il n'y a aucun soucis vu que tu veux commencer au plus bas. En ce qui concerne le CP du gouvernement mondial, aucun problème, on s'organisera en RP pour t'y faire intégrer après quelques temps de jeu (traduction: temps inconnu, mais pas lointain).

Sinon tu commenceras au Niveau 4. Je me charge de te mettre tes rangs et permissions. N'oublie pas de proposer ta fiche dans ce topic.

Longue vie à toi sur Grand Line pirat

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jinzaburo Kô le droit

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum