Armand d'Emyon : Poete

Aller en bas

Armand d'Emyon : Poete

Message par Armand d'Emyon le Dim 15 Aoû - 3:29

~°Pirates°~

~°Présentation du Joueur°~

Prénom:...
Age: 20
Ce que vous aimez:
Ce que vous n'aimez pas:
Première Impression: jaune?
Autres : du bleu aussi...
Comment avez vous connu ce forum?:

~°Présentation du Personnage°~

Nomd'Emyon
Prénom: Armand
Surnom:le Poete, le Masque.
Age:22 ans
Sexe : masculin
Est-il existant ou inventé ? inventé

Description Psychologique ( 5 lignes minimum ):

Pour comprendre qui est Armand il faut d'abord comprendre le traumatisme qui est au cœur même de son existence.
Ce qu'il était avant n'est pas important. Rien ne sert de parler des temps enfuis car ils ne reviennent pas et tout les regrets, les prières et les remords ne suffiraient pas à ramener un mort. Les portes du royaume des défunts ne se franchissent que dans un seul sens hormis pour les croyants et le jour où la vie d'Armand a basculée, il a perdu la foi. Pour la remplacer par une croyance bien plus sombre: celle que les hommes sont capables de tout. Du pire comme du meilleur. Et que le pire triomphe toujours du meilleur.

Armand considère de manière diffuse qu'il aurait du mourir il y a 14 ans. Alors depuis il se dit avec fatalisme qu'il n'est qu'en sursis. Pourquoi alors s'en faire pour une existence qu'il ne maitrise pas? Et paradoxalement à cette idée, ou peut être à cause d'elle, il est tombé amoureux de la Vie. Des plaisirs qu'elle offre et de ceux qu'elle promet. Des merveilles qu'elle renferme. Même si elles ne sont pas pour lui. Enfin, façon de parler au vu de la manière dont il en profite. Une manière comme une autre de rester optimiste en s'oubliant dans une surenchère de plaisirs faciles, entre Luxure, Débauche et Envie qui sont des maitresses aux appâts multiples.

Lorsqu'il arrive on ne le remarque pas forcement. Ou du moins, pas beaucoup plus qu'un autre. Jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche. C'est pour ça qu'il reste souvent silencieux. Armand se souvient d'un temps où il parlait comme les autres. Ou les mots lui glissaient de la bouche sans s'assembler pour former la petite musique. Par moment il se hait pour ça. Mais il est incapable de s'en empêcher désormais. Alors la plupart du temps il en rit -le rire est essentiel pour ne pas devenir fou, ou reste silencieux. Quoique, ne pas devenir fou? Mais la Démence ne l'avait telle pas déjà effleurée du bout de l'aile comme un enfant aimé et chéri?

Pour le masque? Mais voyons, c'était évident. Car qui est il? Un mort a t'il encore droit à un nom ou à une place parmi les vivants? Il n'était vivant que par erreur. Et puisqu'il n'était personne, il n'avait pas de visage non plus. Tel ces poupées de cire ou ces marionnettes de carton. Le masque protégeait. Le masque lui évitait tout ces faux sourires. Il n'était personne. Il est le Masque et le masque c'est Lui.

Ce n'est pas la seule cicatrice qu'il a gardé et c'est une promesse qu'il se renouvelle à chaque fois qu'il se réveille suant et transpirant après avoir rêvé de coups de feu et du bruit d'un corps qui tombe: il découvrira la Vérité. Le pourquoi. Qu'est ce qu'avait découvert son père, ou plutôt, qu'aurait il pu découvrir s'il avait continué dans cette voie là? On ne détruit pas une vie sans raisons veut il croire. Il y en avait forcement une. C'était obligé.

Alors la chose ne se discute pas. C'est pour lui une évidence, une.. fatalité. Le rêve de son père qui pourtant enfant ne l'intéressait pas est devenu le sien. Il retrouverait la Partition du Démon et, l'air qui y était inscrit, le monde entier l'entendrait. Partition pour quatre instruments. Faudrait trouver les musiciens par contre. Ça risquait de ne pas être triste cette partie là. Armand en riait d'avance. Un jour oui, un jour. Son Ego s'enivrait à cette pensée. Sauf qu'en attendant ce n'était pas une chose dont il fallait parler, la leçon avait été marquée au fer rouge dans son esprit.

A part ça le jeune d'Emyon a de gros problèmes pour tout ce qui est du domaine de la rancune ou de la haine. Sauf pour les gens qui assassinent la langue ou la musique, mais ceci est une autre histoire. Quelque chose est mort en lui en même temps que son père pense t'il parfois. La vengeance? Il n'y a jamais pensé. N'a jamais envisagé cette éventualité. Non, une seule mélopée lui trône dans la tête et ce n'est pas la voie du sang.

Mais, alors même qu'il aurait tendance à se mettre lui même à l'écart des autres, bien trop solitaire et méfiant pour son propre bien, il est victime d'un besoin de compagnie perpétuelle, pour tenter d'éloigner le spectre du Silence Éternel. Sauf si... Sauf que…. il existe une chose qui lui permet de tout oublier. Sur laquelle il ne transigera jamais malgré tout les paradoxes dans lesquels il s'enferme: c'est la Beauté des mots, la Musique du verbe, la Poésie du langage. Armand restera subjugué devant un beau parleur ou un orateur doué. Vraiment, c'est plus fort que lui. Comme il le dit lorsqu'il est ivre, la poésie est sa malédiction, et aussi la plus belle chose au monde. Tout comme la musique qui est un langage sans paroles. Rédemption et Châtiment à la fois. Rédemption parce qu'il n'existe rien de plus beau et Châtiment parce que jamais plus il n'en sera libre. Il l'aime et il la hait en même temps..

Description Physique ( 5 lignes minimum ):

Richement habillé, Armand promène sa mince silhouette du Théâtre au bar, et du bar à la demeure de sa maitresse ou au bordel ou à l'Opéra ou tout autre endroit illuminé de lumière. Le doux tissu de ses vêtement est doré et bleu et pourpre. Ou d'argent et d'ébène. La coupe en est toujours impeccable et la chemise qui apparaît lorsque sa veste s'entrouvre est sans la moindre tache. Les bottes claquent sur le pavé et seul un observateur attentif remarquerait que le cuir souple commence à vieillir.

Il déambule léger et insouciant. Hésite parfois à un embranchement. Oh, pas longtemps bien sur. Le jeune homme fini toujours par choisir une direction au hasard, haussant les épaule, peu intéressé au fond par là où il va. Sa longue chevelure sombre tombe sans restrictions dans son dos; oscillant au grès de ses pas.

Quel age a t'il? Nul ne le sait car son visage est un Masque. Masque de plâtre ou de porcelaine, Masque d'acier ou de velours, il change au grès de ses envies et de ses humeurs. Parfois il laisse entrapercevoir le bas d'un visage et des lèvres minces dont le sourire paraît plus ironique que réel. Par les fentes du masque, deux yeux très clairs. Impossible de dire si c'est de la Démence qui leur donne cet éclat.

Il laisse les esprits s'interroger sur le pourquoi. Certains ont imaginé une maladie terrible, d'autres une laideur monstrueuse. Le Poète se contente de laisser dire, ne retirant son masque que dans le plus profond de l'intimité auprès des femmes qui partagent ses nuits.

Sa voix aurait pu donner des indications sur ce qu'il était, ses sonorités un peu basses et parfois rauque, comme quelqu'un qui aurait pendant très longtemps perdu l'habitude de parler si l'attention de ses interlocuteurs n'étaient pas focalisée sur une chose lorsqu'il parle: il ne s'exprime qu'en alexandrins ou en vers. Il est le Poète. Malgré lui.

Pouvoir/capacité : Neant?
Grade : poete et musicien
Nom de l'équipage : poete à vendre, pas cher pas cher
Fonction au sein de l'équipage : un peu de poesie dans ce monde de brute?

Histoire ( 30 lignes minimum ): Registre des naissances de la ville d'Emyon:
Le 13 juin – Naissance à 22h16 d'Armand Stampire, Fils de Kaith et Nathanael Stampire
---------
Enfant, Armand s'était toujours demandé pourquoi sa maman reprochait à son papa ce qu'elle appelait son obsession, sa lubie. Il s'interrogeait sur ces long conciliabules que tenaient ses parents après qu'on l'eut mit au lit et dont son papa ressortait en soupirant l'air très las et souvent sa maman en pleurs.

Les grandes personnes étaient parfois bizarre mais tout allait bien pour lui parce que sa maman et son papa étaient les gens les plus formidables au monde et qu'ils l'aimaient. C'est pour ça aussi qu'il ne comprit pas bien quand après une énième dispute sa maman déclara qu'elle en avait assez et qu'elle partit avec un danseur de flamenco qui était de passage en ville. Maman avait toujours aimé la danse.

Armand resta avec son papa qui, musicien renommé se plongea plus encore dans ses recherches. Le petit garçon aimait bien venir s'installer dans son bureau et bouquiner à ses coté. Son histoire favorite restait celle du joueur de flute d'Hamelin, celui avec les souris. Son papa avait insisté pour qu'il apprenne la flute traversière et il allait deux fois par semaine chez son professeur à la ville toute proche. Nathanael faisait parfois un curieux sourire en entendant son fils travailler. Après tout, il fallait un flutiste dans la partition.

Parfois le soir il lui expliquait ce qu'il recherchait avec des mots d'adultes dont le petit ne comprenait pas la moitié mais qu'il écoutait sagement. A son age, on ne se souciait pas franchement d'une partition perdue mythique, quand bien même celle ci relèverait du siècle perdu.

L'enfant avait 8 ans quand l'incident se produisit.
Un matin on vit débarquer sur l'île un bateau de la marine. L'homme qui commandait le navire s'enquit poliment de la demeure de la famille Stampire. On lui répondit sans méfiance qu'elle se situait à la sortie de la ville et il parti dans cette direction après avoir remercié pour les indication. C'était certainement un type distingué se dirent ses interlocuteurs. Un haut gradé pour avoir autant de maintient. Personne ne s'interrogea sur le nombre de soldats qui l'accompagnaient, un peu trop grand pour une simple visite de politesse, après tout le musicien était quelqu'un de bien et d'apprécié, un homme courageux pour élever seul son fils après le départ de sa femme.

La fumée apparue quelques heures plus tard... Suivie par le gradé qui retournait à son navire. S'arrêtant juste quelques instants, il déclara tranquillement au maire qui commençait à rameuter des gens pour aller éteindre l'incendie que Nathanaël Stampire avait été exécuté pour haute trahison mais qu'il se félicitait que le village ne fut pas complice. Puis sans prendre garde au visage estomaqué de son interlocuteur, le marine retourna à son navire qui leva l'ancre.

On ne retrouva le gamin que deux jours plus tard.

Assis par terre à moitié terré sous un rocher il serrait ses genoux entre ses bras. Sans rien dire. Ses traits tirés, ses yeux cernés de noir et la terre qui maculaient ses vêtements étaient assez de preuve qu'il avait passé les deux jours dans un état d'égarement total. Il semblait complètement hagard, anesthésié. Quand après une longue nuit de sommeil et un repas il sembla recommencer à réagir un petit peu aux stimulis extérieurs on lui demanda ce qui s'était passé. Armand ouvrit la bouche comme pour répondre, mais rien ne sortit. Alors il la referma et n'adressa aux adultes qu'un regard vide. Le cadavre noirci de Nathanaël Stampire fut retiré des décombres de sa demeure et il fut enterré à la va vite dans un coin du cimetière. L'enfant assista à la cérémonie sans verser une seule larme, sans paraître vraiment être là. Certains murmurent qu'il avait du perdre l'esprit.

Même si le musicien avait été apprécie de la communauté, personne n'oublia la menace implicite et donc aucun foyer ne se proposa pour prendre en charge Armand. Ce dernier fut envoyé à une île voisine pour y rejoindre l'orphelinat. Avant son départ le maire lui remit une bourse bien garnie en expliquant que c'était ce que son père avait déposé à la banque et qui lui revenait donc de droit puis il l'accompagna jusqu'au bateau.

Quand l'île disparue de sa vue, Armand n'avait toujours pas prononcée le moindre mot. Il emportait avec lui la bourse, un sac avec quelques vêtements, un mot pour le directeur de l'orphelinat et sa flute, retrouvée miraculeusement intacte.
La lettre disait simplement que le gamin s'appelait Armand, qu'il n'avait plus de famille et que personne n'avait les moyens de s'occuper de lui. Sans plus d'informations.
On lui colla donc comme patronyme d'Emyon qui était sa ville natale et il rejoignit la meute bruyante des gosses de l'orphelinat. Durant les 7 années qui suivirent, il n'émit pas un son. Sauf dans son sommeil les premiers temps car il se réveillait (et réveillait ses voisins) parfois en hurlant lorsque les cauchemars se faisaient trop réels.
Il paraissait vivre dans sa bulle, creusant un fossé invisible entre lui et les autres. Toujours obéissant, sage, de manière à ce qu'on ne puisse rien lui reprocher mais sans jamais s'intéresser non plus à ceux qui l'entouraient. Son regard passait sur eux sans les voir. Les seuls moments où il paraissait s'animer était ceux où il fermait à demi ses yeux pour se concentrer sur sa flute et les sons qu'il en tirait.

Cette pseudo vie aurait pu continuer jusqu'à sa majorité si l'un des adultes responsable des enfants n'avait pas craqué et un jour emmené l'adolescent à l'écart pour lui dire ce qu'il pensait sur son comportement inadmissible. Que les personnes l'entourant étaient également des êtres humains digne de son respect et non du mépris diffus et de l'ignorance dans laquelle il les maintenait. Qu'un comportement acceptable de la part d'un enfant ne l'était pas de la part de quelqu'un qui s'appretait à entrer dans l'age adulte. Après tout, il avait 15 ans. Armand fit alors la chose la plus incongrue qui soit: il répondit d'une voix rauque, peu harmonieuse, comme quelqu'un qui redécouvrait l'usage de la parole.

Et pourquoi leur avis devrait il m'importer?
Et dites moi aussi pourquoi cet intérêt!

L'autre en resta bête. Avant de se rendre compte que LE muet de l'orphelinat venait de lui parler, de lui répondre.Ledit ex-muet lui froncait les sourcils. Mais que venait il de dire? Qu'est ce qu'était cette façon de parler?

Qu'est ce cette idiotie? Pourquoi je parle ainsi?

Et ça continuait... il soupira.

Le cauchemars continue je suis vraiment maudit.
Parler ne sert à rien je préfère le silence.


Non, vraiment génial. Comme si ça ne suffisait pas déjà d'être une incongruité de par son existence même...
L'homme qui lui faisait face se remettait lentement du choc. Et curieusement, trouva que l'adolescent morose qui lu faisait face lui rappelait bien trop son propre petit frère. A compter de ce jour Edouard le prit sous son aile et décida de montrer à ce jeune bien trop secret la valeur de la vie. Il l'emmena au théâtre, au restaurant, à l'opéra, au bals et au fêtes de la ville. Il fut témoin (et même instigateur) de sa première cuite et le ramena jusqu'à l'orphelinat en se moquant de lui tout le long du trajet.
En sa compagnie Armand découvrit et appris à aimer ce que la vie avait à offrir de plaisirs, à en user en et abuser. Volontiers tricheur Edouard s'assura que son protégé saurait lui faire honneur aux cartes.

Armand s'était remis à parler et son ainé cessa bien vite de le taquiner là dessus voyant le mutisme dans lequel il s'enfermait à la moindre réflexion à moins qu'il ne le rembarre brusquement. Il ne parla jamais non plus de sa vie avant l'orphelinat, se contentant d'éluder le sujet lorsqu'on l'interrogea.

A ses dix huit ans, le directeur le fit chercher et lui annonça qu'il était libre de partir. Il lui remit également ce qui restait des économies de son père et lui souhaita bonne route. Armand fit ses adieux à son grand frère adoptif et après avoir promis de lui donner des nouvelles prit la mer.

C'est en accostant après la traversée que mu par un curieux sens de l'humour, il se rendit dans une boutique et y acheta son premier masque. La sensation d'étrangeté qu'il lui procurait au départ fini par disparaître au profit d'un certain confort. C'était facile de porter cet autre visage, ça facilitait tout..

Il se demanda souvent par la suite quel était son rapport avec son masque. Était ce un jeu ou un piège auquel il s'était fait prendre. Celui de la facilité. Le masque cachait il encore quelque chose ou bien s'il le retirait devant un miroir ne verrait il qu'un grand vide... .

Et le Poete reprenaiT sa danse. Les économies paternelles étaient passées en tenues et masques et fastes. Et bientôt il n'en resterait rien. Tant pis, au moins cette lumière artificielle lui avait permis de rêver quelques temps.

Test RP: Attendre le feu vert d'un admin


Dernière édition par Armand d'Emyon le Lun 16 Aoû - 18:06, édité 2 fois
avatar
Armand d'Emyon
Le Poète
Le Poète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Kobby le Lun 16 Aoû - 4:25

Je suis étonné que personne ne soit venu te faire le moindre commentaire sur ta fiche, alors je vais corriger ça.

D'abord, bienvenue sur le forum. On s'est déjà parlé, mais là c'est officiel (note le tampon en bas à droite de l'écran). J'ai lu ta fiche avec beaucoup d'intérêt et surtout de plaisir (sachant qu'à un moment ou un autre tu auras la sagesse de rejoindre le corps des marine (ou pas)). Ton histoire est, sans être spécialement originale, bien écrite (on ne compte plus les personnages dont un méchant marine a tué la famille). J'imagine qu'il y a une suite de prévue parce qu'un blanc de 7 ans ferait un peu trop (à part pour un perso qui a 144 ans). En tout cas bonne chance pour ta fiche et si tu as une question à poser, ne la pose pas à William Morgan.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Armand d'Emyon le Lun 16 Aoû - 18:10

Un méchant marine?
Mais non, rien qu'un officier qui a fait son devoir sans animosités en plus. Le siecle perdu c'est quand meme pas tres bien vu des autorités. La preuve, s'il avait été méchant Armand serait mort. Il n'a rien contre les marines. Bon ok, il n'a rien contre personne mais quand meme...
L'important est que ce soit agreable à lire.
avatar
Armand d'Emyon
Le Poète
Le Poète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Monkey D. Luffy le Lun 16 Aoû - 21:59

Hello, bienvenue à bord Smile

Très sympa comme fiche, la lecture est plaisante et ton style qui va droit à l'essentiel est original.

Eventuellement tu pourrais apporter deux-trois descriptions des gens et des décors, d'autant plus que c'est un personnage porté sur l'apparence entre ces habits et ses masques, ça permettrait de mieux se représenter certaines scènes ou personnes ( surtout Edouard en fait ^^ ).

Autre question : pourquoi pirate ? Armand a l'air du genre civil à première vue.

Voilà, pas grand chose d'autre à demander, si c n'est un test RP que j'attends avec impatience.

Bonne chance pour la suite Smile
avatar
Monkey D. Luffy
Mugiwara Kiki
Mugiwara Kiki

Localisation RP : Water Seven
Rang/Grade : Capitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Maître du Jeu de Loi le Dim 22 Aoû - 9:27

Tu peux rédiger ton test RP : feu vert. Ta fiche sera ensuite évaluée dans sa globalité.

Si tu souhaites postuler dans un autre camp, envoie moi un MP et je déplacerai ta fiche. Comme l'a signalé Luffy, ton perso fait plus Civil que Pirate.

Bon jeu à toi et bienvenue sur OPR.
avatar
Maître du Jeu de Loi
Avocat du diable
Avocat du diable


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Armand d'Emyon le Mer 25 Aoû - 1:15

La chambre était plongée dans la pénombre. La seule source de lumière consistait en un trait de lumière grise qui filtrait par le volet. Il faisait tiède dans la chambre et seules deux respirations venaient en troubler le silence. Un bureau dans un coin de la pièce était presque vide, sans rien de ce fouillis caractéristique des lieux où l'on vit. Une chaise où reposaient des vêtements abandonnés et un masque lui tenait compagnie. Dans le grand lit qui occupait la majeure partie de l'espace deux corps reposaient côte à côte. La première silhouette, plus grande que la seconde était à demi appuyée contre l'un des montants. Malgré le peu de lumière il était clair que le regard de l'homme ne se détournait pas de sa compagne.

Tristesse, regrets, sentiments qu'ils tentait de repousser alors qu'il contemplait le corps alanguis de Tylia. La main d'Armand s'aventura vers elle et il effleura du bout du doigt l'épaule de la femme endormie. Il pouvait presque sentir malgré tout la peau tiède et douce de sa belle frémir sous son contact. Comme fasciné, il se pencha un peu plus, laissant glisser sa main un peu plus bas comme pour souligner le petit dôme de chair qu'il avait caressé et mordillé plus tôt dans la nuit. Son pouce titilla un mamelon, arrachant un petit grognement à la femme endormie. Dieu qu'elle était belle! Abandonnant à regret la poitrine de sa Venus de la nuit il remonta vers son visage.
Le Poète admira quelques minutes le doux ovale de son visage. Les traits n'étaient pas les plus fins qu'il soient mais cela lui avait suffit. Les lèvres charnues avaient aimé taquiner les siennes et s'était faites chaudes et passionnées. Sa respiration régulière devait être le signe que ses rêves à elle ne la perturbait pas et il ne savait s'il devait s'en réjouir ou non. Oui bien sur, quelle question. Il ne pouvait pas non plus lui demander de se troubler plus que ça de son départ. Après tout elle avait refusé de l'accompagner. A quoi s'était il attendu au fond? A une déclaration d''amour? Au moins en voilà une qui ne se leurrait pas sur ce qu'il était... Il l'avait toujours su qu'elle ne le suivrait pas. Il n'avait pas le droit. C'aurait été trop beau pour lui. Enfin, pour ce qu'il était hein pas pour qui il était. La différence était infime et pourtant portait en elle toutes les contradictions de son être. Edouard l'avait réconcilié avec le qui des années auparavant. Alors pourquoi ce pincement au cœur lorsqu'il la contemplait?
Il laissa ses doigts repousser avec douceur une petite mèche rebelle, finissant de dégager son joli visage. Les taches de rousseur qui parsemaient la peau claire étaient invisibles mais il lui suffisait d'un effort minime pour se les représenter. Puis, avec regret il éloigna sa main. Leur étreinte avait laissé sur ses lèvres un goût amer. Ça avait été son présent d'adieu. Mais elle en avait choisit un autre que lui. Grand bien leur fasse et qu'elle soit heureuse.

Armand se releva en silence. Repoussant le léger drap qui couvrait leurs deux corps, il fit quelques pas hors du lit. L'air était frais trouva t'il loin de la tiédeur de leur couche et il frissonna. Le Poète enfila rapidement la tunique pourpre et le pantalon noir. La veste de velour sombre aux parements dorés retrouva sa place sur son dos. Il enfila les bottes et s'immobilisa dans ses mouvements. Son regard retourna sur le corps nu de sa maitresse. Ses courbes voluptueuses dévoilées par le drap qui ne la couvrait qu'à demi étaient un appel à la damnation auquel il n'avait su résister. Mais elle n'était pas pour lui. Plus pour lui. L'homme sentit comme une boule se former au fond de sa gorge tandis qu'il la contemplait une dernière fois. Enfin, il tendit la main pour s'emparer du dernière morceau de sa tenue, et pourtant le plus important. Le masque du jour était un visage de crépuscule, de deuil. Noir, blanc et argent. Il conviendrait parfaitement.

http://www.veniti-art.com/site.ceramique2009/gm-crepuscule.htm

Et sans regarder en arrière Amand d'Emyon se détourna de Tylia. Ce qui était vraiment difficile se disait il a chaque fois, c'était les premiers pas. Ensuite, cela ressemblait à tout. Séparation, adieux, espérances déçues en d'improbables retrouvailles... Le même schéma se répétait toujours avec pour seules variations le temps passé entre la rencontre et le départ. Au moins cette fois ce n'était pas parce qu'on l'avait surpris dans les bras d'une autre..
Il passa la porte, s'arrêtant à peine le temps de récupérer son sac dans l'entré et se dit avec un sourire douloureux que le ciel s'accordait à son humeur.

La route était longue jusqu'au port et c'est dégoulinant qu'il y parvint. La chaleur partagée n'était plus qu'un vague souvenir pour son corps trempé jusqu'aux os et Armand avait plutôt l'air d'un vague échassier avec ses vêtements qui lui collaient au corps sous l'effet de la pluie. Un héron. Voilà, un héron. Il aurait du mettre un masque au long nez et on aurait pu l'appeler La Cigogne..
Le navire à destination de [**] partirait dans quelques heures. Il savait qu'une base de la marine importante y était située. Là bas il pourrait certainement s'y faire engager. La marine... Mélange hétérogène d'idéalistes, d'imbéciles, de tueurs et d'opportunistes. Comme partout. Oui, c'est là bas parmi eux qu'il pourrait le plus facilement poursuivre les recherches de son pere. Découvrir les secrets cachés. Il devait bien exister des rapports, et ce n'était qu'en s'engageant qu'il avait une chance de les lire un jour. De se rapprocher de ce que personne ne devait savoir. Comprendre. Et s'il devait aller sur Grand Line pour poursuivre son travail, au moins le ferait il avec des gens susceptibles de le protéger. C'était bien là la seule raison pour laquelle il était encore en vie. Poursuivre l'œuvre de Nathanael. Et aussi... qui penserait qu'un détraqueur du Gouvernement Mondial pouvait se trouver dans la marine. Enfin... détraqueur... c'était un bien grand mot.

A me surestimer mes chevilles vont enfler
murmura t'il. Et pourtant au vu de l'estime qu'il se portait son Ego était déjà bien gonflé.Sa voix n'avait jamais totalement récupérée de ces années de silence. Sans doute toujours garderait elle cette petite tonalité rauque. Arrivé au port il se perdit un instant dans la contemplation des milles et unes teintes de bleu que prenait la mer. Il se souvenait l'avoir vue turquoise. Elle était aujourd'hui presque noire. Un véritable décors de théâtre dressé pour lui seul. Détournant son regard de l'océan il s'approcha de la guitoune ou un vendeur barbu se réchauffait les mains autours d'une tasse de café. Les yeux de celui ci se posèrent sur Armand, glissant le long du masque.

-Qu'est ce qu'tu veux?

-Je désire embarquer sur le caribou vert

-'Tant qu'mat'lot ou passager pasque le captain y a comme qui dirait pas franch'ment b'soin -

-Ne cherchez pas plus loin c'est comme passager
Que je veux y monter. Le gite et le couvert
en prime du transport et j'ai de quoi payer.


-Ah ben fallait l'dire plus tôt. L'gite.. Donc une cabine pour l'monsieur. Première ou s'gonde classe? Pour c'qui est d'la boustifaille y a un resto sur l'bateau donc c'est là qu'vous graill'rez.

-Deuxième classe suffira bien largement pour moi
Du moment qu'il y a un lit une chaise un toit.


-Ben vla l'billet. Ca vous f'ra 2000 berrys. L'bateau lève l'ancre dans deux heures.

Armand acquiesça silencieusement, paya et se dirigea directement vers le navire. Inutile de passer plus de temps ici. Il n'avait plus rien à y faire. Non. Plus rien du tout.
Plus tard, accoudé à la balustrade du bateau et sans prendre garde à la pluie fine qui tombait toujours il regarda la côte s'éloigner doucement jusqu'à ne devenir qu'une mince ligne à l'horizon. Le Poète se mit à fredonner à voix basse.

Le temps de l'espérer, la voila disparue
Évanouie dans l'air, fragmence éthérée
Et ce qui aurait pu n'existera jamais
Il n'y a pas d'amour heureux

Un parfum éphémère voila ce qui m'en reste
Un mouchoir brodé et son prénom dessus
Le souvenir preste d'un amour perdu
Il n'y a pas d'amour heureux

Des baisers furtifs, de doux chuchotements
Le souvenir tendre de rêves partagés
Le regret lancinant des serments échanges
Il n'y a pas d'amour heureux

Et voila que le vent m'apporte enjôleur
Le parfum de l'été, le rire d'un ami
Ce qu'il faut de chaleur pour célébrer la vie.
Il n'y a que des amour heureux

Il avait fermé les yeux. La musique pour seule véritable Amante. C'était ainsi qu'il faisait son deuil, comme exutoire, ou expiation de n'avoir pu rester et être celui qu'elle attendait. Qu'il lui disait adieu. Il brisait et ne reparait pas. Même si elle ne le saurait jamais.

-Mais vous pleurez...

Un importun? Pourquoi fallait-il que cette espèce soit si courante? Oh.. de l'eau coulait du masque..?

-Non je ne pleure pas c'est la pluie qui fait ça

-Il ne pleut plus...

Ah oui tient c'est vrai.

L'homme par délicatesse se détourna du Poète et regarda ailleurs avant de s'éloigner...


Dernière édition par Armand d'Emyon le Mer 25 Aoû - 15:27, édité 2 fois
avatar
Armand d'Emyon
Le Poète
Le Poète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Armand d'Emyon le Mer 25 Aoû - 1:21

[**] : nom de l'ile que je preciserait quand je le saurait moi même... tout dependra de l'equipagne où j'embarquerait donc.

Effectivement Armand est un civil bien plus qu'un pirate. La preuve, il envisage tres serieusement de postuler dans la marine en tant que secretaire....
Mais j'attend d'avoir l'autorisation pour le changer de categorie.. ^^'.... certains comprendront pourquoi.

avatar
Armand d'Emyon
Le Poète
Le Poète


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par William Morgan le Mer 25 Aoû - 8:29

/essuie une larme de crocodile puis se mouche bruyamment dans un mouchoir estampillé "True Killer".

C'était beau, emouvant et très bien raconté. Dommage que tu sois une tafiolme de rêveur sinon j'aurai bien voulu de toi à bord. Ton test RP est sublime.

Bravo Poète, tu as su m'arracher une larme.

/me se remouche très bruyamment.
avatar
William Morgan
Red Will
Red Will

Localisation RP : South Blue
Rang/Grade : Vice-Capitaine
Supérieur : Brask Roc

Feuille de personnage
Points de vie:
750/750  (750/750)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Maître du Jeu au Trésor le Jeu 26 Aoû - 23:35

Superbe fifiche ^^

Niveau orthographe et style rien à redire, cohérence superbe.

Ce que j'aurais à " reprocher " c'est que tout est joué sur l'ambiance, c'est ce qui rend ton texte touchant mais il faudra apprendre à faire une balance juste avec les actions qui sont parfois trop noyées dans leur environnement. Je ne retrouve pas de petite touche typiquement One Piece non plus mais je t'accorde qu'avec un tel personnage ce n'est pas évident.

Aussi, je vote pour un lvl 6 te concernant, le 7 n'est pas loin mais il nous faudrait vérifier le côté " en jeu " d'interprétation de ton personnage.

Félicitations quand même, c'était très beau ^^




Spoiler:
avatar
Maître du Jeu au Trésor
Maître des Berrys
Maître des Berrys

Localisation RP : Partout et nulle part
Rang/Grade : Banquier
Supérieur : La surface

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Maître du Jeu de Hasard le Lun 13 Sep - 6:08

Il me semble bien déceler à l'aval du topic
Le post tant convoité d'un Hasard sympathique
Opportun, s'il en est, le guide appréciera
Les saveurs dégagées par ton alléchant plat

Avant tout, globalement, je dois te remercier
Pour cette présentation peu banale et soignée
Il demeure bien des fautes mais sûrement d'attention
Le style séduit tant qu'on mire plus la narration

Armand est un personnage bien plaisant et précis
Pourtant quelqu'éléments me semblent un peu concis
Aussi, l'exécution sommaire par la Marine
N'honore point les manières que la justice anime

Entre les habits, les masques, le mutisme et les vers
Je vois peu de commun tant ton récit enchaîne
Sans même créer de lien entre le ciel et la terre
Ou le fil fut si fin pour ma perception vaine

Plus d'un puriste dira qu'on est loin de One Piece
Ton histoire conviendra à bien plus d'un forum
Quelques détails loufoques affirmant la plateforme
Auraient fait taire les langues que la critique attise.

Il me reste à te dire bon plaisir et bonne chance
Désormais l'univers s'ouvre à tes posts futurs
Gageons qu'en ton talent nous vivrons l'aventure
Du Poète au fruit du démon de l'éloquence




Allons Invité, ce n'est qu'un petit billet d'humeur. HA HA HA HA HA!


C'est moi qui ai la carte au Trésor.


Spoiler:

[08:16:08] * Enarik Santa adule Hasard
[18:59:18] * Sieg von Wilhelm adule Hasard
[22:11:12] @ Edword Boobap : j'te kiffe Hasard
[22:51:49] * Marco idolâtre Thierry
[02:28:16] Morizui Ryuko : King Hasard !
[20:10:46] @ Marco : génial Thierry, magnifique
[20:15:12] @ Edword Boobap : ooooh ! merci hasard ! je t'adore !
[00:47:37] Mildeya Iko : Hasard, toi tu es le Démon!
[02:38:41] Danpachi : Haz', j'suis fan de toi :raid:
[20:24:55] @ Ambassadeur du Jeu Fou : fait un un mini lèche à hasard
[04:54:45] @ Nami : oh, j'ai rêvé de toi Has

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand d'Emyon : Poete

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum