Caitlin Samhain [Validé]

Aller en bas

Caitlin Samhain [Validé]

Message par Caitlin Samhain le Ven 22 Oct - 2:56

.:Présentation du Joueur:.

Prénom : Alexandre
Age : Trop pour le dire
Ce que vous aimez : Mon bel oiseau, rêver, dessiner, écrire, coder, les félins, les chats ! Le chocolat . . . Et la liste est encore longue
Ce que vous n’aimez pas : La tromperie, la malhonnêteté, les fautes que je fais parfoissouvent, enfin je ne vais pas m’éterniser dessus
Première impression : Du sérieux dans la gestion, de l’humour dans les textes, l’inverse fonctionne aussi. En revanche, Il est dommage de ne pas avoir de description pour chaque lieu
Autres : A quel ordre doit on adresser les chèques pour acheter les Maîtres du Jeu ?
Comment avez-vous connu ce forum : Par speed dating, il voulait du cola, je voulais du thé...



.:Présentation du Personnage:.

Nom Samhain
Prénom: Caitlin
Age:19
Sexe : Féminin
Est-il existant ou inventé ? Inventé
Race : Humaine
Pouvoir/capacité : Mémoire Eidétique
Description Psychologique :
S’il était possible de se souvenir du moindre détail de quelque chose que l’on aurait scruté ou bien écouté et donc de posséder une mémoire absolue. Si un tel être possédait cette capacité à quoi pourrait-il ressembler et comment pourrait il s’en servir ? La réponse est délicate mais le mieux est de fournir un exemple en la personne de Caitlin dont la mémoire est eidétique. Car elle possède cet étrange don depuis sa naissance, elle a pu bénéficier en tout premier lieu de son côté positif, une capacité d’apprendre hors du commun qui lui a offert une certaine maturité alors qu’elle était très jeune. Toutefois ce don est à double tranchant, pouvoir se souvenir des bons moments comme si on y était est merveilleux mais lorsque l’on subit une tragédie, cela peut avoir de terrible conséquence. A la mort de ses parents et à cause des dérives de son don l’esprit de Caitlin se fragilisa. La principale conséquence est une addiction à la lecture, somme toute légère à présent mais le tiers de ses bagages au moins est composé à chaque fois de livre. Pour elle l’existence d’un livre vaut au moins celle d’un être vivant. Les tempêtes lui rappellent irrémédiablement la mort de ses parents ce qui peut par moment la couper du monde durant quelques instants. Rien de vraiment dramatique compte tenu de la folie qui n’était pas loin, elle a finit par cicatriser et cela grâce au soin de sa sœur adoptive Mehit et à l’attention de son grand père Dunon.


C’est au cirque que son actuel caractère c’est forgé, apprenant grâce à sa sœur à voir toujours le bon côté des choses et vivre l’instant présent avec le plus d’amusement possible. Elle devint joyeuse, délurée et extravertie, n’hésitant pas à aller auprès des gens pour faire connaissance dans une curiosité quelque peu naïve. Même dans les moments les plus durs notamment lorsque sa sœur fut privée de la vue par des pirates, elle ne perdit son goût pour apprendre des autres et les aider. En revanche elle découvrit une facette plus sombre de sa personnalité, elle était devenue incroyablement rancunière jusqu’à se rendre justice elle-même de façon machiavélique. Mais même en suivant cette voie elle n’atteignit pas certains extrêmes et savoura une vengeance qui ne vit aucun mort et aucun blessé. Ses amis font partis intégrante de sa famille et elle supporte difficilement qu’on touche à l’un de leurs cheveux.
Caitlin est elle un génie ? Elle a de nombreuses connaissances c’est certain et si le génie passe par la découverte d’idées nouvelles ou par des associations que personne ne ferait alors elle est en quelque sorte un génie. Certains auraient plutôt utilisés comme qualificatif : Farfelue, Imaginative, car elle excelle dans l’innovation qui parfois est bancale. A ceci nous pouvons ajouter à son profil psychologique qu’elle a difficilement peur de l’inconnu voir de la mort considérant le caractère explosif de certains produits qu’elle manipule. Malgré son intelligence ce qui est à retenir c’est qu’elle reste modeste et accessible à tous, une originale qui s’amuse par le biais d’expérience.


Enfin nous arrivons au plus « croustillant » c'est-à-dire ce qu’il y a au-delà de l’amitié. Cela en décevra beaucoup mais pour l’instant c’est le néant, à vrai dire elle ne s’est jamais penchée sur la question, elle a toujours été entourée de personnes beaucoup plus âgées et aucun « jeune homme » n’a jamais su l’intéresser à part peut être dans certains ouvrages. Le sujet de l’amour et de la sexualité risquent d’être un terrain de recherche plutôt hasardeux.



Description Physique :
Une silhouette élancée légèrement masquée par une veste noire tel est la modeste introduction d’une étrange scientifique. Félines formes s’unissant en harmonie afin de façonner en douceur un corps d’acrobate, ce dernier reste cependant modeste à d’autres égards tel que sa poitrine quoi qu’au demeurant indubitablement féminin. La générosité passe par d’autres chemins tels que ses lèvres à la pulpe attrayante qui souligne un nez mutin. Son regard est un phare étrange aux reflets vermeil, deux rubis scintillant qui éclairent son rond visage parfois balayé par quelques mèches. Sa chevelure d’un sombre indigo frise légèrement évoquant la fluide course d’un serpent s’aventurant jusqu’à sa nuque.


Sa peau caramel est couverte par une tenue demeurant sensiblement dans un même ensemble. Il y a d’abord sa veste noire plutôt légère mais munie de larges poches aménagées pour transporter du matériel, un motif décore son dos dans un blanc immaculé, d’aspect tribal il évoque de multiples formes félines enchevêtraient dans ce qui semble être une tête de chat souriante. Elle porte cette dernière par-dessus une tunique bleu tirant un peu sur le gris, faisant office de blouse qu’elle garde boutonnée depuis la ceinture jusqu’à sa poitrine pour faire un décolleté et laisser lâche les pans descendant jusqu’aux genoux. Pour des questions d’aisances elle préfère porter un caleçon long anthracite, tirant un peu sur le bleu pour rester dans le même ton. Des chaussettes hautes de couleurs noirs viennent couvrir tout le mollet jusqu’aux genoux et rejoindre le caleçon, dépassant de bottes noires aux motifs rayés verticaux de couleur bleu à nouveau. Deux accessoires viennent compléter sa tenue, une chevalière en or à l’auriculaire gauche représentant le sceau de sa famille, un dragon en ouroboros autour du symbole alchimique du soleil, et la bague de mariage de sa mère à l’annulaire droit, deux dauphins d’argent entrelacés autour d’un diamant.



Histoire :
Le petit ange qui reposait dans son douillet couffin affichait un sourire radieux, manifestation d’une joie remarquablement précoce. Quelques minutes auparavant Caitlin naissait et, confiée aux mains d’une infirmière, son inexorable destin s’approchait.
L’étrange histoire de la rencontre de deux forces radicalement opposés. D’abord la surface du premier objet était striée, des sillons verticaux étaient apposés sur cette texture aux nuances rosées et en s’éloignant ses formes se précisaient. L’autre objet qui partageait son espace aérien était fait de la même texture mais ses détails étaient bien plus différent, plus sombre, plus angulaire, quatre bosses fendant l’air et sur la partie inférieur de cette créature une végétation obscure foisonnait. Le premier objet volant non identifier était la main du docteur Lansberg venu heurter le popotin de Caitlin, quant au deuxième il s’agissait de son karma. Un violent coup de poing qui lui arracha quelques incisives en lui brisant la mâchoire. C’est à ce moment précis qu’il décida d’informer dorénavant les pères de la procédure d’accouchement, surtout s’ils devaient y assister.
En résumé, c’était un réflexe purement primitif d’Aleister nouvellement père qui fut contre toute attente le déclencheur d’un éclat de rire de sa très jeune fille, accompagné de celui de sa femme Laïla.


Caitlin était déjà à l’époque une originale bien plus qu’un simple bébé rieur. Nourrisson, l’intensité de son attention était perpétuellement maintenue, ses petits sourcils froncés lui donnant alors un air loufoque. Et puis un jour, après quelques mois à peine de sa venue au monde, ses parents eurent une dispute. C’était assez fréquent malheureusement, le sujet de leur mariage perpétuellement repoussé faisait souffrir Laïla et tout cela à cause de la famille d’Aleister, un ancien clan aristocratisant de Water Seven qui s’opposait à leur union. La querelle se termina ponctuée d’un « crétin » à l’adresse d’Aleister qui fut surprit de le voir doublé par sa pouponne. Ce premier mot qui en annonçait beaucoup d’autre eut le mérite de détendre l’atmosphère car il semblait rendre hilare leur enfant, qui plus est Laïla pouvait à tout moment prendre sa revanche en déclamant que « la vérité sortait de la bouche des enfants ».
Ce fait ne demeura nullement anecdotique mais les préoccupations du couple empêchèrent de faire la lumière sur la particularité de Caitlin. Découvrant un jour leur chérubin dessinant l’exacte réplique d’un plan de Laïla, le couple se rendirent enfin à l’évidence que leur enfant était bien plus singulier qu’ils ne l’avaient crus. Caitlin était alors âgée de deux ans.


Laïla et Aleister s’efforcèrent de gérer au mieux la soif d’apprentissage de leur enfant de peur qu’elle passa à côté de sa jeunesse. Leur frayeur fut toutefois rapidement rassurée en la voyant s’épanouir comme n’importe qu’elle enfant, elle avait acquit une avance indéniable mais ne se préoccupait guère plus que les choses de son âge. « Une génie dans la famille » voilà qui motiva la famille d’Aleister qui se maria enfin avec sa promise tandis que Caitlin soufflait ses quatre bougies. La famille pu enfin s’épanouir, partageant bien plus de moments de joies que de peines et arriva bien vite les six ans de Caitlin.


Cette année là une violente tempête décida de se faire annonciatrice de l’aqua laguna. Les citadins rejoignaient tant bien que mal les hauteurs en affrontant les éléments et plus le temps passait, plus le danger pour les retardataires se faisait palpable. Laïla et Aleister devaient simplement s’assurer que leur projet supporterait l’ire des éléments avant de chercher leur fille pour se mettre à l’abri. Cependant des incidents sur le chantier s’accumulaient et par conséquent les retardaient chaque fois un peu plus.
L’inquiétude de Caitlin grandissait à chaque minute au point de devenir un poids qui lui pesait sur le cœur. Elle était très mature pour son jeune âge mais ne restait pas moins une enfant et elle ne pouvait s’empêcher d’imaginer le pire, aussi prit elle la décision de partir à la rencontre de ses parents.
La brume, la pluie, le bruit de chacune des gouttes rencontrant le sol et le tonnerre se liguèrent lorsque la barque de l’équipe de Laïla et Aleister rencontrèrent le chemin de Caitlin. Comment pouvaient-ils deviner que l’enfant dans son ciré rouge n’accompagnait pas l’adulte mais lui demandait sa route. La grande aiguille de l’horloge se déplaça d’un nouveau cran avant de sonner tel le glas du destin lorsque, arrivée enfin à leur demeure, Laïla fit le rapprochement entre la fille en ciré rouge et Caitlin. Ils rebroussèrent le chemin en toute hâte mais il était alors déjà trop tard, leur fille gisait sur le sol dans le vestiaire de l’entrepôt, prisonnière de quelques décombres. Ils arrivèrent à la dégager sans peine mais la situation se dégrada lorsque le toit finit par céder, les emprisonnant tout trois dans une cage d’acier et de bois. La petite était victime de la fièvre, la tempête ne leur donnait aucun répit et même avec l’aide inespérée d’une équipe de secours dépêchée par le maire, il fut évident que tous ne s’en sortiraient vivant. L’aqua laguna était bientôt là, les secours repartirent abattus par leur échec quant à Laïla et Aleister, ils se résignèrent.


Cette année là la déferlante fut plus destructrice que les précédentes, il y eut beaucoup de blessés et beaucoup de morts. Les corps de Laïla et Aleister furent dégagés de ce qu’il restait de l’entrepôt, main dans la main, sans que l’océan n’ait pu les séparer. Caitlin fut retrouvée à quelques mètres des côtes dans une embarcation de fortune construite à la hâte afin de la sauver des eaux. Elle n’était pourtant tirée d’affaire car une forte fièvre la faisait souffrir, ainsi la faucheuse réclamait encore son dû ou peut être l’enfant désirait elle rejoindre ses parents. A cause de son état elle n’assista pas à l’enterrement de ses parents et rapidement la question de sa garde fut posée. C’est du défunt couple et de leur testament que vint la réponse, ils désiraient la confier à son grand père maternel, un original, et bien que la famille d’Aleister désapprouvait cette décision, personne n’eut la force de le contester. Quelques jours plus tard Caitlin s’échappait des griffes de la mort, fragilisée et aphasique. C’était le temps des adieux, devant la tombe de ses parents elle éclata en sanglot.


Dunon son grand père était un brillant scientifique qui avait choisit une vie plus modeste et pour certains plus étonnante. Ce que la science lui apprenait il s’en servait avant tout dans des numéros de prestidigitations pour un cirque ambulant. De fait le toit qu’il offrait à sa petite fille était celui d’une roulotte, une demeure inconfortable pour elle qui ne savait comment réagir avec une tristesse presque étouffante. C’était une petite boite sombre et exiguë qui donnait l’impression d’être déjà dans un cercueil et ses premiers jours s’écoulèrent sans quitter cet endroit une seule fois.
Caitlin s’évadait par le biais des ouvrages de Dunon, elle passait son temps à lire des traités, des manuels sur des sujets tels que la mécanique, la chimie, enregistrant la moindre syllabe tel des indications qui la ramènerait sur le droit chemin. Elle se sentait égarée et venir à bout de la bibliothèque de son grand père ne fut suffisant, après quelques mois de lecture intensive elle se sentait toujours aussi perdue.


Dunon espérait que sans nouvelle lecture, Caitlin se trouverait obligée de sortir de la roulotte et ainsi sortir aussi de sa dépression. Beaucoup de monde s’inquiétait pour la petite fille du magicien, certains avaient d’ailleurs hâte de la rencontrer mais elle ne désirait voir personne. La situation empira en quelque sorte, Caitlin s’était mise à tourner en rond dans la roulotte et à trouver des occupations aussi futiles que compter les rides de l’écorce d’un arbre. Dunon craignait à présent que la folie s’empara du jeune esprit alors il demanda conseil à son entourage et fort de l’expérience de ses nombreux amis, il lui acheta un ouvrage. Avant de l’offrir à l’enfant, il eut pour la première fois avec elle une très longue discussion, ou plutôt un monologue en conclusion duquel il lui fit promettre de sortir en échange de l’épais volume. C’était un chantage qu’elle ne pouvait bien entendu pas refuser, elle aurait tout fait pour avoir ce livre en main, un volume à la couverture de cuir épaisse dont les lettres d’or disparaissaient par instant, preuve de son grand âge et d’anciens propriétaires.
Ce livre était différent de tout ce que possédait son grand père, il n’y avait rien de mathématique ou qui demandait une rigueur de l’esprit, cela faisait appelle essentiellement à son imagination. C’était un roman, un conte, une histoire passionnante qui parlait d’elle, une fille qui s’égarait et qui n’aspirait qu’à retrouver son chemin, l’histoire d’une Alice dans quelques contrées merveilleuses. De nombreuses et passionnantes surprises garnissaient le récit au point qu’elle n’arrivait à faire de pause que pour manger et dormir. Lorsqu’elle ferma la couverture de l’ouvrage, elle regretta que l’histoire soit déjà finit mais elle se surprit en train de sourire, ses parents adoraient la voir ainsi et c’est avec cette pensée qu’elle s’endormit.


Lorsqu’elle sortit de la roulotte le vent lui frappa le visage, l’air marin goutta à son corps confiné depuis déjà trop longtemps, c’était plaisant mais un maigre réconfort qui ne l’empêchait d’être effrayée. Elle avait peur de ce nouveau lieu et du regard des gens, espérant secrètement l’arrivée de quelques personnages pour l’aider dans son odyssée. Lentement elle circula parmi les roulottes jusqu’à un petit groupe installé en cercle autour d’un feu de camp. La matinée avait déjà fait la moitié de son temps, certains faisaient une pause, d’autres émergés doucement de leur nuit mais les rires et les discussions allaient déjà bon train. Caitlin tenta de rester à l’abri des regards, elle était une étrangère, une spectatrice qui n’avait rien à voir avec cette communauté mais qui appréciait néanmoins la vision d’une telle convivialité. Alors qu’elle était absorbée par la scène qui se déroulait devant son regard, une jeune fille en profita pour se glisser derrière Caitlin afin de l’observer. Mehit était d’un an son ainée, elle était une enfant très extravertie et ne manquait jamais une occasion de faire une plaisanterie ou bien une bêtise, l’opposée de Caitlin. Ce jour là, après avoir prit Caitlin par le poignet, elle l’entraina dans son monde sans lui laisser la moindre chance de s’en échapper. C’est ainsi que commença une grande amitié entre les deux filles.


Elles furent rapidement surnommées les inséparables, complices dans beaucoup de choses notamment les farces devenues plus élaborées avec l’apparition de Caitlin au grand damne des victimes. Peut être était ce dû au fait que chacune d’elles étaient orphelines que l’alchimie de leur relation était à la fois si forte et si attendrissante. Le caractère un peu sauvage de Mehit s’était adoucie, Caitlin était devenue plus joyeuse et extravertie, chacune subissant l’empreinte de l’autre à force de jouer, parler, manger et dormir ensemble. En grandissant leur apprentissage se poursuivit en symbiose, ce fut Caitlin qui apprit à Mehit à lire et compter et Mehit qui entraina son amie dans son milieu d’expertise, l’acrobatie.
L’apprentissage de l’acrobatie fut laborieux non pas à cause des professeurs mais Caitlin était loin d’être aussi dégourdie que Mehit et il fut heureux qu’elle apprenne très jeune car avec l’âge cela aurait été très difficile voir impossible. A l’âge de treize ans vint le moment pour les deux « sœurs » de se montrer sur la piste des étoiles et d’émerveiller les foules.


Le jour de la première représentation de Mehit et Caitlin, Dunon était le plus heureux des hommes. Il avait le sentiment que le choix de sa fille et de son gendre était loin d’être une erreur comme il l’avait pensé au début de cette nouvelle relation. De plus l’expérience lui avait prouvée que sa petite fille pouvait guérir son cœur solitaire. Le temps passa très vite de son point de vue de vieillard mais il fut comme suspendu lorsqu’un accident mit fin prématurément à sa carrière de magicien. Lors d’une répétition sa main droite fut broyée, Caitlin approchait alors de ses quinze printemps.
Ne pouvant plus amuser les foules, il en vint à se poser des questions sur son avenir et celui de sa petite fille. Bien entendu Caitlin adorait ses activités avec sa complice de toujours, mais Dunon savait pertinemment qu’il y avait une part d’elle-même qu’elle n’arrivait pas à contenter. Elle était perpétuellement en train de chercher, d’essayer de comprendre les choses, elle avait une soif de savoir et de se servir de son don que le cirque ne pouvait étancher. Alors petit à petit l’idée de retourner à son ancienne vie de professeur avait murit dans l’esprit du vieillard, il savait qu’il aurait toujours une place à l’académie de Loguetown mais il connaissait aussi la réponse de Caitlin à la question d’un tel déménagement. Il décida donc d’en parler d’abord à Mehit afin d’avoir son avis sur la question et ce n’est qu’ainsi que Caitlin put entendre raison. Le cœur de Caitlin désirait rester à tout jamais auprès de sa nouvelle famille mais surtout auprès de sa sœur adoptive, cependant Mehit était persuadée que l’adolescente était promise à un plus grand avenir et elle su trouver les mots pour le lui faire comprendre. Caitlin connaissait un nouveau chamboulement dans sa vie mais infiniment plus doux, il y eut une grande fête pour son départ et celui de son grand père, il y eut des promesses, une lettre chaque semaine au minimum et il y eut des larmes.


« La ville où tout commence et tout se termine » était à la hauteur de sa réputation, impressionnante par sa taille et de nombreux aspects. Caitlin n’avait jamais eut l’occasion de la visiter pleinement, avec Mehit elles avaient plusieurs fois voulut y séjourner durant l’arrêt du cirque dans les environs mais on leur avait toujours refusé. A cet instant Caitlin regrettait que son amie ne soit présente mais elle comptait bien lui faire profiter de ses expériences via leur échange épistolaire.
Son grand père qui était ami de longue date avec le directeur obtint un petit appartement de fonction au sein même de l’académie où il pu y résider avec Caitlin. L’examen d’entrée fut une formalité pour elle et lui permit de se faire remarquer au moins auprès des professeurs par son jeune âge et son esprit brillant. Elle était comme un poisson dans l’eau, sa nature facétieuse et joyeuse fit oublier son âge à ses camarades qui furent d’ailleurs surpris de voir une jeune fille aussi intelligente rompre la tradition de l’archétype de l’intellectuelle coincée.


Elle étudia au rythme qui était le sien ce qui voulait dire très rapidement malgré les recommandations de Dunon sur l’utilisation de son don. C’était naturel pour elle mais ses professeurs avaient de plus en plus de mal à la suivre et son cas commença à en angoisser certains. Vis-à-vis des autres étudiants qui devaient travailler dur pour assimiler les cours, sa capacité à enregistrer instantanément finit par frustrer. La solution fut de lui faire changer le plus discrètement possible de cours et de grades aussi souvent qu’elle le pouvait, ce qui revint à lui faire emprunter des raccourcis. Au bout de trois années seulement elle avait cumulée un diplôme en mathématique, un autre en physique, un encore en chimie, un en mécanique pour faire plaisir à son grand père entre autre et le dernier en biologie. Toutefois elle évita soigneusement les sujets de l’ingénierie navale pour des raisons qu’elle seule, son grand père et quelques amies connaissaient. Après avoir obtenue son dernier diplôme, le directeur et son grand père l’aidèrent à intégrer une équipe de scientifiques qui travaillaient sur un domaine qui la fascinait : l’énergie.


Beaucoup se représente le domaine de la recherche comme des vieilles personnes en blouse blanche travaillant sur des calculs à la craie sur un tableau noir. C’était à peu près ça sauf que l’arrivée de Caitlin chamboula ce petit univers. C’est peut être par nostalgie que le laboratoire devint un vrai petit cirque, il y eut ceux qui se laissèrent facilement entrainés dans ses « jeux » et les autres il vaut mieux les laisser là où ils sont. Pour le côté sérieux de la chose elle fit des recherches sur l’électricité ce qui donna lieu à un « test sur le terrain », une semaine sur une île paradisiaque à attendre l’arrivée de la foudre puis danser sous la pluie à la lueur des arcs de lumière provoqué par leur engin. Une autre étude eut pour sujet les dials afin de créer des dials artificiels, des expériences peu concluantes mais beaucoup d’explosion et de fous rires. En résumé les recherches allaient bon train même si ce n’était pas toujours une grande réussite et au goût de certains, jusqu’au jour où Caitlin prit subitement des jours de congés.


Cela faisait à peine quelques semaines que Caitlin avait rendue visite à sa famille et elle aurait pu être là au moment fatidique. Elle n’aurait peut être rien pu faire mais elle aurait voulu être présente, elle aurait dû être présente lorsque l’équipage de Juan Carlos Villalobos s’abattit sur le cirque. Cette pensée n’arrêtait pas de revenir durant le voyage puis lorsque ses pas l’emmenèrent jusqu’au dispensaire où se trouvait son amie.
Ils ne leur avaient pas suffit de piller et détruire le cirque, non, Mehit qui s’était opposée en avait perdue ses yeux. Jamais plus elle ne pourrait voir le publique, jamais plus Mehit ne lirait les lettres de Caitlin. L’acrobate déchue était à présent étendue sur son lit à attendre et la savante dû rester quelques instants à l’entrée pour se calmer avant de rejoindre son amie. Mehit était quelqu’un d’incroyablement fort, même avec son corps meurtri et même en sachant qu’elle ne pourrait plus jouer sur la piste et encore moins avec sa sœur, elle trouvait le moyen de sourire et de plaisanter. Alors que Caitlin était venue pour la soutenir elle se retrouva dans la position inverse alors que sa grande sœur la consolait. Mais rien de ce que Mehit pu lui dire n’arriva à calmer son sang bouillant dans ses veines. Un désir irrésistible de vengeance qui ne fit que s’accentuer durant les semaines qui suivirent. Elle resta à aider sa confidente puis ses congés se terminèrent, cependant elle n’arriva jamais à Loguetown.


L’académie engagea un homme afin de retrouver la scientifique et cela pour diverses raisons. La première de ces raisons était que son grand père et les amis de sa famille s’inquiétaient pour elle. La deuxième raison fut le déclin des réussites du groupe de recherche depuis son départ, l’un des détracteurs de Caitlin avait volé son travail mais sans grand succès et depuis il n’y eut aucun progrès. Le détective n’eut pas grand peine à la retrouvé en fait, Mehit continuait à recevoir de ses lettres mais désireuse de protéger les secrets de sa sœur elle resta lèvres closes. Ce ne fut pas le cas de sa lectrice qui donna les informations nécessaires par inquiétude et non pas par trahison. Caitlin fut retrouvée sur l’île de Manièriste réputée pour ses tunnels caverneux labyrinthiques, qui permit à plus d’un navire pirate de s’échapper et pour son village composé d’anciens membres de la piraterie. Une journée auparavant la marine capturait l’équipage de Juan Carlos Villalobos au large de cette même île suite à la mystérieuse explosion de la coque de son navire, le destin est parfois une chose bien étrange…



.:Crash Test RP:.

Un nuage passa devant le soleil couchant créant quelques ombres sur la couverture à carreau et le matériel éparpillé dessus. Quelques doigts fins vinrent alors régler la mollette de la lampe à huile afin de chasser la lueur ocre du crépuscule, rapidement une lueur jaune pale vacillante éclairait la chambre pour prémunir les pensées à venir. De la main l’on remonta doucement vers le visage de l’instigatrice de ce carnaval d’objets divers, une moue sur ses lèvres framboises et ses sourcils froncés trahissaient sa réflexion tout en lui donnant un air adorable. Il y avait tout d’abord une carte usée parsemée de pointillés divers et circulant autour de formes qui se voulaient être des îles, l’un des pointillés était entouré de rouge et annoté d’un « marine wolf guard ».
L’éclat rubis de son regard circula ensuite vers une série de trois objets identiques, il s’agissait de mécanismes montés sur des ventouses chacun composé d’un cristal emprisonné dans une cage de cuivre et d’une partie enfermée dans une boite en fer lui-même accolé à un tube. Son attention s’attarda particulièrement sur l’un des tubes.


« En espérant ne pas m’être trompée dans le dosage du cyclotriméthylènetrinitramine » Pensa-t-elle car de toute manière le dire à haute voix aurait été trop difficile. Elle songea alors à un nom plus réduit et amusant, « hexacristal » lui vint alors à l’esprit dans un sourire.


Elle passa ensuite en revue le reste des objets dont l’apparence était plus familière, une bouteille de cidre doux, un verre, une serviette, une couverture, un diapason, un mini escargophone et un classique. La présence de certains pouvait être étrange de prime abord mais la jeune demoiselle à la peau caramel semblait satisfaite et le souligna d’un petit signe de la tête. Elle s’approcha d’un pas décidé de l’ensemble puis se saisit du combiné qui occupait la coquille du plus gros des escargots. Quelques secondes s’envolèrent avant que quelqu’un lui réponde enfin.


- Bonsoir bonsoir, c’est pour un appel anonyme…comment j’épelle mon nom ? - Elle retint un petit rire joyeux dont seules quelques notes s’envolèrent. - Mettez A-N-N-E un espace O-N-Y-M-E, je vous appelle d’une petite île du nom de Manièriste car il y a actuellement un navire pirate qui mouille en son port, celui du capitaine Villalobos. Il partira dès demain matin à la première heure avec l’intention de faire cap sur le nord.


Elle raccrocha avec un sourire machiavélique sur les lèvres, la première étape venait de s’achever. Elle rangea soigneusement toutes les affaires dans un sac, avec moult précautions pour les mécanismes, puis elle enfila sa veste pour descendre au rez de chaussé. Dans le couloir des cris et des rires résonnaient, c’était souvent le cas ici dans la seul auberge de ce village composé essentiellement de vieillards. Elle descendit les marches une à une sans véritablement se presser car c’était la première fois qu’elle faisait cela, d’ailleurs quelques frissons d’alertes lui firent prendre des respirations plus longues afin de se contrôler. Elle allait se jeter elle-même dans la gueule du loup tout en sachant que ces hommes étaient capables du pire. Elle le devait pour Mehit, pour sa famille et c’est avec le sentiment du devoir qu’elle pénétra la salle lourdement chargé de fumés et d’effluves alcoolisés.


- Bonsoir tout le monde ! - S’exclama-t-elle en levant sa main en signe de paix, un sourire radieux sur son visage. Des membres de l’équipage du capitaine Villalobos étaient venus dépensés quelques berrys, ils étaient mal rasés, des mines patibulaires presqu’une caricature de marin.
- Par la barbe d’ma tante ! George r’garde une donzelle qui arrive alors que j’venais d’en parler, s’t’un truc non ?!- S’écria un homme vouté accoudé au bar, les cheveux et la barbe hirsutes et noirs de jais. Caitlin le regarda un instant en posant sa main droite sur sa hanche, l’air de peser la remarque du pirate avec un air taquin puis se décida à s’approcher tandis que son acolyte lui répondait.
- Un mirracle, s’t’un mirracle Andouille. - La façon dont le George avait de racler les R était assez désagréable, à croire qu’il avait peur de les laisser s’échapper.
-Arrête d’me faire honte devant la dame s’teuplait, surtout qu’tes pas l’dernier à dire des âneries.
- Rrépète un peu pourr voirr ! - George commençait à retrousser ses manches en sautant de son tabouret, la parade des deux coqs viraient bien vite au combat alors pour apaiser les tensions la scientifique envoya une bourse à l’attention du robuste vieux tenancier.
- Allons messieurs, j’ai envie que vous repartiez d’ici avec de bons souvenirs, j’offre ma tournée et je pense qu’il y aura de quoi en faire une deuxième Erold non ?
- Pour sûr mademoiselle. – Répondit l’aubergiste à la fois ravis de recevoir la somme et de voir que son établissement échapperait à la casse. – Au besoin j’apporterais ma modeste contribution.[/b][/color]
- T’as de la chance Arrthurr – S’esclaffa le pirate dont la carrure n’avait rien à envié à une armoire normande. Il reposa ses bras aussi épais que des troncs tout en sautant de nouveau sur le tabouret qui émit alors un grincement d’agonie. – Vous êtes vrraiment charrmante avec nous, Moi c’est Georrge et l’autrre sarrdine c’est Arrthurr.
- J’t’en ficherais des sardines et puis la baston s’peut qu’rapporter d’bons souvenirs ma p’tite caille.
- Vous pouvez m’appeler…Anne, je fais quelques recherches sur l’île au sujet du labyrinthe de grottes.
- S’pas un peu dang’reux pour une jeunette comme toi ? [/b][/color]
- Qui pourrait me vouloir du mal ?
- Nous parr exemple héhé. – La remarque du gros pirate ne rassura pas du tout Caitlin qui prit une gorgée de sa boisson pour faire passer cela.- Mais vous n’avez aucune crrainte à vous fairre, on veut pas avoirr d’embêtement ici et vous avez été bien trrop bonne avec nous.
- D’ailleurs si j’aurais été l’cap’taine, j’t’aurais tout d’suite r’cruté.
- « Aurrais été » ça ne se dit pas.
- Ouais ouais.- Fit alors la crevette nommé Arthur d’un geste dédaigneux de la main.


La soirée se poursuivit sur le même ton, les pirates lui racontèrent plusieurs de leurs aventures ou braillèrent plus qu’ils ne chantèrent. L’alcool coula à flot et Caitlin fut surprise et déstabilisée en constatant que ces criminels pouvaient se montrer aussi charmants et sympathiques. Cependant cela ne la fit pas reculer d’un pouce dans ses velléités premières, elle endormit leur méfiance en remplissant allègrement leurs choppes et une fois fait, elle glissa le mini-escargophone dans la besace d’Arthur. Une fois son méfait accomplit, elle leur envoya la bise avant de les quitter pour « continuer ses recherches ».


La deuxième étape de son plan était achevée et en faisant bien attention à regarder souvent derrière elle, elle se rendit sur la plage. Une fois sur place elle se choisit un endroit discret puis se déshabilla pour dévoiler un maillot de bain deux pièces dans des tons mauves pastels, bien que dans la nuit tout les chats son gris cela ne fait pas de mal d’avoir un peu de couleur. La nage ne fut pas aussi aisée qu’elle l’avait prévue et elle dû s’économiser tout en faisant en sorte de ne pas trop s’engourdir par le froid. Le poids des engins n’aidez pas et elle pensa un moment abandonner et trouver un meilleur plan en maudissant sa propre faiblesse. Seulement la vision du navire pirate à quelques mètres lui donna un surcroit de courage. A la coque elle entendit des bruits de pas, vraisemblablement une sentinelle, ainsi même à quai le navire était bien gardé. La dernière chose que Caitlin désirait c’était de se retrouver nez à nez avec le capitaine du navire aussi elle décida de redoubler de prudence en s’enfonçant sous l’eau. Les deux premières ventouses furent installées rapidement sans anicroche et en prenant le temps de souffler à chaque étape. Seulement tandis qu’elle allait pour installer la troisième, elle sentit quelque chose de visqueux glisser sur sa jambe. Surprise et affolée elle remonta de toute urgence à la surface et tenta de rattraper un - Hiiaaaa !!! - tonitruant de sa main entière, la larme à l’œil. Elle se paralysa, cela allait certainement mal finir et comme pour attester sa pensée une voix retentit.


- Qu’est ce que tu fiche Jon ?
- T’as pas entendu ? Il y a un truc qui a fait un drôle de bruit.
- J’étais…hum…non tu as du rêvé. - Sauf que c’était lui qui rêvait quelques secondes avant mais autant ne pas avouer qu’il dormait au lieu de faire son travail. Caitlin soupira longuement lorsque le pirate décida de s’éloigner, la providence l’avait une fois de plus tiré d’un mauvais pas. Elle enchaina ensuite sans tarder avec le troisième mécanisme avant de s’éloigner au plus vite de cette coque de bois de malheur.


Débarrassée du fardeau des appareils, l’apprentie saboteuse pensait que le retour serait plus facile mais à mi chemin ce qu’elle redoutait le plus était la crampe. Le stress qu’elle avait éprouvé était bien loin ainsi que ses forces mais ce n’est qu’une fois sur la plage, allongée et exténuée, qu’elle pu véritablement souffler. La fraicheur clémente de la nuit la garda éveillée, elle termina de se sécher plus proprement puis avec les dernières forces qui lui restaient, elle s’enquit de trouver une position plus approprié pour observer la débâcle. Lorsqu’elle s’installa en bord de la falaise elle vit le soleil poindre à l’horizon, tout son corps réclamait uniquement le repos qu’il méritait mais il lui fallait encore tenir un peu.


Enfin le navire de la marine se montrait, comme prévu il contourna la pointe de l’île pour arriver par le nord si bien que les pirates ne le virent que tardivement. Sur leur pont ce fut le branle bas de combat, leur vaisseau quitta de toute urgence le quai pour s’éloigner des récifs dans l’intention de manœuvrer jusqu’à l’entrée d’une des grottes. Caitlin observait avec attention tout en se servant un verre de cidre, c’était le moment qu’elle attendait aussi redoubla-t-elle de minutie en s’emparant de son escargophone. Lorsqu’elle entendit décrocher elle prit tout simplement son diapason et donna un petit coup sur la carapace pour le faire vibrer, on entendit alors deux détonation venant du trois mats du capitaine Villalobos. Ce ne serait peut être qu’une infime trace dans l’histoire mais ô combien satisfaisante, elle savoura l’instant en souriant jusqu’aux oreilles.


Dernière édition par Caitlin Samhain le Dim 24 Oct - 23:38, édité 5 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Caitlin Samhain le Ven 22 Oct - 3:03

J'ai envie de me faire taper sur les doigts, j'ai le droit vue l'heure !

Et puis je n'ai pas envie de saloper ma belle fiche avec mes commentaires d'abord. Donc je voulais en venir à : "Prrrrroooommiiis j'ai tout fait pour rendre mon texte le moins long et le moins lourd possible. Tout en évitant de trop torturer mon personnage."

J'espère ne pas m'être trop raté, remarque ça me rappellerais mes hors sujets au lycée.

Je m'égare, je repasse demain pour dernière correction (des trucs que j'ai survolé parce que là je tiens en jonglant avec un oeil sur l'autre fermé). Peut être aussi refaire de la mise en page si quelqu'un trouve que ce n'est pas assez lisible.

Donc heu...bonne nuit, bonne lecture et bon courage.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Nethiel Tialith le Ven 22 Oct - 7:50

je t'ai dis de faire court Razz. Je vais te taper

Mais aller je le fais avant d'autre personne. Enfin ta fiche!!!! depuis le temps que j'ai annoncer ta venu xD


Dernière édition par Nethiel Tialith le Ven 22 Oct - 8:01, édité 1 fois
avatar
Nethiel Tialith
Mes deux seins
Mes deux seins

Rang/Grade : Doctoresse
Supérieur : Océanos

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par @ @ Edword Boobap le Ven 22 Oct - 7:52

À 8 heures du matin, c'est très agréable à lire ...

Ahhh !!! J'suis en retard en cours !

/me se précipite dehors.


Boobap, le squatteur de la CB.


Thème Musical
avatar
@ @ Edword Boobap
Ed'
Ed'

Localisation RP : Grande Line
Rang/Grade : Sergent
Supérieur : Colonel Smoker

Feuille de personnage
Points de vie:
1/1  (1/1)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.syfaria.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Kobby le Ven 22 Oct - 12:45

Bonjour et bienvenue, je voulais te dire qu'il n'y pas de limite à la longueur d'une fiche en ne comptant pas la compassion envers les guides du jeu (la fiche record fait dans la cinquantaine de pages).
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Maître du Jeu au Trésor le Ven 22 Oct - 23:17

Bonjour à toi bien vraiment bienvenue parmi nous !

Le grand Amour de Nethiel ne peut qu'être le bienvenue de toute manière en ces murs ! Nous travaillons à un descriptif des îles.

Très très belle fiche (il reste quelques petites fautes qui trainent... Et un peu plus d'espacement entre les paragraphes aèreraient un peu le texte), tu as le feu vert pour la suite bien sur !




Spoiler:
avatar
Maître du Jeu au Trésor
Maître des Berrys
Maître des Berrys

Localisation RP : Partout et nulle part
Rang/Grade : Banquier
Supérieur : La surface

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Caitlin Samhain le Dim 24 Oct - 23:39

Opération de grosse correction et de mise en page avec ajout du test RP, bonne lecture à tous ^^

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Maître du Jeu Rebelle le Jeu 28 Oct - 0:07

Bienvenu sur le forum ^^

Alors je commente ta fiche :
D'abord les bons points, tu as un bon vocabulaire et tu nous offres de belles descriptions, cependant tes phrases sont lourdes, il semblerait que tu aies un problème flagrant avec la ponctuation ce qui ne rend pas la lecture aisée. De plus, en effet, il reste un nombre important de fautes parfois élémentaires comme l'oubli de "s"...

Il est dommage que ton personnage ne possède pas de touche OP, ce petit quelque chose qui l'intègrerait parfaitement dans l'univers d'Oda mais tu peux y travailler par la suite en RP.

Bref, c'est assez étrange de rencontrer ce genre de fiche où l'on sent un talent certain mais où également une grande maladresse dans l'écriture intervient. L'avantage c'est que tu peux rapidement progresser de ce côté là, commence déjà par utiliser un bon correcteur orthographique ^^

Pour ma part, j'oscille entre le niveau 2 et 3, le prochain MJ tranchera ^^

Bon RP parmis nous !
avatar
Maître du Jeu Rebelle
Protecteur de la liberté
Protecteur de la liberté


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Ambassadeur du Jeu Fou le Dim 31 Oct - 10:52

Voilà, je viens de finir ta fiche et ton test rp.

Je ne peux que rejoindre l'opinion de rebelle sur celle-ci. Des phrases lourdes par leur longueur et le manque de ponctuation, ainsi que des bouts de phrases qui peuvent être retirés car elles n'apportent rien à ton texte et même l'alourdissent encore plus.

Comment l'a dit aussi mon cher ami, il manque aussi cette touche Oda.

Bref je rejoins l'idée de rebelle, par conséquent je te metterai un niveau 3.





avatar
Ambassadeur du Jeu Fou
Baron des psychopathes
Baron des psychopathes


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caitlin Samhain [Validé]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum