Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

Aller en bas

Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

Message par Gallica Amafor le Dim 10 Jan - 0:43

~° Humains et autres races°~



~°Présentation du Joueur°~

  • Prénom : Simon
  • Age : 19
  • Ce que vous aimez : lire, jouer au tennis, la neige qui tombe actuellement chez moi
  • Ce que vous n'aimez pas : la neige qui m'empêche d'aller chez mes amis m'amuser dans... la neige !
  • Première Impression : comme dit immédiatement dans la chatbox, le forum est beau ! Heureusement cependant qu'une petite fiche d'aide a été créée car on s'y perd un peu.
  • Autres : Enjoy !
  • Comment avez vous connu ce forum ? : OPS, en allant regarder les news.



  • ~°Présentation du Personnage°~


    • Nom : Amafor
    • Prénom : Gallica
    • Surnom : Méca
    • Age : 16
    • Sexe : M
    • Est-il existant ou inventé ? Inventé
    • Race : Habitant des Îles Célestes (Skypiea est le nom d'une île, on trouve aussi l'île Karakuri où se trouve actuellement Nami)
    • Pouvoir/capacité : Aucun, si ce n'est qu'il est habile de ses mains et très doué dans le domaine de la mécanique.
    • Grade : Civil
    • Nom de votre ville ou village : Île des Dals


    Description Psychologique (5 lignes minimum) :

    D'un naturel jovial et très enjoué, Gallica aime rendre service à la population de sa petite île flottante, population qui le lui rend bien en lui offrant à tour de rôle : gîte, couvert, vêtements (pour le peu dont il a besoin sur ces îles paradisiaques) et surtout des outils, de sorte qu'il puisse s'adonner à ses passions : le bricolage et la mécanique. De fait, Gallica est toujours ouvert aux autres, prêt aussi bien à aider ceux qui en font la demande qu'à se lancer dans de nouvelles aventures inventées par ses amis. Gallica est ainsi à la fois rieur, drôle, aventurier et curieux comme en atteste son réel intérêt face à la mécanique.

    Néanmoins, derrière cette facette de joie pure - aussi sincère soit-elle - s'en trouve une autre, faite de mélancolie et parfois même de tristesse, si vite effacée que peu de gens l'aperçoive. Mélancolie face à l'amour que porte les parents à leur progéniture, amour que lui n'a connu qu'en de très courtes mais intenses périodes dont il garde le souvenir précieux dans sa mémoire.


    Description Physique (5 lignes minimum) :

    Plutôt chétif au premier abord, presque un corps d'enfant si l'on avait exclu sa taille d'environ deux pieds plus deux tiers d'un troisième. Gallica cache sous ses vêtements des muscles fins mais endurants, qui lui permettent d'exécuter les tâches qu'il offre à ceux qui en font la demande, et ce pendant toute une journée s'il le faut.
    Ses cheveux sont blancs, chose inhabituelle mais pas rare dans ce pays où le soleil déteint tout ce qu'il touche, et coiffés en bataille comme mus par une volonté que même lui ne peut faire plier. Ses grands yeux bruns expriment à eux seuls la curiosité insatiable qui le motive, captant tous les mouvements environnants tels des livres d'où pourraient être tirés des leçons improbables sur les corps en mouvement, la mécanique des fluides, etc... Sa bouche, entourée par des lèvres fines, pose fréquemment des questions, souvent laissées sans réponse à sa grande frustration même si de grands sourires - dont personne n'est d'ailleurs plus dupe - cachent ce mécontentement.
    Des traces de brûlures, coupures, entailles, bosses, bleus, balafres, estafilades et autres marques que pourraient encore agrémenter mon dictionnaire de synonymes, sont autant d'empreintes révélant sa passion de la mécanique dont il tire le surnom de Méca. Ses bras fins mais musculeux se terminent par des mains toutes aussi fines, habiles à démonter et remonter tout objet et sont protégées par des cals déjà épaisses, fruits des heures de labeurs dans son atelier improvisé. À sa ceinture sont toujours accrochés des outils de toutes sortes : du simple tournevis à d'autres plus étranges les uns que les autres. Sur cette ceinture se trouve aussi son objet le plus précieux : un dial à l'utilité inconnue qu'il essaye tant bien que mal de réparer à ses heures perdues.


    Histoire (30 lignes minimum) :

    Gallica est d'origine inconnue, mais lui s'en moque un peu. Si parfois la tristesse l'assaillit c'est surtout aux souvenirs des marques de tandresses tendresse que lui ont prodiguées deux personnes dans son passé et ces deux personnes ne sont certainement pas ces ses géniteurs. Les deux pseudo ailes qu'il porte dans son dos attestent de son appartenance au peuple du Ciel et il ne s'en séparerait pour rien aux monde...

    La plume s'arrêta de courir sur le papier.

    - Décidément je ne suis pas fait pour l'écriture... dit-il dans un soupir de découragement.

    Le papier, désormais froissée en une boule informe s'envola directement vers le petit creux de Nuage Blanc faisant office de corbeille à déchets. Elle avait été créée à son attention par un maçon qu'il avait aidé quelques jours auparavant en sculptant avec lui une chaise dans un nuage particulièrement dur. Plus que la corbeille en elle-même, ce fut l'acquisition d'un nouveau savoir qu'il avait apprécié. Cela lui rappelait les jours de bonheur absolu qu'il avait passé il y a des années de cela, bien loin d'ici sur une autre île céleste, une île beaucoup plus grande que celle sur laquelle il habitait actuellement...

    Gallica reprit sa plume, l'humidifia avec un peu d'encre et se remit au travail.

    Commençons par le commencement.
    Je ne connais pas mes origines... Enfin, mes géniteurs pour être exact. Et à dire vrai, je ne désire pas les connaître ayant rencontré par le passé des gens qui furent à la fois mes parents, mes tuteurs et mes maîtres à penser. Le plus drôle c'est qu'eux-mêmes ne se doutent sûrement pas d'avoir occupé une telle place et peut-être m'ont-ils oublié, mais ça n'a, au final, que peu d'importance, car je n'ai oublié aucune des leçons qu'ils m'ont données.


    La plume s'arrêta une nouvelle fois et un sourire naquit sur le visage de Gallica à l'évocation de ces deux êtres chers. Il lui revenait en mémoire la longue barbe de son pseudo père, barbe à laquelle il aimait s'accrocher étant petit, comme un radeau au milieu de l'océan. Cela faisait évidemment bondir de surprise et de douleur - feinte - le vieil homme (et ainsi lui causer une vraie douleur). Le radeau en question, dans ses vagues souvenirs en tout cas, s'apparentait plus à un cheval ailé où quelque chose d'approchant et mieux valait se tenir à quelque chose quand le vieux bonhomme décidait de décoller. Quant à l'océan, il était fait d'air, de nuages mais aussi et surtout de liberté.

    - À me lire, on croirait que j'ai vécu avec cet homme, dit-il amusé.

    La réalité était toute autre. Le vieil homme l'avait en fait découvert errant sur Skypiea, perdu et seul. Dans un élan de bonté, il l'avait pris sous son aile le temps de trouver une solution à ce "gosse mal fagoté" comme il le disait lui-même. Gallica était resté à ses côtés quelques jours, buvant la moindre parole - et elles furent peu nombreuses - de l'antique personnage qui semblait détenir une infinie sagesse derrière ses manières un peu loufoques. Il lui apprit ainsi à se débrouiller seul sur une Île Céleste, découvrant de fait la vie en solitaire, mais aussi les rudiments dans la taille des nuages, appliquant les principes lus plus jeune, presque dans une autre vie. Il capta aussi d'autres petites astuces lui permettant de supporter la solitude et la rudesse d'une vie presque sauvage. En regardant l'homme, il découvrit la patience, l'intelligence mise au service de l'esprit, mais aussi la rudesse du combat, lorsque ce dernier dut faire appel à son Impact Dial face à un adversaire inconnu.

    À la première occasion, le vieux chevalier l'avait déposé sur une Île Céleste non loin de Skypiea et c'est ainsi qu'il s'était retrouvé sur l'Île des Dals, quittant son protecteur qu'il ne reverrait sans doute jamais. Pour une raison inconnue, sans doute une intervention du "Vieux", nom qu'il avait toujours donné aux hommes d'âge mûr, les habitants de l'île le prirent en charge comme un des leurs et le voilà aujourd'hui en train d'essayer de résumer son histoire.

    Mais il manquait au moins deux chapitres à cette histoire...

    L'un des chapitres manquant était en partie à l'origine de son nom : Amafor. Cette partie manquante se déroulait alors qu'il n'était qu'un enfant en bas âge, presque un bébé en fait.
    Gallica poursuivit son histoire, par le bon bout et sans digression cette fois-ci.

    Mon enfance... Comment décrire quelque chose de si lointain ? La seule personne qui aurait pu m'aider n'est, hélas, pas à mes côtés. Tous mes souvenirs les plus anciens datent du jour où je suis tombé du ciel, c'est l'expression qu'a utilisé Ama, la femme qui m'a recueilli. Pour reprendre sa phrase en entier, je suis tombé du ciel comme un gars d'en bas l'aurait fait. Allez comprendre ce qu'elle voulait dire par là... Elle était aimante, certes, mais je crois que j'ai un don pour attirer à moi les personnes un peu dérangée du ciboulot si vous voyez de quoi je parle. Reste qu'elle fut une bonne mère de substitution et ce fut elle qui me donna mon nom : Ama comme elle, ma mère, et For comme un dieu. Je n'ai jamais vraiment compris la deuxième moitié. Je l'ai néanmoins accepté sans discuter, trop fier de ma nouvelle identité.
    Quelques années ont passé. J'ai mis ce temps à profit afin d'étudier les livres qu'elle possédait, je me souviens d'ailleurs encore de certains titres : Traité sur l'art de tailler un nuage sans se prendre un vent, L'histoire des Dials, Le commerce inéquitable. Je me souviens aussi de mes deux livres préférés, ils contaient les légendes d'une terre située en dessous de nos nuages, le nom de l'un était aussi évocateur que l'autre était mystérieux : Légendes des terres en dessous des nuages et Fruits du démons : les pouvoir d'un Ange au service des sans ailes. Je les avais dévorés en quelques heures même si je n'avais - et n'ai - encore pas tout assimilé.

    Je vécus somme toute une enfance heureuse faite d'études et d'expérimentations en tous genres : mon premier dial, mes premiers battements d'ailes, mon premier sphéronimbus, le jour où Ama m'offrit ma ceinture à outils, la découverte d'un dial inconnu, etc... Mon séjour chez Ama dura jusqu'à ce qu'elle me renvoie, comme ça, sans coup de semonce. Nous n'étions certes pas proches comme peuvent l'être certains gosses avec leurs parents, mais isolés des autres comme nous l'étions je ne connaissais qu'elle. Elle me fit néanmoins comprendre qu'il était temps pour moi de partir et une tape dans le dos fut mon signal de départ.

    Ma ceinture à outils autour de la taille, fier comme un paon de ma nouvelle indépendance, je partis en vadrouille dans les nuages à la recherche d'une piste plus fréquentée, je marchais de la sorte plus loin que jamais je ne l'avais fait auparavant et je me perdis, évidemment !

    C'est ainsi que je fus découvert par le vieux loufoque et vous connaissez la suite.


    Satisfait de lui, mais la main engourdie par cet exercice inhabituel, il s'adossa à son nuage et s'endormit pour une petite sieste bien méritée, après sa matinée de dur labeur. Le dernier chapitre manquant n'étant après tout pas si important, il le relaterait - peut-être - plus tard.




    Dernière édition par Gallica Amafor le Mar 9 Fév - 5:09, édité 1 fois
    Gallica Amafor
    Gallica Amafor
    Apprenti mécanicien
    Apprenti mécanicien

    Localisation RP : Grand-Line, Île de Dals

    Feuille de personnage
    Points de vie:
    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Left_bar_bleue500/500Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty_bar_bleue  (500/500)

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Serviteur du Jeu Mort le Mar 12 Jan - 15:19

    bon et bien bienvenu Gallica ^^

    pas de remarques particulières à te faire, hormis pour le rp faisant office d'histoire, j'aurais préféré une forme plus narrative, mais après en avoir discuté avec toi, je te donne le feu vert pour la fin de ta fiche.
    Serviteur du Jeu Mort
    Serviteur du Jeu Mort
    Maître Pingouin
    Maître Pingouin

    Localisation RP : derrière toi, une faux à la main
    Rang/Grade : shinigami sama

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Gallica Amafor le Mar 12 Jan - 15:20

    Test RP : Relu et corrigé.

    La nuit était sombre, d'autant plus sombre d'ailleurs que jamais le soleil ne perçait la couche de Nuages Fermes pour atteindre la frontière qu'elle partageait avec les Nuages Aqueux quelques trois mille mètres plus bas. Un gamin d'une dizaine d'année errait là sans autre but que de trouver son chemin.

    - Dans quelle galère elle m'a embarqué la vieille Ama, je vous le demande !

    Cette phrase, prononcée évidemment par le gamin en question exprimait à elle seule la frustration d'avoir été abandonné...

    - Oh, ça va toi ! Contentes toi de décrire les cailloux et les nuages, je me réserve l'introspection, surtout si c'est pour entendre ce genre de banalités !

    C'est ton rêve, c'est toi qui décide ! Donc je reprends... La nuit était sombre, le gamin seul.

    - Au fait, je m'appelle Gallica...

    Dis ? Tu veux pas me laisser faire mon job et garder tes commentaires pour toi ? Non, parce que c'est ton rêve, d'accord je respecte, mais ma journée est bientôt terminée et pour tout te dire, elle a été plutôt difficile. D'abord un pirate qui découvre le One Piece, ensuite un homme tuant Barbe Blanche et juste avant toi une gamine qui voulait monter un poney et traverser un arc-en-ciel, je te raconte pas les clichés...

    - Ok, ok, désolé.

    * C'est quoi un poney ? *

    Tu sais qu'en ma qualité de narrateur onirique j'entends tout ce que tu penses ? Bref passons...

    La nuit était noire, Gallica, seul, errait de nuages en nuages tous plus cotonneux les uns que les autres. Des odeurs de toutes sortes embaumaient l'air : parfums d'épices, de feu de bois, de poissons célestes grillés à la broche.
    A force de marcher sans but sur ces oreillers d'air condénsé, un jeu presque lancinant se mit en place. Prendre son élan, sauter, rebondir, répéter ça deux fois, s'arrêter, se reposer et recommencer.

    Ah ouais quand même ! Et bientôt ce seront les éléphants roses ?

    À cette intervention, Gallica manqua le nuage suivant et amortit sa chute un nuage plus bas avec la tête .


    - Ça va toi ! Je rêve de ce que je veux ! Et puis c'est fréquent que les "narrateurs oniriques" interviennent dans les rêves de...

    Hey ho ! Tu sais que c'est toi qui a commencé ? Normalement les rêveurs ne sont pas supposés nous entendre !

    - Bon et bien je ferai comme si je n'entendais rien, ça te va ?

    Parfait.

    - Parfait.

    Un laps de temps indéterminé s'était ainsi écoulé dans le silence. Tel un couloir dont on n'atteint jamais l'extrémité, le jeu se répétait indéfiniment. Prendre son élan, sauter, rebondir, répéter ça deux fois, s'arrêter, se reposer et recommencer. Mais inlassable, le garçon poursuivait sa rengaine, de nuage en nuage, sans objectif apparent, si ce n'était celui d'avancer.

    L'esprit alors vide de pensées parasites, ce dernier se mit à vagabonder et c'est ainsi qu'il en vint à penser à ce drôle de personnage qu'il entendait, à la conversation incongrue qu'ils avaient tenue et au contenu de leurs propos.

    Oh nan, tu déconnes ?!


    - Désolé...

    Un éléphant rose se dessinait à l'horizon.



    Toc toc toc.

    * ... *

    Une voix éraillée comme deux couteaux mal aiguisés frottés l'un contre l'autre et dont la puissance donnait l'impression de pouvoir déraciner un chêne tonna :

    - Gallica ! T'es d'bout ?

    Un oeil après l'autre, je soulevai mes paupières encore lourdes de sommeil. Me passant une main sur le visage pour en ôter les plus flagrants signes de fatigue, j'essayai de m'extirper - non sans difficulté - de mon confortable nuage.

    * Woow... *

    Ce fut ma première pensée, si tant est que l'on puisse considérer cet éclair de conscience comme tel. Je tentai alors de me repasser le film qui s'était tourné cette nuit dans le cinéma qui, habituellement, me servait de tête. Peine perdue, seules des bribes de discussions me revinrent. Et un éléphant rose. Ce dernier me fit sourire machinalement, même si après réflexion je ne pus en donner la raison.

    Tout en enfilant mon fidèle t-shirt vert pomme, je me mis en position assise, coudes sur les genoux, la tête dans les mains.

    * Et ben des rêves comme ça, ça court pas les rues ! *

    Des pas résonnèrent alors d'un son rond et plein comme l'étaient les nuages qui composaient la grande maison dans laquelle je logeais.

    * Allez fainéant, active toi un peu ! *

    La porte s'entrebâilla doucement et un homme, si grand qu'il dut baisser la tête pour passer l'encadrement de la porte, me regarda me débattre d'un œil amusé avec mon pantalon et mes chaussures.

    - Gamin...

    * Ce surnom me rappelle vaguement quelque chose, mais je n'arrive décidément pas à mettre le doigt dessus... *

    - Descends à l'atelier quand tu s'ras prêt, j'aurai b'zoin d'ton aide. Et j'parle de mon atelier.

    - Je ne vois absolument pas à quoi tu fais allusion...

    Une expression de pure naïveté, presque angélique se peignit sur mon visage de jeune garçon, alors qu'un sourire complice se lisait aux coins des lèvres du géant barbu au souvenir de l'innocente mésentente survenue le jour précédent. Et le jour qui le précédait.

    - Je finis de me préparer et je te rejoins.

    Max, car tel était le nom du titan qui venait de refermer la porte, était le plus grand homme qu'il m'ait été donné de voir, fort comme un ours et poilu comme un fauve, telle était d'ailleurs la manière dont il aimait se décrire. Et il n'était, à mes yeux, pas loin de la vérité.

    Une fois ce dernier repartit en direction de son atelier, je me hâtai. Enfilant à la taille ma ceinture bardée d'outils ainsi qu'un veston de cuir déjà bien abimé, je m'empressai de rejoindre Max. Tout en enfilant les couloirs molletonnés, savourant l'air frais de ce début d'après midi, je me demandai à quel genre de tâche j'allais de nouveau être astreint. J'en avais déjà beaucoup fait : entretenir le jardin, repeindre la palissade, retailler les nuages qui constituaient les angles de la grande bâtisse, et bien que l'exécution de ces tâches ne m'ait pas spécialement fait fantasmer, je m'y étais appliqué.

    Plus d'une minute s'écoula avant que je ne rejoigne mon mentor dans l'atelier tellement la maison était vaste. Sa chambre, au premier étage, se situait à l'extrémité de l'aile est, la mienne était au deuxième et dernier étage juste au dessus de celle qu'il occupait. L'atelier était lui accessible via un petit escalier caché derrière un pan de mur du hall d'entrée. Il suffisait simplement de s'enfoncer dans le nuage dont était constitué le mur pour y accéder. Lors de ma découverte de la maison, cette étrangeté m'avait fait imaginer une maison pleine de secrets et de mystères. Néanmoins lorsque j'avais questionné Max à ce propos, ce dernier m'avait avoué que, possédant la maison depuis peu, il n'en savait guerre beaucoup plus que moi à ce sujet.

    Jamais encore je n'étais allé dans son atelier, j'avais fantasmé cette pièce plus que toute autre dans la maison, excepté peut-être la dialothèqe où était entreposée une multitude de Dials tous plus originaux et loufoques les uns que les autres. À la réflexion, aucun d'ailleurs ne ressemblait à celui attaché à ma ceinture...

    * Il faudra que je questionne Max à ce sujet *

    Arrivé au bas de l'escalier menant au rez-de-chaussé, je contournai ce dernier afin d'atteindre le mur où se cachait l'entrée secrète.

    *...Qui passait par les égouts, À l'aventure compagnons, je suis parti vers l'horizon... lalala *

    Tout en sifflotant cette chansonnette avec relativement peu de succès, je dévalai les marches comme un orang-outan en rut à la recherche de sa partenaire. Ma course effrénée se solda par une glissade dantesque et une non moins mémorable chute, chute à laquelle Max me répondit par un sourcil interrogateur perché quelques centimètres au-dessus de son œil droit, le sourcil gauche ayant apparemment décidé de bouder cette holà générale.

    Un sourire d'excuse collé sur le visage, je m'avançai vers Max. Ni son accoutrement étrange, ni les outils inconnus sur l'établi ne me mirent la puce à l'oreille. Son visage était fermé, ses sourcils avaient repris leur position initiale. Représentation fidèle d'un roc inébranlable qui restera à jamais gravée dans ma mémoire, il ouvrit enfin la bouche et découvrit son intention.

    - Gamin, je t'ai pas mal observé. T'es doué pour la mécanique et t'as pas peur d'effectuer un labeur parfois ingrat. T'es dur à la tâche et endurant. Tu sais aussi lorsqu'il faut l'ouvrir et lorsqu'il faut t'taire. Je t'aime bien, malheureusement j'vais devoir te faire mal.

    * De quoi il parle au juste ? *

    - T'inquiète le Vieux, aucune tâche ne me fait plus peur depuis que j'ai récuré les toilettes de la famille Ingtown ! lançai-je pince-sans-rire.

    - Tu vois, parfois en fait tu n'sais pas vraiment quand te taire. Mais tu apprendras. Tôt ou tard.

    Le ton n'était pas menaçant, mais le sérieux de sa voix et le calme de ses yeux gela en moi toute envie de rire. Un froid auquel je n'étais pas habitué parcourut mon échine. La pièce me parut soudain vide et hostile.

    - Et il se passe quoi maintenant ?

    Ah ! Bonne question, me dis-je avec un regain d'espoir. Prudente, pondérée, neutre, je ne me débrouillais pas si mal tous comptes faits. Un regard par dessus mon épaule gauche m'apprit que la porte n'était qu'à quelques mètres. Néanmoins, un innocent pas en arrière mit fin à mes espoirs de fuite.

    - Ne bouge plus gamin. Je vais t'apprendre à combattre.


    Dernière édition par Gallica Amafor le Mar 9 Fév - 5:09, édité 5 fois
    Gallica Amafor
    Gallica Amafor
    Apprenti mécanicien
    Apprenti mécanicien

    Localisation RP : Grand-Line, Île de Dals

    Feuille de personnage
    Points de vie:
    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Left_bar_bleue500/500Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty_bar_bleue  (500/500)

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Serviteur du Jeu Mort le Mar 12 Jan - 15:37

    bon et bien poste plutot bien écrit ma foi, et très intéressant à lire, surtout la première partie Very Happy

    il y a de légères fautes qui traînent mais rien de méchant. Une relecture suffira je pense à les éliminer lol

    en tout cas, si l'histoire sous forme de rp ne pose pas de problèmes à mes collègues, je suis pour un niveau 4 vu le personnage que tu vises, et qui est ma foi très original pour une fois Very Happy

    au plaisir de te voir valider afin de lire tes aventures dans un avenir assez proche ^^
    Serviteur du Jeu Mort
    Serviteur du Jeu Mort
    Maître Pingouin
    Maître Pingouin

    Localisation RP : derrière toi, une faux à la main
    Rang/Grade : shinigami sama

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Gallica Amafor le Mar 12 Jan - 15:41

    Argh des fautes ! Où ça ?! J'en fais la chasse pourtant !

    Après possible que ce soit côté concordance des temps et donc conjugaison, j'ai eu un peu de mal de ce côté-ci pour le post RP.


    Dernière édition par Gallica Amafor le Mar 9 Fév - 5:09, édité 1 fois
    Gallica Amafor
    Gallica Amafor
    Apprenti mécanicien
    Apprenti mécanicien

    Localisation RP : Grand-Line, Île de Dals

    Feuille de personnage
    Points de vie:
    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Left_bar_bleue500/500Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty_bar_bleue  (500/500)

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Serviteur du Jeu Mort le Mar 12 Jan - 15:44

    c'est tout à fait ça, mais pour un personnage tel que le tien ce n'est pas un soucis ^^

    4 est déjà un bon niveau pour je pense, tu ne comptes pas rivaliser avec un amiral en tant que simple civil n'est ce pas? Very Happy
    Serviteur du Jeu Mort
    Serviteur du Jeu Mort
    Maître Pingouin
    Maître Pingouin

    Localisation RP : derrière toi, une faux à la main
    Rang/Grade : shinigami sama

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Gallica Amafor le Mar 12 Jan - 15:50

    Non du tout !

    Ne t'en fais pas de ce côté là. Mais si un jour cela devait arriver, sois sûr que je m'améliorerai.


    Dernière édition par Gallica Amafor le Mar 9 Fév - 5:10, édité 1 fois
    Gallica Amafor
    Gallica Amafor
    Apprenti mécanicien
    Apprenti mécanicien

    Localisation RP : Grand-Line, Île de Dals

    Feuille de personnage
    Points de vie:
    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Left_bar_bleue500/500Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty_bar_bleue  (500/500)

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Serviteur du Jeu Mort le Mar 12 Jan - 15:51

    y a plutôt intérêt Very Happy
    Serviteur du Jeu Mort
    Serviteur du Jeu Mort
    Maître Pingouin
    Maître Pingouin

    Localisation RP : derrière toi, une faux à la main
    Rang/Grade : shinigami sama

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Maître du Jeu au Trésor le Mer 13 Jan - 13:45

    Excellent xD un spécialiste des dials qui attire les gens complètement dérangé j'adhère !

    Je te valide donc niveau 4 mais tu as le 5 qui te tend les bras !

    Je vais te crééer l'île céleste que tu souhaites et discuter avec toi de ton futur démarrage en jeu par mp (envoie moi ton idée et le nom que tu voudrais en rang si celui que je te mets ne te sied guere).

    Bon amusement ami angélique ! Ton pseudo a été changé aussi


    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Sign2copy

    Spoiler:
    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Pavillon
    Maître du Jeu au Trésor
    Maître du Jeu au Trésor
    Maître des Berrys
    Maître des Berrys

    Localisation RP : Partout et nulle part
    Rang/Grade : Banquier
    Supérieur : La surface

    Voir le profil de l'utilisateur

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Serviteur du Jeu de mains le Jeu 28 Jan - 21:48

    Après revalorisation de ta fiche, tu passes au niveau 5 Gallica ^^

    Revenir en haut Aller en bas

    Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste Empty Re: Gallica Amafor, Ange d'une Île Céleste

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum