Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Voyage vers... Gemeylrum ?

Aller en bas

Voyage vers... Gemeylrum ?

Message par Spatha Grimmer le Ven 15 Jan - 3:10

  1. L’équipage de Barberousse

    Me voici donc à bord du « Condor », une caravelle munie de trois mâts imposants déployant leurs voiles noires respectives où se trouvent dessinés sur chacune le sigle bien connu de la tête de mort, symbole fièrement porté par les hors-la-loi envahissant nos mers. Ce sigle avait, comme chaque équipage, sa particularité : l’un des os était remplacé par une prothèse en bois, l’autre par une épée et le crâne abordait également un cache-œil sur son lobe droit. Ces ajouts étaient les caractéristiques principales du capitaine de ce navire, dont j’appris finalement son nom ou du moins le titre qu’on lui attribuait, et qui n’était autre que « Barbe Rousse » ! Surnom bien étrange vu la noirceur de sa moustache et de son bouc… Ce fut finalement un membre de l’équipage qui m’eut expliqué, par après, que ce nom lui a été attribué suite à tout le sang qui giclait sur lui durant ses combats et qui avait tendance à faire rougir sa barbe.


  2. L’intégration dans l’équipage

    Mais ne nous attardons pas aux caractéristiques, revenons à Seitoun et à mon entrée sur le navire. En arrivant à bord du Condor, j’eus du mal à trouver ma place, j’avais l’impression d’avoir en face de moi un monde totalement éloigné voir opposé à celui que j’ai toujours connu.

    Moi, jeune botaniste insouciant et rêveur me trouvai soudainement devant une bande de brutes au regard froid et doté d’un mutisme particulièrement puissant. Comprenez mon désarroi face à tant de divergences culturelles confrontées directement en l’espace d’une fraction de seconde !

    Je n’arrivai pas à comprendre le comportement des pirates, ils me paraissaient stupides, pessimistes, froids et dangereux. La première chose que j’eus envie, une fois monté sur le pont, fut de me diriger vers ma cale et d’y rester. Malheureusement le capitaine m’en empêcha d’un geste de main et m’envoya quêter une tâche à faire auprès des marins. En effet si je voulais partager son navire afin d’aller vers Gemeylrum, la ville parait-il réputée pour son rhum et sorte de quartier général des pirates et située à une quinzaine de jours en navire de Seitoun, je me devais d’aider l’équipage dans les manœuvres quotidiennes du vaisseau.

    Je ne vous compte pas la difficulté de m’intégrer à cet attroupement de grosses brutes, moi, un jeune gringalet frêle et maladif muni d’un sourire simplet. Sachez en tout cas qu’il me fallut 3 jours pour enfin pouvoir compter parmi eux, trois jours d’enfer, trois jours d’humiliation, trois jours de solitude. Du boulet étant toujours de trop dans un groupe ou lors d’une manœuvre au martyr désigné contre son gré se retrouvant seul pour faire une tâche équivalente à dix personnes et subissant les railleries de ses congénères, j’en ai vu des vertes et des pas mures. Même si cette situation ne m’était pas vraiment inconnue, toute mon enfance réunie ne put, ne serait-ce que penser, égaler ces trois longs et douloureux jours.

    Enfin lors du troisième jour, en milieu d’après-midi, suite à une tempête relativement violente et où j’avais du ferler tout seul le mât principal (merci le glossaire du forum lol), tâche évidemment impossible pour un navire de cette envergure, je pris trop de temps pour fixer tous les cordages et cette erreur s'avéra fatale : Le vent fit une déchirure dans la voile principale. Un bout du tissu muni de divers cordages à moitié détaché du reste de la voile voleta dans tous les sens, faisant un total de 10 victimes dont 2 morts, 3 blessés graves et 5 blessés légers. Malheureusement, dans les 2 morts se trouvait le seul médecin de l’équipage. On m’accusa alors directement comme responsable de ce crime et tout l’équipage voulut me jeter à la mer pour cette erreur. Alors que je me fis trainer vers les flots, je regardai le capitaine d’un air suppliant mais ce dernier resta de marbre. Ne voulant pas compter tout le temps sur Spatha pour me sortir des situations périlleuses, je pris mon courage à deux mains et criai d’une voix forte et claire :

    « Si vous me jetez maintenant, le seul médecin encore debout sur ce navire, que ferez-vous des blessés ? »

    L’impact eut l’effet voulut, et une atmosphère de doute tomba soudainement sur le navire. Je perçus un sourire aux lèvres de Barberousse, ce qui me donna un élan de fierté et me mis en confiance. J’expliquai donc mes connaissances aux marins, m’excusant par la même occasion de mon erreur, et leur promettant de tout faire pour me rattraper en faisant tout mon possible pour soigner les trois malheureux. La réaction fut plus lente cette fois-ci mais s’avéra finalement concluante, les pirates s’excusèrent eux aussi en s’agenouillant devant moi pour leur attitude odieuse et me supplièrent de soigner leur camarade ! Ce que je fis sans plus attendre…


  3. L’abordage

    Ce fut donc à partir de ce moment que je me suis intégré à l’équipage du Condor. Cinq jours plus tard, les trois blessés reprirent connaissance à la joie de tous et un festin fut prévu à mon honneur pour mon travail. Cette fête me fit découvrir le côté festif des pirates qui m’était jusqu’alors inconnu, je fus à présent réellement convaincu sur ma future entreprise dans la piraterie ! Tout le monde changea radicalement de tête une fois les fûts ouverts, on voyait une joie de vivre, un optimisme et une naïveté attendrissante dans les visages de ces navigateurs. Je compris alors leur réelle nature, ils étaient finalement des êtres d’une nature si simple, guidés uniquement par leurs convictions propres et leur rêve mais profitant de chaque instant suite au danger de leur métier et les risques qu’ils y encourent. Tel est le prix de la liberté. Je me fis à cette vision des choses et commençai à les comprendre de plus en plus, au final je n’étais pas si différent d’eux.

    Enfin le festin se finit aux petites heures du matin, je pont jonché de corps inanimés et totalement silencieux, mis à part quelques ronflements par endroits. Soudain la cloche sonna, un navire à 9h fonçait droit sur nous ! La vigie reconnut la mouette sur la grande voile ce qui réveilla tout le monde en sursaut, ce qui m’étonna quelques peut. Un marin m’expliqua alors en vitesse que la mouette était le signe distinctif de la Marine, l’armée aux ordres du Gouvernement Mondial. Ce qui m’éclaira un peu plus sur la source de cette agitation, étant des hors-la-loi, ils se devaient de se tenir à l’écart de ce genre de cuirassés.

    Le navire ennemi étant plus rapide que le nôtre, Barbe Rousse donna l’ordre de donner l’offensive et de préparer les canons. Ensuite il se dirigea vers moi et me fit un signe de tête qui signifiait clairement qu’il comptait sur moi pour les aider dans cet abordage. Me voilà donc mêlé à mon premier combat naval ! Je ressentis une excitation mais en même temps une certaine peur, en effet je vis à travers mes jumelles que le cuirassé contenait à peu près le double de marins que sur ce bateau-ci. Je regardai donc le capitaine d’un regard inquiet, mais celui-ci paraissait confiant.

    Enfin la première vague de boulets de canons fut lancé par notre navire à une distance de 5 encablures, distance particulièrement longue à mes yeux, et pourtant 2 de ces boulets firent mouche ! Malheureusement ce ne fut pas assez pour l’affaiblir, et une réponse arriva dans les minutes qui suivirent. Un de ces boulets arriva juste devant nous et fit vaciller le navire. Le capitaine ordonna alors de replier les voiles afin d’éviter de les déchirer et de se préparer au combat au corps à corps, juste au moment où une deuxième vague de boulets pointa l’ennemi détruisant ainsi l’un des mâts secondaires et déchirant les diverses voiles. Il me retint à côté de lui, voulant sûrement que je fasse partie de la première ligne lors de l’abordage, ce qui me fit blêmir soudainement.
    Enfin le cuirassé ennemi arriva à portée, les planches en bois furent placées et nous attendîmes les marines se diriger vers nous. Et le combat commença ! Je restai un moment immobile, fasciné et horrifié en même temps par cet étrange spectacle… Ce fut le chaos total, chacun frappant à tors et à travers, voyant des duels par-ci par-là, parfois équitables parfois inégaux, des coups par derrière, des corps tomber les uns après les autres. Je sentis Spatha vouloir prendre la place et profiter de ce festin sanglant mais je ne pu réagir, j’étais comme figé, dans l’incapacité de bouger ne serais-ce que le petit doigt. Ce fut le poids d’un corps projeté sur moi qui me réveilla, enfin qui réveilla mon autre personnalité.

    *Enfin ça n’est pas trop tôt, ce boulet de Grimmer a bien faillit se faire avoir en me bloquant l’accès à son conscient !*

    Spatha s’occupa de 5 marines (et un pirate pris « malencontreusement » dans le tas) juste après son réveil, avant de se fouler à un lieutenant, duel qui dura un peu plus longtemps.
    Ce fut à ce moment là que deux coups simultanés scellèrent le destin d’un équipage entier et de notre héros. A la seconde près, une épée et un gourdin atteignirent les têtes de Barberousse et Spatha par derrière. En effet, le capitaine trop pris par son duel face à une bonne dizaine de soldats et au capitaine du navire, et Spatha face au lieutenant et quelques soldats en prime, laissèrent tous les deux une brèche que l’ennemi ne manqua pas de remarquer. Une tête jaillit donc de cet espace sanglant et un corps de plus tomba à terre, inanimé.


  4. Prisonnier

    « Oui Lieutenant ! »

    Je me réveillai avec un mal de crâne énorme à la tête, j’eus du mal à distinguer le haut du bas pendant un moment. Enfin ayant un peu repris mes esprit je vis un soldat au grade-à-vous face au lieutenant que j’ai pu affronter sur le Condor. Je me tâtai l’arrière de mon crâne pour remarquer qu’une croute de sang s’était installée inopinément. Je me souvins alors de ce choc soudain lors du combat, de façon assez floue et remplis de rouge.

    *Voici donc ta première défaite, Spatha*

    Pensai-je, amusé.

    *Oh ça va hein, dois-je te rappeler que je n’ai que 26 jours ? Et tu ne m’aides pas vraiment en t’entrainant si peu… Tu te lésines beaucoup depuis Dotsumaki…*

    Et il avait raison, tous ces événements n’ont pas favorisés mon entraînement à l’épée, je me décidai donc que si jamais j’arrivais à m’en sortir, je ne me lésinerai plus jamais sur mon entraînement quotidien.
    Et quelle situation ! Moi qui voulais devenir pirate, qui avais réussi à se trouver de l’aide chez un pirate de renommée, me voilà bien mal partit. Serais-ce déjà la fin de mon parcours ? Ne serais-je donc pas le fameux pirate que Barbe Rousse prétendait avoir vu en moi ? Je m’en voulus tout d’abord pour mon manque d’expérience et pour ma faiblesse et puis finalement je me repris et commençai à réfléchir à la situation.

    Malheureusement je savais bien que ma seule issue serait soit la prison, soit la mort, soit l’esclavage. Je priai pour tomber sur tout sauf la mort, prière bien inutile vu qu’on annonça ma peine de mort peu de temps après.
    Enfin, après deux jours relativement paisibles, la vigie annonça une île à l’horizon. Je le savais bien, le navire a vogué jusqu’à l’île la plus proche vu les dommages relativement importants qu’il a reçu et profitant de cette occasion pour se débarrasser au plus vite des prisonniers considérés comme inutiles. J’allais être exécuté sur Baterilla, une île quelconque en plein milieu de South Blue… Quelle ironie !


Dernière édition par Spatha Grimmer le Sam 27 Fév - 15:56, édité 1 fois
avatar
Spatha Grimmer
Ou pas
Ou pas

Localisation RP : South Blue
Rang/Grade : Épéiste/Médecin
Supérieur : Brask Roc

Feuille de personnage
Points de vie:
400/400  (400/400)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voyage vers... Gemeylrum ?

Message par Spatha Grimmer le Lun 18 Jan - 19:53

  • Seul…

    Nous arrivâmes donc à Baterilla, ou plus précisément à la ville portuaire la plus importante de l’île, Micktown. C’est sous une nuit pluvieuse que le cuirassé Marine, ou du moins ce qu’il en reste, entra dans le port. Les marins exténués, mais surtout enthousiastes suite à leur longue période en mer, passèrent la nuit à l’échoppe du port profitant des bienfaits de la nature, et nous laissèrent donc seuls mise à part un pauvre mousse qui resta sur le navire, montant la garde. A mon avis, celui-là fait son boulot à contrecœur, surement un bleu qui subit les vengeances de tout ce que ses anciens ont pu vivre lorsqu’ils étaient à son niveau. Telles sont les lois de la nature, et surement qu’il fera de même lorsqu’un nouveau arrivera dans l’équipage…

    En tout cas cela ne me rendit pas mon enthousiasme pour autant, bien que je sois de nature plutôt optimiste, l’heure était venue à la déprime. La seule et unique phrase du « juge » n’arrêta pas de résonner dans ma tête : « Vous êtes condamné à mort ». Je m’attendais à tout sauf à ça ! Au moins être emprisonné, mais là, je n’ai plus aucun échappatoire, tout ce que je peux faire est me résigner à mon sort…

    *Suite aux dommages reçus par l’équipage de Barbe Rousse, ils n’ont surement pas les moyens immédiats de nous emmener au QG de South Blue, et préfèrent donc nous voir mort que de devoir s’occuper d'une dizaine de bouches pendant une durée indéterminé. C’est donc cela la vision des pirates venant de la Marine… Beau tableau Neutral*

    Enfin je m’endormis d’un sommeil agité, rêvant de toutes les manières possibles d’être exécuté : en passant par la guillotine, la hache, la corde ou le peloton d’exécution. Je suis bien mort 10 fois rien qu’en 4h de temps, pour ne pas vous compter les réveils en sursaut et les sueurs froides juste après.
    Une bonne sizaine d'heures plus tard, je dirais, la porte de la cale s’ouvrit et le jeune mousse entra suivit d’un lieutenant que je ne connaissais pas. Ils firent sortir un à un les prisonniers, les reliant par une corde bien ficelée pour ensuite les monter sur le pont.

    Où vont-ils nous emmener ?


A suivre : La marche funèbre !
avatar
Spatha Grimmer
Ou pas
Ou pas

Localisation RP : South Blue
Rang/Grade : Épéiste/Médecin
Supérieur : Brask Roc

Feuille de personnage
Points de vie:
400/400  (400/400)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum