Takeji, le Pirate Sniper !

Aller en bas

Takeji, le Pirate Sniper !

Message par Takeji Shashu le Ven 5 Fév - 11:28

[Contexte : Ce RP se déroule peu après la fuite de Takeji, relatée dans le Test RP de ma Présentation]



Partie 1 - L'Auto-Proclamé : Pirate Sniper



Takeji : La survie c’est un état d’esprit. La soif et la faim c’est dans la tête ! Mon corps n’a besoin de rien tant que j’ai mes amis avec moi ! Hein Tom ?

*Cri de Mouette*

Le volatile quitta le rebord de la barque sur laquelle naviguait le jeune Shashu, et s’envola pour d’autres cieux, tout en laissant vibrer dans l’air son cri presque moqueur à l’encontre de Takeji.

Takeji : Tom ?! Tu vas où ?! Reviens !!!

Il sortit son pistolet et le pointa vers l’oiseau de mer dont la silhouette commençait à disparaitre avec la distance et la lueur mourante du jour cédant sa place à la nuit.

Takeji : Reste avec moi pour la vie… Ou meurs !

Soudain un énorme choc ébranla l’embarcation, empêchant Takeji de tirer sur ce qu’il considérait être un ami potentiel : une mouette.

Takeji : Non mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je délire ?
????? : Ben faut croire Camarade !

Pensée de Takeji : Camarade ?!

Les yeux du jeune homme s’illuminèrent alors qu’un large sourire lui fendit le visage. La collision qui avait stoppé net la progression de son embarcation de fortune, l’avait fait tomber à la renverse. Il se redressa instantanément en entendant les douces syllabes, prémices d’une future amitié.

Takeji : Vous voulez bien… être… mon…

Il se tut, tant la surprise et la déconvenue étaient totales. Il n’arrivait même plus à extirper un seul son de sa bouche, bée. La personne qui se tenait devant lui était assise sur un rocher au beau milieu de rien. La chaloupe qui l’avait porté depuis la caravane maritime jusqu’ici, avait heurté ce morceau de récif rocheux. L’inconnue était à moitié humaine et à moitié poisson : une sirène.

Takeji : C’est bon ! Les hallucinations ne font pas de bonnes amies. Je vais fermer les yeux et puis tout ça va dispa…
????? : Mais je suis réelle !! Je t’ai entendu crier alors je suis venue voir de quoi il s’agissait…
Takeji : Je disais donc que j’allais fermer les yeux !

Ce qu’il fit. Il attendit quelques secondes puis les rouvrit, découvrant que la sirène n’avait nullement disparu. Ses épaules s’affaissèrent, le désespoir, la lassitude et la résignation que la folie ne le quitteraient pas si facilement. Un long soupir accompagna sa certitude défaitiste.

????? : Mon nom est Coralie.
Takeji : Depuis quand les amis imaginaires s’octroient-ils des noms ?
Coralie : Mais tu vas arrêter avec ça !? Et ça, c’est imaginaire ??

Elle balança sa queue à la surface de l’eau, créant une gerbe qui aspergea le jeune homme. Comme si le liquide frais et salé s’était révélé salvateur, son visage s’illumina à nouveau. Il prit tout de même le temps de scruter la fillette avant de répondre quoi que ce soit. Elle était blonde, sa chevelure tombait en cascade sur ses épaules. Elle semblait fragile comme le cristal mais dans sa voix résonnait un tempérament de fer, une personne inflexible. L’eau sur sa peau, éclairée par les rayons du soleil, lui donnait un côté sexy qui contrastait terriblement avec le regard colérique qu’elle jetait à Takeji. En dehors de ses écailles qui commençaient au niveau de taille, elle portait une sorte de soutien dont les bretelles étaient faites d’algues tressées et les bonnets des deux parties de la coquille d’une palourde géante. Le Sniper avait beau se dire que la scène semblait toute droite sortie d’un rêve de marin, il ne rêvait absolument pas.

Alors qu’il reprenait ses esprits, il aperçut une terre à quelques kilomètres de leur position.

Coralie : Alors ?? Toujours dans les vapes ?
Takeji : C’est quoi ton nom déjà ? dit-il en se massant la nuque.
Coralie : Coralie.
Takeji : Moi c’est Takeji. Qu’est-ce que tu fais ici ?
Coralie : Je te l’ai dit, j’ai entendu qu…
Takeji : Non pas ça ! Je veux dire que faisais-tu à la surface ? Je croyais que vous vous teniez loin des marins ?
Coralie : T’as pas trop l’air d’un marin toi !
Takeji : Rah !! Ce n’est pas faux ! avoua-t-il en souriant.

Il jeta à nouveau un œil furtif vers l’ile qu’il avait repérée. La sirène s’en rendit compte et eu un mouvement de recul.

Takeji : Qu’est-ce qui se passe ?
Coralie : Tu viens de cette ile ?
Takeji : Non je ne la connais absolument pas. Je suis un peu perdu en fait.

Il venait d’occulter toute l’histoire, en omettant de préciser qu’il était probablement recherché par la Marine et que sa chaloupe était une embarcation de cavale. Quelle réaction aurait-elle si elle avait du le considérer comme un homme dangereux ou comme un criminel ? Qu’avait-il fait après tout ? A part venger ses amis, sa seule famille désormais…

Coralie : C’est l’ile de Tortuga ! Un repère de pirates !
Takeji : Des pirates ??
Coralie : Oui ! C’est d’ailleurs à cause de l’un d’entres-eux que je suis remontée à la surface.
Takeji : Comment ça ?

Elle lui expliqua alors comment elle et sa sœur s’étaient faites capturer alors qu’elle se promenait en bordure de la Calm Belt, par un équipage de pirates. Le capitaine de ce navire se faisait appeler Silver, le Loup aux Crocs d’Argent. Son drapeau représentait deux fémurs entrecroisés dans la gueule d’un loup. Un étendard reconnaissable entre mille. Coralie semblait faire l’impasse sur certains passages trop douloureux de son récit. Les hommes de Silver avaient gardé sa sœur dans la cale du bateau pendant qu’ils s’amusaient avec l’autre captive, elle-même. Certains d’entres-eux n’ayant jamais vu de sirènes, leur curiosité devint stupide et malsaine. Lorsqu’ils se lassèrent, ils l’attachèrent à un des mâts. Heureusement pour elle, l’un des hommes de Silver, pris de pitié, la libéra dans la nuit. Elle voulut récupérer sa sœur mais il l’en dissuada.

Coralie : C’était trop risqué ! J’ai donc suivi le bateau jusqu’ici, l’ile de Tortuga. Je pensais y retrouver une vieille connaissance. Il aurait peut-être pu m’aider.
Takeji : Que crois-tu qu’ils veuillent faire de ta sœur ?
Coralie : Je préfère ne même pas le savoir. Je veux juste la récupérer. Tes cris m’ont interpellé mais c’est sans doute le destin qui t’a mis sur mon chemin. M’aiderais-tu au moins à joindre Joe ou à reprendre contact avec le pirate qui m’a sauvé mon ami ?

Les yeux de Takeji s’illuminèrent à nouveau. La camaraderie avec une sirène ? Un rêve ! Il n’écoutait même pas ce qu’elle disait. Il répondit en l’interrompant.

Takeji : Evidemment !! Voilà ce que l’on va faire, je vais t’aider puis nous seront, avec ta sœur, les meilleurs amis pour la vie !
Coralie : Euh… Ouais…
Takeji : Rendons-nous sur l’ile ! dit-il sans même se rendre compte des réticences de la sirène.

Ainsi, ils firent route vers le rivage de Tortuga. Elle préféra nager à côté de la barque qui n’avait pas trop été endommagée par le choc avec le rocher. Lui se tenait assis, le dos bien droit, la lunette de son fusil braquée vers le petit port qui se distinguait à l’horizon. Il alternait entre surveillance visuel et coups de pagaie. Bientôt, ils arrivèrent par le côté sud. Elle lui livra tous les renseignements en sa possession : une description plus précise du bateau, de l’homme qu’elle recherchait et de Silver. Il lui confia son bien le plus précieux en gage de confiance : Senshi Gun. Il lui transmit à son tour des informations pour une éventuelle retraite en cas de problème. Elle acquiesça.

Il remonta le quai, longeant une file interminable de bateaux dont bon nombre affichait, sans vergogne, leur appartenance à l’ordre de la Piraterie. Cela le surprit quelque peu. Cela tranchait totalement avec ce qu’il avait pu observer à East Blue. Le Sniper, équipé désormais de son Kenjuukai Gun, déboucha sur une petite place, dont le lieu d’attraction principale semblait être une taverne, d’où s’échappaient les bruits, les cris, les chants, et malheureusement les odeurs, des pirates saouls et repus. Il s’approcha, puis décida d’y aller franco ! D’un pas sûr, il entra dans la taverne. Il demeura silencieux, immobile, alors que l’agitation qui y régnait occultait totalement sa présence.

Takeji : SIIIILVEEERRRRR !!

Les voix se turent au fur et à mesure que les regards se tournaient vers lui. En quelques secondes, les lieux avaient retrouvé un calme, apparemment perdu depuis longtemps. Un homme s’avança vers le jeune Shashu.

????? : Que veux-tu au Capitaine Silver ?
Takeji : Être son ami bien sur ! Et toi t’es qui ? Tu veux être mon ami toi aussi ?
????? : Non mais t’es malade toi ?! Pfff… Jamais de la vie !

La réaction ne se fit pas attendre. Le déclic de l’arme et le tintement de la chainette qui l’ornait se firent entendre. Le canon était déjà braqué sur le visage de cet inconnu qui refusait l’amitié de Takeji.

Takeji : J’ai dit… Sois mon ami !

Les autres pirates n’esquissèrent pas le moindre geste. Sans doute avaient-ils perçu dans la dextérité et la rapidité d’action du tireur d’élite, un danger potentiel.

????? : Laisse-le Vyclaw.
Vyclaw : Mais Capitaine ?!
Silver : Laisse tomber…

Celui qui se prénommait Vyclaw recula, laissant entre son front et la gueule du canon de Takeji, un à trois mètres de distance. Ce dernier rangea son arme et salua de la tête celui qui s’était interposé : Silver en personne.

Silver : Tu veux être mon ami alors ?
Takeji : Vous voulez bien ?
Silver : Si je dis non, tu vas me braquer également ?
Takeji : Cela dépend de vous. Il vaut mieux être mon ami que ma cible non ?
Silver : Je me demande simplement si je ne suis pas déjà les deux en quelque sorte.

Tous deux sourirent mais visiblement Silver n’était pas l’homme bête et méchant qu’avait imaginé Takeji. Il était assez grand, de forte corpulence. Sa barbe grisonnait sur ses tempes, mais finissait en un noir profond, comme une nuit sans lune. Ses grands yeux et son visage aux traits arrondis, lui conféraient une image paternelle. Il masquait ses cheveux sous un bonnet de fourrure dont les extrémités se confondaient avec ses favoris. Il appuyait sa lourde carcasse sur une canne dont le pommeau était une tête de loup sculptée dans le bois.

Takeji : Il faudrait que je vous parle.
Silver : Parler ? C’est qu’on fait entres amis.
Takeji : Et même entre ennemis.

La tension avait encore grimpé d’un cran avec cette réponse. Les autres personnes présentes dans la pièce tentèrent de reprendre leurs activités, ainsi que le tintamarre qui les accompagnait, en réponse à ce stress croissant. Mais la mayonnaise ne prit pas. Ils étaient trop curieux de savoir ce qui allait se passer. Ainsi les deux protagonistes s’écartèrent du centre de la taverne pour rejoindre un coin plus isolé du bar, où deux pauvres lanternes éclairaient péniblement un cendrier. Après s’être installés et avoir patienté quelques secondes, ils finirent par rompre le silence.

Silver : De quoi veux-tu me parler ?
Takeji : De ta trouvaille à écailles.
Silver : Je ne vois pas de qu…
Takeji : J’ai retrouvé ton colis perdu.

Silver marqua une pause, révélatrice du fait qu’il savait de quoi il était question.

Silver : Faire ami-ami, pour toi, c’est faire une vente ?
Takeji : Une vente ? Tu rêves. On ne vend pas ses amis.
Silver : Alors que veux-tu hein ? Je pourrais tout aussi bien te séquestrer et te faire avouer où elle est.
Takeji : Tu y perdrais du sang et des hommes, donc je vais plutôt récupérer le second colis et on se quittera en bon terme. En ami !
Silver : Tu me menaces gamin ? Sais-tu pourquoi on m’appelle le Loup aux Crocs d’Argent ?

Le Capitaine fit une grimace qui laissa paraitre sa dentition : toutes ses canines étaient en argent et bien plus longue que les autres dents. Un détail qui contrastait avec l’image protectrice du père que Silver avait quelques instants plus tôt.

Silver : Je suis un véritable loup, quand j’ai une proie, j’y plante mes crocs et personne ne peut me la retirer. A tout moment ma meute est prête à fondre sur l’ennemi.
Takeji : Même là ?

Il avait dit cela en lui montrant ses propres crocs : le canon du Kenjuukai Gun, reflétant la faible lueur des lanternes.

Takeji : Ta meute est aussi rapide que ça ? Alors maintenant voilà ce qu’on va faire. Tu vas me conduire auprès du colis et moi je te donnerai le nom du traitre qui a libéré celle que tu recherches. Ok mon ami ?

Le vieux loup de mer hocha la tête et se leva sans un mot. L’occasion pour lui de faire tomber le traitre était trop belle. Il alla se joindre à un groupe d’hommes. Après quelques minutes d’échange, ceux qui semblaient faire partie de son équipage se levèrent et quittèrent la taverne. A peine s’étaient-ils levés que leurs places furent prises d’assaut. Takeji resta au bar le temps de finir son saké. Le breuvage était infect, à l’image de l’accueil qu’il avait reçu en entrant dans la taverne. Cependant, il s’appliqua à n’en laisser aucune goutte. Lorsqu’il eut fini, il se leva et traversa la salle. Les regards se posèrent sur lui, l’intrus qui avait plus ou moins perturbé la bonne ambiance qui régnait dans les lieux.

Lorsqu’il franchit la porte, il trouva le pirate qui avait voulu l’empêcher de parler au Capitaine Silver, adossé à la façade de la taverne.

Vyclaw : Par ici…

La colère s’étouffait dans sa gorge, rendant sa voix monocorde. Takeji le suivit sans un mot. Ils traversèrent la place. Le rebelle en fuite jeta un œil en direction du quai par lequel il était arrivé mais n’aperçu nullement Coralie. Il revint sur Vyclaw. Le pirate avait à la ceinture une dague aux reflets bleutés. Du saphir ornait le manche de l’arme. Pour le jeune homme, un tel objet ne pouvait être qu’un signe ostentatoire d’appartenance à la Piraterie. Il en sourit discrètement tant cela lui paraissait ridicule et/ou imprudent.

Vyclaw : C’est là !

Ils montèrent à bord d’un vaisseau beaucoup plus petit que celui qu’il avait imaginé. En plus mauvais état également. Sur le pont, Silver et ses hommes l’attendaient.

Takeji : Ca en fait des amis !! Prêtes m’en la moitié ?

Vyclaw écarquilla les yeux.

Vyclaw : Mais tu pètes un câble !

Takeji réagit au quart de second, pointant son pistolet sur la tempe de son escorte.

Silver : T’as du cran gamin !
Takeji : Gamin ? Bon je ne vais pas relever cette énième insulte. C’est comme ça tu traite tes amis ? Bon très bien. Je ne veux plus de toi comme Camarade ! Donne-moi simplement le… colis !
Silver : On avait un deal non ? Alors qui est le traitre… ? Tu as des preuves ?
Takeji : Montre-moi la fille ! Je n’ai aucune confiance en vous.
Silver : Non non non…
Takeji : C’est ça ou je…
Vyclaw : Ou tu quoi ??
Silver : C’est quoi ton nom ? T’appartiens à quel équipage pour oser venir nous défier ainsi ? Et seul en plus !
Takeji : Euh…

La question l’avait désarçonné. Il ne s’attendait pas à être pris pour un pirate. Il fallait qu’il enchaine de la manière la plus naturelle possible.

Takeji : Je suis Takeji ! Le Pirate Sniper !
Vyclaw : Le quoi ??

Tout l’équipage du Loup aux Crocs d’Argent éclata de rire. La honte et son rouge significatif montèrent aux joues du jeune Shashu. Profitant de cette déconvenue, Vyclaw s’écarta et rejoint rapidement le reste du groupe. Seul contre tous. Ce n’était pas son plan initial. Il scruta les abords du bateau. Il vit ce qu’il espérait mais fit comme si de rien était.

Takeji : Vous voulez voir un vrai pirate en action ? Tant pis pour vous.

Il leva son arme vers le haut mat et tira à deux reprises, puis une fois sur sa droite. Les cordes qui retenaient la grande voile cédèrent et celle-ci s’affaissa sur l’équipage. La confusion s’empara des hommes de Silver. Takeji se précipita vers l’entrée de la cale à l’opposé de sa position. D’un bond il quitta le pont et la lumière chaleureuse du jour pour se retrouver dans la sombre humidité du fond du bateau. Là il trouva la jeune sirène attachée et bâillonnée. Il se précipita mais déjà au dessus de lui, les pas des pirates se firent entendre. Il ne l’avait pas vu se jeter dans la cale mais Silver savait ce pour quoi il était venu. Le Sniper trouva un vieux stock de poudre dans des barils. Vu l’humidité de la pièce, il n’y avait que peu de chance que la poudre prenne, mais c’était sa seule opportunité. Il rechargea le Kenjuukai Gun et tira à deux reprises avant que le souffle de l’explosion ne projette débris de bois, gerbes d’eau et autres objets stockées ci et là. En quelques secondes l’eau de mer s’engouffra dans la cale faisant pencher le bateau vers l’avant. Là c’était certain, Silver et ses hommes l’avaient localisé. Il se jeta sur la sirène encore choquée, la mit sur son épaule et se posta tout au fond, contre le bois mouillé, patientant nerveusement, observant avec stress l’eau qui montait. Lorsque la première jambe apparut sur la marche de l’escalier qui menait à la cale, il tira sans y penser à deux fois. Le projectile déchira la peau, la chair et continua sa course jusque dans la paroi de la pièce submergée. Takeji glissa sa main sous le bâillon de la sœur de Coralie et le lui retira.

Takeji : Fais-moi confiance !

Au même instant, la silhouette de Silver se dessina dans l’escalier. Il criait, jurait, beuglait mais ses mots se noyaient dans le brouhaha provoqué par l’eau qui s’engouffrait. Il y eut une secousse puis tout bascula. L’eau salée arrivait déjà au niveau du thorax du jeune homme. Il prit sa respiration et plongea. Il aperçut le trou béant par lequel arrivait l’eau. Tirant la jeune fille d’un bras il s’extirpa du navire. De l’autre côté, Coralie l’attendait déjà. C’était à elle de jouer désormais. Elle défit les liens de sa sœur et toutes deux saisirent les mains du Sniper. Il acquiesça d’un signe de tête. Il fallait s’éloigner au plus vite. Si le bateau coulait, ils seraient attirer et trainer par le fond.

Ils gagnèrent la surface à plusieurs mètres de là. Takeji crut distinguer les cris de rage de Vyclaw.

« Sois maudit Takeji le Pirate Sniper !! Sois maudit ! »

Il en souriait presque.

Coralie : MERCI !! Merci infiniment mon ami !!!

Pensée de Takeji : Ami ??

Takeji : Mais de rien voyons !! s’écria-t-il, un feu d’artifices dans les yeux
Daphnée : Tu es mon héro !
Takeji : Non non ! Pas de ça ! Ne m’idolâtre pas ! Prend moi juste comme ami… dit-il avec tout son sérieux.
Coralie : Ta barque est toujours de l’autre côté du port. Tu veux que je t’y emmène ?
Takeji : A vrai dire… Pas vraiment, j’espérais pouvoir me faire des amis avec un plus gros bateau et voyagez avec eux. Mais attends..., songea-t-il, comment tu as su qu’on sortirait par…
Coralie : J’observais la scène avec la lunette de ton fusil. Je t’ai vu sauté dans la cale. Alors quand l’explosion a retenti…
Takeji : Ok ok…
Coralie : Tu vas bien Daphnée ? Ils ne t’ont rien fait ?
Daphnée : Ils comptaient me vendre…
Takeji : Vous devriez y aller avant qu’ils ne vous retrouvent. Mais que vas-tu faire ? Poursuivre ma route jusqu’à ce que je trouve de nouveaux amis.
Daphnée : On va te ramener sur l’autre partie de l’ile. Il y a bien le vieux Joe là-bas non ?
Coralie : Mais oui ! Le Ferrailleur des Mers ! Il reste en retrait de l’agitation du port de Tortuga mais n’hésite jamais à faire du troc de ferrailles avec les pirates qui passent sur cette ile. Il fabrique toute sorte d’engins bizarres.
Daphnée : Il nous doit pour près de 300 perles. On lui demandera de t’accueillir en échange.
Takeji : Merci les filles.
Coralie : Non non ! Pas de ça ! Ne nous idolâtre pas ! dit-elle en l’imitant.

Ils s’esclaffèrent en chœur tout en s’éloignant. Les deux sirènes aidèrent Takeji, l'auto-proclamé Pirate Sniper, à nager. Il avait ressenti sa douleur habituelle au niveau du mollet après avoir sauté dans la cale. L'adrénaline s'était chargée de masquer le mal mais maintenant, sa jambe le lançait quelque peu.

Après avoir fait un bon quart du pourtour de l’ile, elles le laissèrent sur la côte. Coralie rendit le Senshi Gun à son propriétaire avant de se quitter.

Coralie : N’hésites pas à revenir dans le coin !!
Takeji : Mais comment je vous retrouverai ?
Daphnée : On le fera ! Ce n’est pas ce que font les amis ?

Il sourit, puis emprunta le petit sentier qui ramenait vers les sommets, au sud de l’ile.

« A bientôt » s’écrièrent-elles !

Il ne les salua que d’un geste de la main. Il avait le cœur rempli de joie et les yeux humides.

Pensée de Takeji : Des amis…

L’ex-révolutionnaire se dirigeait vers de nouveaux lieux, peut-être également de nouveaux amis. La baraque du vieux Joe serait sa prochaine étape.

De l’autre côté de l’ile, le Loup aux Crocs d’Argent comptait les blessés avec son second, Vyclaw. Leur bateau n’avait pas complètement sombré mais c’était une épave. Les réparations couteraient un maximum. La colère se lisait dans le regard de tout l’équipage.

Silver : Je veux ce satané Pirate Sniper ! Je le veux vivant. Je veux lui bouffer les tripes de mes propres crocs !
Vyclaw : Fouillez l’ile ! Il n’a pas pu partir très loin ! Je suis sûr qu’il est venu ici seul. Il n’avait pas vraiment l’air d’un écumeur des mers. Trouvez-le !
Membres de l’équipage : Oui Lieutenant Vyclaw !

Pensée de Vyclaw : Je vais le découper ce bâtard…

Takeji ne l’ignorait encore, mais le prix de ces deux nouvelles amies n’était autre que la quinzaine d’ennemis féroces qui se lançait à sa poursuite…


To Be Continued...
avatar
Takeji Shashu
Sniper
Sniper

Localisation RP : South Blue
Rang/Grade : Le Sniper Frisé

Feuille de personnage
Points de vie:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum