Kobby, la Brindille

Aller en bas

Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Dim 7 Mar - 1:00

~°Marine°~

~°Présentation du Joueur°~
Prénom: M.
Age: 19
Ce que vous aimez: Kaamelott, le calme
Ce que vous n'aimez pas: Le bruit, la foule
Première Impression: J'ai apprécié que le forum soit très exigeant
Autres :
Comment avez vous connu ce forum?: à travers OPS

~°Présentation du Personnage°~
Nom
Prénom: Kobby
Surnom: La Brindille
Age: 16
Sexe : Masculin
Est-il existant ou inventé ? Existant, mais pas souvent.
Pouvoir/capacité : Kobby combat à mains nues et apprends le sixième style dont il connaît le Soru
Grade : Sergent-chef
Nom de votre supérieure : Monkey D. Garp
Fonction au sein de l'équipage : Torch... Chambellan de Garp


Description Psychologique :

Kobby est, malgré son grade, à peine un enfant. Ou bien est-ce ainsi qu’il se perçoit s’il veut être tout à fait honnête avec lui-même. Sa foi en l’humanité le fait presque passer pour un de ces idéalistes naïfs. Cependant, c’est dans une autre dimension que s’inscrit sa confiance dans son prochain ; ce n’est point par stupidité, loin de là, mais par l’espoir inébranlable que si chacun agissait comme lui, alors plus aucun mal ne serait fait sur cette sphère. Son idéologie le pousse à voir le bien en chaque personne, à donner une seconde chance et à pardonner. Le cœur sur la main, il est prêt à se dépouiller pour aider les autres, sans en éprouver la moindre fierté. Si on lui pose la question sur les raisons de sa largesse à toute épreuve, il répondrait que s’est seulement en donnant qu’il reçoit et qu’il si rien ne lui est donné, il aurait au moins éprouvé le plaisir de donner. Cette façon de penser, hautement utopique, relève du vestige d’une enfance qu’il considère sacrée. Les valeurs qui le font agir, il les a reçues d’abord de sa famille avant de tomber sous l’influence positive de Monkey D.Garp. Cela dit, son opinion personnelle n’influe que peu sur son devoir de marine.

Kobby attache une grande valeur à la camaraderie et à l’amitié. Il aime Hermepp comme un frère et il est toujours prêt à risquer sa vie pour lui comme il l’a fait précédemment. Il est de nature attachante et franchement sympathique. Il va facilement vers les autres et se lie d’amitié avec nombreuses personnes de son entourage. Les autres lui rendent souvent cette sympathie car il a un cœur d’or et a tendance à faire confiance aux gens. De ce fait, il sait se montrer diplomate et faire fléchir avec adresse les grincheux qu'il rencontre que ce soit des civils ou des marines tant son sourire et sa bonhomie sont désarmants. Le versant de la médaille est qu’il lui arrive parfois qu’on profite de lui. Il réagit toujours en se disant qu’il vaut mieux en rire.

Bien que promu depuis peu et promis à une carrière prometteuse, il a su garder sa simplicité et se demande souvent ce qu’il fait avec ces épaulettes, non par complexe d’infériorité, mais par pudeur ; il évite de se servir de son grade autant que faire ce peux et ne sent aucunement prêt à prendre une quelconque personne sous ses ordres. Le cas échéant, il se considérerait comme le simple maillon d’une chaîne, aussi indispensable que les autres, sans plus ni moins. Seul revers de ses sentiments purs, il n’aime pas qu’on écorche son grade étant donné qu’il prend ce fait pour un procès ; comme si on le jugeait indigne de son uniforme.

Dans l’exercice de sa fonction, Kobby garde la tête relativement froide et applique une déontologie hybride tenant de la formation de son mentor par trop parcellaire et de ses lectures romanesques bien peu réalistes. Ce qui fait que ses compétences, outre celles du combat et de la navigation, restent rudimentaires, oscillantes entre le peu de concret qu’il possède et le trop plein d’imagination qu’il y met. Malgré cela, il n’a pas honte, il fait de son mieux et cherche toujours à devenir meilleur en mettant sur lui-même une pression qui serait difficile à gérer si ce n’était son mental d’acier.

Depuis sa promotion au rang de sergent chef, il donne une plus grande importance à l’élégance de sa mise et prend souvent le temps d’exercer l’art de la couture. Il essaye d’éviter que cela se sache pour ne pas passer pour une « tapette » devant les camarades marines. Cet art se révèle inutile puisqu’il porte invariablement l’uniforme de la Marine. Pour une raison obscure, il sent que son accoutrement est totalement original grâce au foulard qu’il porte autour du coup. Il est inutile de préciser qu’il est le seul à le penser et que Hermepp en profite souvent pour se moquer de lui.


Bien des parents se plaignent de leurs enfants à l’orée de l’adolescence, à cet âge-là, les enfants passent subitement du mignon à l’énervant. Un adolescent normalement constitué aurait une attitude à l’opposé qu’a Kobby avec son mentor Garp. L’esprit de rébellion et de contestation a sûrement tenté de posséder le corps du gamin, cependant il s’est trouvé devant un mur infranchissable. « La poigne », comme son nom l’indique, a une autorité qui confine au divin sur ces hommes. La crainte qu’il inspire à Kobby a été enraciné au plus profond de son être le jour fatidique où ils se sont rencontrés. Dans l’esprit du jeune marine, il n’y a rien de plus indiscutable que la certitude de la supériorité du vice-amiral ; il a tout bonnement la vie du jeune garçon entre ses mains. Une telle situation serait pénible si la peur qu’il a ne s’est pas mêlée d’un respect sans bornes le jour où, agenouillé devant le vétéran en attendant sa punition, il a pensé qu’il n’y réchapperait pas. Se rendre coupable de haute trahison devant un haut gradé de la marine est le genre d’acte impardonnable quelles que soient ses intentions. Subissant le feu du regard de Garp à l’endroit de sa nuque, il a attendu le verdict avec appréhension. Au lieu de cela, il s’est vu récompensé son acte de bravoure et son sens du sacrifice et de l’amitié. Depuis ce jour-là, il respecte cet homme jusqu’à la vénération pour son sens infaillible de la justice.


Depuis son plus jeune âge, le jeune garçon a fait montre d’une grande intelligence et d’une grande application quand on lui fait étudier un sujet. Son frère aîné et lui ont appris en même temps la lecture et l’écriture. Pour leur éducateur, chacun d’eux a représenté un défi, pour le grand, il lui a fallu ruser de milles façons pour le mettre derrière son pupitre, pour le petit, il fallait user d’une multitude de talents pour le déloger de son bureau et de sa chaise. Kobby possède depuis son enfance une soif inextinguible de connaissance qui lui crée maintes frustrations depuis la recrudescence continue de ses tâches quotidiennes. Il essaye, jusqu’au jour d’aujourd’hui, de se ménager quelques rares moments afin de satisfaire ses besoins en lecture. Malgré la frustration qu’il a causée à son père en le voyant aussi sédentaire, son assiduité lui a valu une bonne maîtrise de l’art complexe de la navigation et la cartographie. Doué d’une imagination sans pareil, il est capable d’élaborer des plans d’une ingéniosité à couper le souffle. Les appliquer est une autre histoire, puisqu’il se perd souvent en réflexions même au milieu d’une bataille. Il a toujours eu beaucoup de mal à se décider et il a la fâcheuse habitude de sauter d’un plan gallinacé à un autre équidé. Ce curieux penchant de son esprit est parfois audible, quelques bribes de son plan lui échappent parfois donnant l’impression à ses adversaires qu’il est un peu simplet. Son étrange tendance à l’égarement lui a valu la cicatrice qui orne son front sans pour autant l’en débarrasser. Garp espère que cela lui passera avec l’âge mais rien n’est moins sûr. Bien que ce trait en particulier fasse penser que l’adolescent est un peu idiot, il faut noter qu’il prouve chaque jour le contraire. Quand il n’est pas perdu dans ses chimères, il se montre assez vif et perspicace surtout envers son mentor. Il est capable de le comprendre à demi-mot et même, parfois, de prévoir ses attentes. Bien qu’il soit sous les ordres d’un fin connaisseur des rouages du gouvernement mondial, il reste néophyte dans le domaine de la politique. D’abord parce qu’il n’a pas beaucoup d’expérience, ensuite parce qu’il ne s’y intéresse absolument pas sans savoir que cela ralentirait sa promotion.


Kobby a étudié pendant son enfance l’art de la navigation et la botanique. Si la première discipline lui a valu le respect de ses camarades, la seconde le met souvent dans l’embarrât. Il ne peut s’empêcher de faire des commentaires sur telle et telle fleur ou bien abandonner une situation critique pour observer une plante. Ses compagnons lui ressortent alors le surnom dont l’affuble Garp : « La Brindille », surnom octroyé d'une part pour son physique frêle et pour sa passion pour les plantes. Ceci le contrarie invariablement pour quelques instants seulement car ce n'est pas le genre de personne à garder rancune à qui que ce soit. Bon gars, il a conscience que ce n’est que par taquinerie qu’on l’appelle comme cela.


C’est au contact de Luffy que Kobby a appris le courage, l’ambition et la volonté. Il a intégré au bout des aventures qu’il a partagé avec chapeau de paille la nécessité de réaliser ses rêves à tout prix. C’est avec ces valeurs qu’il est parvenu à supporter les lourds tributs qu’ont imposé son grade à la marine et ses entraînements. Grâce à l’enseignement de Garp et à ses nombreuses rencontres avec la mort, il a balayé les doutes qui ont subsisté. Il tend toute son énergie pour réaliser son but : devenir un marine respecté et arrêter Monkey D. Luffy. Il est prêt à donner tout ce qu’il a, jusqu’à son dernier souffle, dans l’optique d’éviter les regrets. Son expérience chez Arbyda l’a endurcit mentalement et lui a fait craindre ses regrets qui rongent l’âme.


Le jeune officier pense parfois à sa famille mais il lui semble qu’elle fait partie de son ancienne vie. Certes elle lui manque, cependant, il est conscient d’avoir fait le bon choix en ayant le courage de la laisser.


Kobby ne consomme jamais d’alcool puisqu’il trouve cela indigne d’un marine. Il n’a jamais goûté et ne veut même pas essayer puisqu’il voit chaque jour les ravages de ce breuvage sur son mentor. Ce sont les seuls instants où Kobby se laisse aller à réprimander Garp avant de subitement réaliser ce qu’il fait et rougir telle une écrevisse sur une poêle.

De toutes les valeurs dont il se targue, il en est une qu’il est primordial de détailler si l’on veut connaître ce jeune sergent-chef : la justice. Bien qu’entouré de personnes charismatiques depuis sa tendre enfance, il est fier de posséder un sens de la justice qui lui est personnel, le fruit de ses réflexions sans pour autant négliger le rôle de ses influences. Pour lui, il ne s’agit pas du respect de certaines lois ni de l’application des décrets du gouvernement mondial ; la justice, la vraie, vient de son sentiment d'empathie, celui-là même qui a poussé son père à agir pour le bien commun laissant ses intérêts personnels aux oubliettes. Kobby s'approprie les souffrances des faibles et de la nécessité de soulager cette douleur commune naît le besoin de faire régner l'ordre, non pas d'un quelconque texte de loi aussi pertinent et élaboré soit-il. C’est pour cette raison qu’il se sent totalement étranger à la politique et à tout ce qui s’en rapproche de près ou de loin. De même, il évite au mieux d’user de violence et a justement choisi de combattre à mains nues pour éviter de blesser mortellement qui que ce soit. Malheureusement pour lui, il n’a pas la pondération nécessaire pour refouler cet accès de colère qui le menace à chaque combat, conséquence d’une montée d’adrénaline foudroyante. Il espère qu’un jour il pourra affronter ses adversaires sans jamais plus éprouver cette joie mesquine qu’il a de vaincre, reflet d’une face obscure de sa personnalité qu’il tente de toutes ses forces d’éradiquer.





Description Physique :


Kobby est un jeune homme qui mesure approximativement un mètre soixante-dix. Son corps à l’apparence chétive leurre souvent ses ennemis, leur faisant douter de sa force. Il est toujours vêtu d’une veste de la marine blanche avec des rayures bleues le long de ses manches et autour de son col garni d’un foulard bleu noué en avant. Parfois il porte une cape d’officier au dessus dont il se sépare à chaque début de combat. Il s’affuble souvent du même pantalon de couleur noire et de baskets faîtes pour le combat dont il est fier.


Son visage plein de santé s’entoure d’une chevelure d’un rose peu commun. Ses cheveux sont coiffés en arrière avec une raie au milieu. Ils sont retenus en place par un bandeau jaune tâché de marron et surmontés de ce qui s’apparente à des lunettes de plongée. Quant à sa face, elle présente des traits assez fins qui lui donnent un charme certain. Un regard franc et honnête et un sourire ineffaçable lui donnent un air bon enfant. Seule la cicatrice en forme de croix sur son front témoigne de son appartenance à une caste guerrière.


Entre marines et quand il n’y a personne de plus gradé de lui aux alentours, à part Garp, il se montre simple. Il laisse de côté le protocole et les règles de conduites pour faire régner une ambiance de franche rigolade autour de lui. Il s’essaye à faire des blagues avec un résultat mitigé. Malgré cela, il ne se laisse pas démonter et rit de bon cœur de ses propres blagues ce qui se montre bien plus efficace pour détendre l’atmosphère que son humour.


En situation officielle, il sait se montrer digne. Il garde un visage sérieux, sans pour autant être capable de retenir son sourire qui finalement ne saurait le quitter que dans certaines situations critiques. Il n’aime pas considérer que qui ce soit lui soit subordonné ; il endosse avec fierté les devoirs qui en découlent et n’utilise que peu les privilèges qu’il possède voire presque jamais.


En situation de combat, il est prêt à tout pour assurer la sécurité des civils puis celle de ses camarades. Subséquemment, il se met tout le temps en première ligne allant jusqu’à négliger toute considération personnelle pour minimiser les risques de son entourage. Cette attitude lui a valu ses nombreuses promotions, mais aussi d’assez longs séjours à l'unité de soin du Donut's Dog où, chaque fois qu’il arrivait, le médecin le grondait sur un ton moqueur : « Tu penses si peu à ta sécurité, c’est ton problème ! Mais pense des fois à mon repos ! Mon Dieu, qu’est-ce que tu t’es fait cette fois ? ». À Kobby de répondre avec toute la sérénité qui suit ses combats : « Seulement ce que j’ai pu éviter aux autres de subir. »





Histoire :


L’histoire de Jacob, alias Kobby, commence dans un village de pêcheur discret, n’ayant pour ressource que la mer. En effet, il naquit dans une famille qui partageait le sort peu enviable de ses compatriotes. Entre les attaques incessantes et impunies des pirates et la pauvreté ambiante, le village subsistait avec peine.


Il partait chaque jour avec son père, maire du village, et son frère à la pêche. Sa mère morte en couches, ne lui laissaient qu’une sensation de manque indéfinissable. Bien que leur activité leur rapportait une maigre pitance, ses aînés n’hésitaient pas à partager ce qu’ils obtenaient. Jacob était fier de voir sa famille prendre la responsabilité de nourrir les plus démunis puisque les autres pêcheurs s’en abstenaient et c’est grâce à la générosité de son père qu’il apprît à se soucier du sort des autres.


Au royaume des aveugles, le borgne est roi. Cet aphorisme représentait fidèlement la situation de ce village. Chaque clan possédait une "flotte" et il régnait une tension constante entre eux due à la crainte de se faire voler. Seul l’autorité du père de Jacob maintenait la cohésion du groupe et empêchait la guerre d'éclater entre eux.


Kobby ressentait comme sienne la souffrance de ceux qui perdaient quelqu’un lors des attaques de pirates. Ainsi, il rêvait de s’engager dans la marine pour protéger son village et punir les malfrats mais sa consistance frêle l’éloignait de ses ambitions. Il n’avait pas non plus le charisme nécessaire pour assurer la tâche de son père. D'une nature franchement pusillanime, il était toujours inquiet et redoutait tout danger. De plus, il était sincèrement amoureux de la nature et ne pouvait s’empêcher d’observer ce qu’il voyait jusqu’à en oublier ce qu’il faisait. Cette prédisposition à l’égarement et son physique le rendait aux yeux de tous inoffensif et à raison. Son frère avait une personnalité à l’opposé de la sienne ; sûr de lui et vigoureux à souhait, ce dernier avait hérité du caractère et de la stature de son père. Il rassurait souvent Jacob en lui disant que tant qu’il serait là, il n’aurait rien à craindre. Kobby, lui, tenait de sa mère, une navigatrice pleine de talent que son père avait pris dans ses filets, littéralement et métaphoriquement. Il avait un jour tiré un filet dans lequel il trouva une jeune femme inconsciente mais belle. Sur le moment, il crut être tombé sur une sirène. Un toussotement accompagné d’un jet d’eau, fit sortir le pêcheur de sa torpeur et il fit son possible pour la soigner. Depuis, ils ne s’étaient quittés qu’à la mort regrettable de cette douce apparition.


Pour se rendre utile, Jacob apprît avec talent le métier de sa mère qu'il mettait en pratique à chaque fois qu'il allait pêcher avec sa famille. Au milieu de son père et de son frère, il sentait qu’il ne pouvait rien lui arriver.


À l’âge de treize ans, Kobby semblait en avoir trois de moins. Incorrigible trouillard, il ne parvenait pas à faire quoi que ce soit de son propre chef ; il avait sans cesse besoin de son frère pour le diriger ou le protéger. Alors, afin de le pousser à se prendre en main, son père l’envoie en mer en lui confiant la tâche de rapporter un poisson de ses propres mains.


Ce voyage fut le commencement du règne de la terreur pour le petit. Récitant des formules ancestrales de son village, il prit le large à bord de la seule barque en bon état du village. Ses formules furent incapables de le protéger étant donné qu’il tomba aux mains de la redoutable Lady Arbyda.


Pendant deux ans, il servit d’homme à tout faire à l’horrible capitaine pirate. Elle était pourvue d’un caractère irascible, narcissique, mais aussi d’une massue qui forçait le respect. Devant cette femme à la force prodigieuse, croyait-il, il n’y avait rien d’autre à faire qu’à s’écraser. Laver, essuyer, repasser, briquer et nettoyer furent le prix qu’il paya pour sa survie. Méprisé et maltraité par tout l’équipage, il fomentait des plans d’évasion puis les jetait aux oubliettes au souvenir du coup de masse qu’il se prendrait en cas d’échec. Sa colère montait envers les pirates et il se promettait souvent qu’il se vengerait quand il serait un marine, cette promesse souvent itérée, ne faisait jamais long feu devant les exigences de cet équipage. Par-dessus tout, c’était se forcer à complimenter le physique de son bourreau qui le répugnait ; il souffrait de devoir sourire et flatter celle qui était la cible de tous ses fantasmes de vengeance.


Au bout de cette période, il était resté le même : petit et maigre à force de privations, lâche et passif à coup de violence sur sa personne. Sa rencontre avec le pirate Monkey D. Luffy vint changer son destin.


Il avait surpris ce dernier dans un tonneau à bord d’une embarcation qu’il avait abordé en compagnie de l’équipage de Lady Arbyda. Le pirate au chapeau de paille mit à terre, sans difficulté, trois ennemis. Ceci poussa Kobby à craindre des représailles pour le jeune pirate, il chercha alors à lui trouver une cachette. Le calme et l’assurance de Luffy rassura Jacob au bout d’un certain moment, ils se confièrent mutuellement leurs rêves au cours de la discussion qui suivit. Le jeune mousse fut soufflé par la volonté de celui qui se disait capable de devenir le seigneur des pirates en gageant sa vie. Sur ces mots, Luffy dût faire face à l’offensive que craignait Kobby. Au grand étonnement de celui-ci, il se défit de tout l’équipage d’Arbyda. Ces évènements poussèrent le jeune Jacob à se rebeller et à affirmer son rêve de devenir un haut gradé de la marine et à traiter Lady Arbyda de ce qu’elle était, une femme hideuse et stupide. Il avait parlé en acceptant le risque de mourir pour ses convictions, comme l’avait fait Luffy. Elle n’eut pas la possibilité de le toucher puisqu’elle fut expulsée du navire grâce au poing de Luffy juste avant l’intervention de la marine. Les deux compères quittèrent ensemble le champ de bataille en direction de la ville de Shell.


Sur cette île, Kobby se trouva entraîné dans la quête que Luffy entreprît dans le but de s’allier à Roronoa Zorro, le chasseur de pirate. Ceci commença par la rencontre de Zorro, l’escrimeur redouté de tous. Kobby fut surpris de voir ce démon être gentil avec une petite fille venue l’aider mais c’était sans compter l’intervention de l’ignoble Hermepp, fils du tyran de cette île : le capitaine Morgan. Il demanda à l’un de ses sous-fifres de jeter l’enfant par delà la muraille de la garnison, geste qui révolta nos deux compagnons. Les deux compagnons sauvèrent la fillette et apprirent que Zorro avait accepté de rester attaché un mois sans boire ni manger pour la sauver. Sur ces déclarations, Hermepp annonça qu’il exécuterait Zorro ce qui lui valut une réaction violente de la part de Luffy. Les deux compagnons partirent vers le poste de la marine afin de libérer le courageux martyr. Bien qu’intimidé par la réputation de Zorro et la force du capitaine Morgan, il finit par faire preuve d’un grand courage en essayant de détacher, de sa propre initiative, le prisonnier. Il fut interrompu par le redoutable capitaine Morgan. L’affrontement qui suivit fut gagné par chapeau de paille qui en profita pour engager Zorro. C’est à son terme, que le futur officier affirma qu’il serait celui qui le capturerait. Il fut heureux de s’entendre dire que Luffy et lui seraient, malgré cela, amis.


Cette fois-ci encore, il y eut l’intervention de la marine. Les deux amis se séparèrent en échangeant quelques coups de poings. Ceci permit à Kobby d’être crédible face à la marine et de se faire engager.


Sous le joug de Morgan le bûcheron, personne ne s’engageait dans la marine. De ce fait, il se trouva être le plus jeune des hommes de corvée. Bien que plus âgé que lui, Hermepp, le fils du tyran Morgan, avait la même position hiérarchique. Ils partagèrent ensemble des tâches ingrates. Ceci leur permit de concevoir l’un pour l’autre, une grande amitié et effaça les malheureuses altercations qu’ils eurent du temps du Bûcheron.


Ce poste quoique fastidieux, lui permit de revoir sa famille. Le village était dans le même état de délabrement. Par contre, sa famille allait bien et son père lui donna sa bénédiction pour continuer sa carrière au sein de la marine. Kobby se promit alors de tout faire pour rendre fier son père et de ne revenir que couvert de gloire.


Les corvées étaient rudes chez la marine, mais le jeune garçon les faisait avec cœur car elles avaient le goût de la liberté. La discipline et le travail acharné faisaient la joie de Kobby puisqu’ils le rapprochaient de son rêve. De plus, il profitait de la nuit pour étudier la botanique en passionné de la nature qu’il était. Il était heureux dans sa nouvelle vie et passait souvent du temps avec la jeune fillette qu’il avait rencontré lors de son arrivée. Seule la rancune de son ami noircissait le tableau. Philosophe, il se disait qu’un jour il comprendrait et pardonnerait à Luffy, devenu son idole et rival.


Vînt le jour où il fut affecté à une mission qui changea sa vie. Hermepp et lui furent surpris de se voir chargés d’escorter le capitaine déchu, Morgan le bûcheron. Les corvées étaient les mêmes, mais il se rajoutait sur les épaules du jeune Kobby l’inquiétude de Hermepp quant à la peine qu’encourrait son père. Après quelques journées de voyage, ils rencontrèrent la légende vivante : Monkey D. Garp. Un vice-amiral connu sous le nom de la poigne et redouté par tous les pirates de tous les océans.
Tout se passa très vite. Morgan attaqua Garp, prit en otage son fils et s’échappa à bord d’une barque. Personne ne put réagir avant que le criminel ne se fut éloigné. Il ne restait alors que la possibilité de le couler avec un coup de canon.


Effaré par ce qui allait se passer, Kobby puisa au fond de lui le courage qui lui faisait défaut et se plaça devant le canon. Il était armé vainement de deux pistolets qu’il ne saurait pas utiliser. Le cœur emballé, la respiration haletante, il tira en l’air en menaçant quiconque oserait s’approchait. Il criait à qui voulait l’entendre qu’il ne laisserait pas tuer son ami et qu’il était prêt à payer de sa vie le prix de cette mutinerie. À peine avait-il eu le temps d’achever cette déclaration, qu’un officier s’approcha de lui à pas rapide et trancha ses deux pistolets. Il pensait qu’il allait mourir, il était prêt, sa seule espérance était qu’il avait gagné suffisamment de temps pour sauver Hermepp. Il fut sauvé par l’intervention de Garp. L’officier s’était endormi et avait assisté à l’acte de bravoure du gamin avant d’intervenir. Il poursuivit le bateau, mais ne trouva que l’otage. Kobby apprit plus tard de la bouche de Hermepp qu’il avait renié son père et abandonné sa rancune envers chapeau de paille. Morgan s’était enfui et les deux jeunes matelots s’apprêtaient à recevoir leur châtiment. Au lieu de cela, Garp les prit sous son aile et les emmena à Marinford où ils eurent à faire leurs preuves.


La base de Marinford n’apporta pas de changement à leur quotidien, les tâches se succédaient et Kobby les accomplissaient avec le même enthousiasme. Cependant, le soir était réservé à l’endurcissement de son corps. Il ne pouvait devenir un bon guerrier s’il restait aussi frêle. Alors, sous l’impulsion de Garp, il s’entraîna chaque soir en compagnie de Hermepp.


Pendant cette période, les deux amis accompagnaient souvent Garp en mission et celui-ci finit par découvrir que Kobby n’avait aucun talent pour l’escrime. Il décida de lui apprendre des techniques secrètes du gouvernement, le sixième style en l’alliant à son propre style de combat. Il avait pris la décision de l’entraîner personnellement en confiant Hermepp à son second.


Kobby était heureux de pouvoir se battre à mains nus, il pourrait alors se mesurer en toute équité avec son rival. Il mit toutes ses tripes à l’apprentissage qui se révéla extrêmement dur. Garp le mettait sans cesse à l’épreuve de la plus odieuse des façons. Il lui disait que s’il ne survivait pas à son entraînement, c’est qu’il n’en valait pas la peine. Chaque soir, il le mettait dans une situation où il ne frôlait pas simplement la mort mais effectuait une chorégraphie avec. Le vieux briscard n’avait aucun sens de la mesure et l’assumait totalement. Les situations folles s’enchaînaient et il les justifiait toutes par les besoins de la formation. Il le laissa passer une nuit dans la neige nu comme un ver sous prétexte que la flamme de sa volonté le réchaufferait. Il le jeta du haut d’une falaise en lui expliquant que rien ne devait trancher sa détermination. Il le mettait face à différents monstres sortis des pires océans en lui disant que rien ne devrait pouvoir se tenir sur son chemin. Il serait d’ailleurs impossible de les citer toutes, cependant il est à noter que chaque épreuve rapprochait Kobby de sa fin. Il arrivait chaque jour à son rendez-vous la peur au ventre. Il pensa quelques rares fois à éviter de se présenter mais le souvenir du poing de Garp l’en dissuadait. En effet, Kobby savait que le plus grand danger auquel il aurait à faire face était Garp, non pas les monstres marins ni même les pires bêtes sorties de son imaginaire. Il ne s’aperçut pas qu’il devenait si fort car sa seule préoccupation était de voir le soleil se lever, seul moment où il pouvait quitter l’entraînement en autant de morceaux qu’il avait pu garder sur lui.


Après un certain moment, Garp jugea que Kobby était devenu un homme. Il commença alors à lui dispenser les techniques du sixième style. Le jeune garçon était loin de penser que ce serait encore plus exigeant que ses entraînements précédants. Pendant que les coups de son maître pleuvaient drus, il devait rassembler toutes ses forces tant au niveau physique qu’au niveau spirituel. Malheureusement, il avait une tendance à l’égarement pendant ses combats. Seul le hasard au début et l’expérience à la fin lui permirent de les coïncider aux moments de narcolepsie du puissant marine.


Malgré les efforts surhumains qu’il fournissait, il n’avançait que lentement dans son apprentissage. Ces techniques exigeaient de lui un total contrôle de son corps, une détermination sans faille et un esprit clair comme de l’eau de roche. C’était la détermination qui lui faisait défaut, même s’il faisait ce qui était en son pouvoir et même plus, il gardait quelques parcelles de doutes ancrées au fond de lui. Perspicace, l’officier finit par comprendre qu’il avait besoin de se faire secouer un bon coup. Un observateur externe aurait dit qu’il était suffisamment secoué comme cela mais Garp en faisait toujours plus que nécessaire. Ce fut une nuit particulièrement agitée qui amena le jeune héros à maîtriser le Soru. Il partit alors en quête des autres techniques du sixième style.


Dernière édition par Kobby le Dim 20 Mar - 12:55, édité 11 fois
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Spatha Grimmer le Dim 7 Mar - 11:55

Ah ben c'est dommage, moi qui voyait le 1er CC se ramener Neutral

Enfin content de t'avoir envié lol Razz

T'as une chouette conception de Kobby, c'est tout à fait ce que j'imaginais de lui (psychologiquement parlant), je te souhaite bonne chance pour le RP Smile
avatar
Spatha Grimmer
Ou pas
Ou pas

Localisation RP : South Blue
Rang/Grade : Épéiste/Médecin
Supérieur : Brask Roc

Feuille de personnage
Points de vie:
400/400  (400/400)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.perdu.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Dim 7 Mar - 15:03

Test RP :

Depuis que Garp m’avait désigné comme son chambellan, je passais des journées plutôt tranquilles. S’occuper de lui était une tâche souvent harassante mais cela valait mieux que passer son temps à récurer. À son contact, j’apprenais à mener des troupes avec brio, j’étais fier de seconder un tel homme et je faisais mon possible pour lui alléger son fardeau. Il dut s’en apercevoir puisqu’il se mit à me confier les tâches qu’il détestait gérer. Plongé dans de la paperasse dans un bureau attenant au sien, je passais la journée à mettre en équilibre le budget du navire. J’étais souvent outré par la quantité de berrys qui passaient dans la boisson, néanmoins mon supérieur m’expliqua que c’était nécessaire ; le moral des troupes était essentiel disait-il souvent. Je le soupçonnais vaguement d’en consommer la quasi-totalité, malgré cela, un respect profond mêlé à une affection que je rougirais d’avouer me prévenait de lui demander des comptes. Somme toute, Garp était un héros avec un caractère de gamin facétieux, je n’avais d’autre choix que de l’apprécier pour ce qu’il était.


Ce soir-là, j’étais satisfait de moi-même étant donné que j’avais trouvé le moyen de convaincre un créancier de Garp de patienter un mois de plus. Partout où il allait, il laissait ses affaires en désordre et je parcourais les îles pour les régler derrière lui. Cette fois-ci, je devais partir pour Gemeylrum dans les prochaines semaines.

En pensant à mon futur voyage, j'entrai dans ma chambre. Un lit en bois légèrement délabré s'accaparait la moitié de la surface de la chambre, le reste était occupé par une armoire de bonne facture et un petit bureau que Garp venait de m'offrir. J'étais content de ce cadeau bien que je soupçonnais qu'il voulait me chasser de son bureau pour boire à loisir. La chambre était si exigüe qu'il me fallait souvent enjamber ou me tortiller pour passer mais j'étais heureux de pouvoir y habiter. C'était ma chambre et ce sentiment de « chez moi » était plus précieux pour moi que tout le luxe d'une maison de noble. Quand j'y entrais, je sentais le poids de mes journées s'alléger et que je pouvais enfin me relaxer. Ce soir-là, je m'étais lourdement trompé en le pensant.

Sur un coin de mon lit, je me pris la tête dans les mains et je me laissais aller à penser à l’attitude de mon chef. Je paraissais consterné de le voir agir irresponsablement, cependant j’étais content au fond de moi qu’il soit si plein de vie. Je me tournai vers mon bureau et regardai la plante qui s’y trouvait ; c’était ma première expérience en tant que botaniste. Jusque là, j’avais seulement appris ce qu’il fallait faire des les livres. Mais comme me le disait souvent mon mentor, seul un coup de poing peut décrire la douleur. C'est-à-dire que je me devais de me lancer si j’espérais progresser, alors je m’étais donc en mettant dans un pot un plant de verveine. J’avais l’espoir d’introduire les tisanes dans l’alimentation de Garp dans l’optique d’éviter qu’il boive avant de dormir. Le plant poussait bien et je m’en occupais chaque soir pendant quelques minutes. Ce soir-là, je caressais avec prudences les fleurs rose pâle qui avaient poussé. Je les entourai précautionneusement de mes deux mains afin d’en sentir l’arôme. Puis, je retournai la terre avec mes doigts avec délicatesse pour éviter d’arracher les racines. Enfin, je versai un peu d’eau dans le pot. J’étais absorbé par ma tâche quand Hermepp entra dans ma chambre, sans me retourner vers lui je dis.


«- Bonsoir Hermepp, tu pourrais prendre la peine de frapper. J'aurais pu être en train de me déshabiller


- Sergent-chef « la brindille », je sais que tu tripotes ta plante tous les soirs. Ta seule chance de faire avaler une tisane au vieux c'est en en mélangeant une mesure avec une dizaine de mesure de rhum. »


Sur ces mots, le mur à côté de ma porte tomba en lambeaux, Garp apparut dans un nuage de fumée. Les veines turgescentes de son front et son cou témoignaient du fait qu’il avait entendu Hermepp. Je savais d’avance ce qui allait se passer et me détournai des deux marines avec lassitude. Garp allait empoigner Hermepp par son col, ensuite il allait lui demander comment il osait traiter son maître de cette façon pour finir par augmenter le volume de son visage à la force de ses poings. J’entendais sans grande attention leur échange pendant que je m’occupais à enlever mon uniforme et à revêtir ma tenue d’entraînement. Quand j'eus fini, mon ami gémissait dans un coin avec une lèvre fendue et une bosse de la taille d’un melon sur le coin de la tête. Garp, lui, riait à gorge déployée pour une raison que j’ignorais si tant est qu’il y en avait une.


«- Allez petit, en bas et au trot. Tu prendras le temps de réparer le mur en sortant. Attention à ne pas lambiner, je n’aime pas attendre.


- Si vous ne voulez pas que je traîne, veuillez cessez de casser des murs à tort et à travers. Si on a fait des portes c’est justement pour ne pas avoir à tout démolir sur son passage. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi je devrais m’en charger. Je passe mon temps à en réparer ces jours-ci. »


*Maintenant que j’ai préparé le terrain, je me lance. Courage, il suffit de le dire en une fois.*


J’ajoutai à basse voix et en baissant la tête.


« Normalement, c’est à vous de prendre en charge cette tâche. »


Soulagé, j’étais heureux d’avoir pu lui dire ce que je pensais de son attitude. Tout d’abord il fallait évaluer son état d’énervement. Un rapide tour sur l’état de crispation de sa mâchoire puis sur la taille de ses veines étaient la priorité. Ensuite, il fallait faire en sorte de le faire plier à ma demande en lui présentant d’autres arguments si nécessaire. Quand j’eus finalisé mon plan, je levai la tête pour m’apercevoir qu’il n’était plus là.


* Il a surement dû partir quand je lui ai demandé de m’aider. Je n’ai plus qu’à réparer ce satané mur.*


Je pris le temps de clouer quelques planches en me disant que je finirais demain avant de me rendre en toute hâte en bas. Pour survivre à Garp, j’avais développé une intuition pour ses coups de colère tels les chiens qui ressentent les séismes. D’ailleurs, eux aussi devaient pouvoir pressentir ses coups de nerfs puisque même la terre en tremblait. Je n’avais pas le souvenir d’en avoir vu un dans les parages pendant. Je finis par me demander la raison qui le poussait à arborer une coiffe en forme de chien. Il aimait probablement les chiens quoiqu'il n’en avait pas à ma connaissance. J’étais perdu dans mes réflexions quand une taloche à l’arrière du crâne vint me sortir de mon hébétement. Je regardai autour de moi et reconnut l'endroit où je subissais les entraînement de ce fou furieux. Je me trouvais sur une plage de sable blanc coupée du reste de l'île par une falaise abrupte que même les oiseux redoutaient. Un coup de vent un peu trop violent faisaient parfois s'écraser des jeunes piafs et je retrouvais avec désolation leur corps en contrebas. Au fond, on voyait une forêt dense de conifères principalement qui commençait étrangement au bord de l'eau. C'était l'effet de la remontée de l'eau qui menaçait Marinford et dont tout le monde se foutait royalement. Cet endroit aurait pu être paradisiaque à la lumière du jour, mais en pleine lune, avec le visage d'un vieux marine mal éclairé, elle faisait l'effet de ses lieux qu'on décrit dans les histoires que se raconte les marines pour se faire peur autour d'un feu.


«Réveille-toi mon garçon. Aujourd’hui on a du pain sur la planche. Je ne te laisserai partir vivant que si tu apprends le Soru ce soir. C’est le moment ou jamais de faire preuve de talent. »


Depuis quelques séances, Garp avait en tête de m’enseigner cette technique : le Soru.


Théoriquement, c’était simple. Il suffisait de se concentrer afin de canaliser toute sa force dans ses déplacements. En pratique, c’était infaisable. Survivre aux entraînements était une tâche inhumaine et je ne pouvais me permettre le luxe de penser à autre chose qu’à couvrir mes arrières. Nonobstant, j’essayais assez souvent de faire ce qu’il me demandait pour obtenir un résultat discutable puisque je finissais invariablement dans le décor les quatre fers en l’air. J’angoissais d’avance. Je savais ce qui allait se passer. Il allait faire tourner ses poings toute la nuit. J’allais les arrêter avec mon corps avant de rencontrer un tas d’éléments dans le décor. Rocher, sol, poutre et même une fois un pauvre marine qui passait, tout cela je l’avais côtoyé de près lors de mes exercices précédants. Je soupirais d’avance à la raclée que j’allais me prendre avant de prendre place en face de Garp. À la limite je préfèrerais ne pas regarder, malheureusement la brute en face de moi attendait de moi que je me défende.


Levant les poings devant mon visage, je pris une grande inspiration. Il n’y avait pas de fuite possible. Mon cœur entama un rythme endiablé pendant que ma respiration tentait de vider l’air autour de moi. Quelque chose de griffu s’agitait derrière mon sternum et enserrait mon cœur entre ses pattes. Tous mes muscles se tendirent en se préparant au choc. Dans mon esprit, il y avait une vague brume vestige de la longue journée qui aurait dû se solder par une nuit de sommeil. Reprenant courage, je me mis un coup de fouet mental et regardai Garp droit dans les yeux. Je vis se dessiner un sourire éphémère avant qu’il s’élance en avant. Au début, j’arrivai à esquiver ses coups, non sans mal cela va sans dire. Malencontreusement, les choses finirent par se corser. Il devenait plus rapide et augmentait le rythme de ses offensives. Ses attaques prirent en puissance et je me trouvai dans une situation délicate. J’essayais de réveiller en moi cet esprit combatif qu’il recherchait. J’essayais de mettre toutes mes tripes dans ce combat et je ne réussissais qu’à éviter de me faire tuer. Lentement mais sûrement, je sentis mon adversaire prendre l’avantage sur moi. Bloquer son poing était inconcevable, il n’y avait d’autres moyens que d’esquiver. Je me tortillais dans tous les sens pour lui échapper. Seulement, il arriva que je perdis l’équilibre. Je sentis mon corps se projeter légèrement vers l’arrière. Connaissant Garp, il ne s’arrêterait pas. Une douche froide vient couler le long de mon cou. Je sentis ma dernière heure arriver. Je n’avais plus qu’une pensée dans ma tête. C’était une soif de vie gargantuesque. Elle prenait le pas sur tout et vida mon esprit. Tout devint limpide dans ma tête. Envoyer toute son énergie dans ses jambes pour aller rapidement et l’axe de son corps pour garder l’équilibre. Abaisser les barrières que représentaient la terre et l’air avec la force de sa volonté. C’était aussi facile que faire un pas. Je me déplaçai imperceptiblement derrière mon vis-à-vis. Un mot vint ponctuer ce mouvement.


« Soru. »


Je souriais d'avoir réussi et Garp se déridait aussi. Il me regarda quelques instants puis profita de mon inaction pour m'asséner une formidable mandale et quelque chose comme : « Ne garde plus jamais ta baisse » accompagna ma longue chute dans les bras de Morphée.


Dernière édition par Kobby le Dim 20 Mar - 12:50, édité 6 fois
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Serviteur du Jeu de Mots le Dim 7 Mar - 22:06

Bonsoir !

Je lirai tout ceci demain Smile
Es tu sur de toi ? c'est ton dernier Mot ? Mr Red

Quoi qu'il en soit bon courage pour ce perso Smile

A demain donc !
avatar
Serviteur du Jeu de Mots
Prof de Lettres
Prof de Lettres


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Dim 7 Mar - 22:28

Oui je suis sûr de moi. Avant je voulais faire un homme-poisson rouge qui oubliait toujours tout. Mais j'ai regardé Nemo récemment et je me suis dit que ça ferait pompé sur. Là je suis partant pour être jugé. À demain mo-mo-motus !
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Serviteur du Jeu de Mots le Mar 9 Mar - 1:26

Bonsoir à toi !

Alors rentrons dans le vif du sujet!

Orthographe
Pas grand chose à dire, on sent que tu maitrises les bases Mr Red Quelques fautes qui trainent mais elles tendent plus de l'étourderie qu'autre chose!

Style
Alors j'aurai peut être eux trois choses à dire Mr Red Tour d'abord au niveau de la ponctuation, tu es un grand amateur des "points". Il y en a beaucoup trop, j'ai trouvé tes phrases un peu trop courtes à cause de ça, cela rend ton texte parfois difficile à lire. Voici un petit exemple dans ta description :
Bernitiel Dever a écrit:Contrairement aux autres adolescents de son âge, Kobby ne possède pas d’esprit de rébellion. Il est immunisé contre toutes sortes de réactions à l’autorité. Ses hormones ont surement compris que cette attitude mettrait en péril sa vie. Il craignait viscéralement Garp tout en le respectant. Depuis qu’il avait eu la vie épargnée, il gardait en son cœur la cicatrice de la peur qu’il avait ressenti. Il s’était agenouillé et avait ressenti une brûlure au cou à l’endroit que Garp regardait. Depuis, il savait que cet homme tenait sa vie entre ses doigts. Cette peur fut mêlée de respect quand il reconnut son acte de bravoure. Cependant, elle était toujours présente surtout pendant les combats que menait le vice-amiral. Un pincement au cœur lui rappelait que ça aurait pu être lui, la cible de cette main terrifiante.
Je ne sais pas si tu comprends ce que je veux dire, essaye de lire à voix haute tu verras c'est assez pénible Mr Red

Enfin, il y a quelques phrases dont la tournure est maladroite.
Bernitiel Dever a écrit:Il entre dans le jeu de la séduction mais se trouve rapidement à court d’amantes à cause de son insatisfaction congénitale.

Bernitiel Dever a écrit:Intelligent depuis son enfance

N'hésite pas également à étoffer un peu tes descriptions, surtout au niveau des décors, le lecteur sera encore plus immergé dans l'univers que tu crées autour de ton personnage.

Avis
Si tu corriges ce petits soucis de ponctuation qui pour moi est le gros point noir de cette présentation, l'ensemble est plutôt pas mal. Ce que je vais dire va peut etre paraitre paradoxal : J'ai trouvé ton humour assez particulier voir maladroit mais au final totalement en accord avec la vision que je me faisais de ce personnage. Je trouve que tu l'as bien cerné et que tes petites maladresses sont en parfaites adéquations avec Kobby. Bref, après un début un peu chaotique, j'ai apprécié, particulièrement ton test rp. Bref, je propose un rang 5 pour ma part Smile Smile

Si tu as des questions, n'hésite pas à me MP.

Dans l'attente de commentaires d'autres guides de jeu, bonne continuation.
Au plaisir.
avatar
Serviteur du Jeu de Mots
Prof de Lettres
Prof de Lettres


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Mar 9 Mar - 13:53

Si j'ai mis trop de points c'est parce que "sait pas" me la demandé dans ma présentation précédente. Je vais essayer de retrouver un équilibre entre trop et pas assez.

Pour les descriptions, j'avoue avoir négligé de les étoffer. Je corrigerai aujourd'hui ce qui doit l'être.

Concernant mon humour maladroit, je n'ai pas vraiment compris où tu voulais en venir. J'ai juste imaginé Kobby en situation réelle, le reste est venu tout seul.

Maintenant, si tu me donnes le rang 5, j'en serai satisfait même si je m'attendais à mieux.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Mar 9 Mar - 17:23

Je m'excuse du double post, mais je voulais dire que les modifications sont faites. Malgré les conseils de motus, j'ai laissé la dernière partie de mon RP avec des phrases extrêmement courtes parce que ça fait un effet angoissant nécessaire à la compréhension de la tension du personnage. Je suis prêt à recevoir les commentaires du staff.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Serviteur du Jeu de Mots le Mar 16 Mar - 0:40

Parfait Bernitiel!

Je t'ai également mis en attente de commentaires de mes collègues, un peu de patience et tu seras enfin fixé!

Au plaisir Mr Red
avatar
Serviteur du Jeu de Mots
Prof de Lettres
Prof de Lettres


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Maître du Jeu au Trésor le Jeu 18 Mar - 15:58

AAAhhh p'tit Berny ! C'est à moi que reviens l'honneur de te remettre en bleu (vive la marine Razz marine un jour, marine toujours !). Tu vas pouvoir reprendre ton investissement administratif hrp pour aider tes collègues et botter les fesses de ces forbans de pirates !

Pour ma part, après méditation, je te mettrais quand même niveau 6 car ton texte reflète tout de même bien Kobby tel qu'il est au moment où nous jouons, je pense que tes maladresses orthographiques relevée par le prof ci-dessus ne choquent pas dans l'exploitation de ton personnage. Aussi, je ne peux que te souhaiter un bon retour !




Spoiler:
avatar
Maître du Jeu au Trésor
Maître des Berrys
Maître des Berrys

Localisation RP : Partout et nulle part
Rang/Grade : Banquier
Supérieur : La surface

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Jeu 18 Mar - 17:35

Merci pour ton soutien Trésor, je promets de faire des efforts supplémentaires afin de mieux maîtriser mon écriture. Je vais faire un tour sur la biblio et me remettre au travail.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Kobby le Mer 16 Fév - 23:36

J'ai dépoussiéré ma fiche et changé plein de trucs, notamment dans ses descriptions qui me semblaient aberrantes. À vous de voir si ça intéresse quelqu'un, mais je ne pouvais pas changer ma conception du personnage sans traiter le problème à sa source, à savoir ici.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kobby, la Brindille

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum