Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Aller en bas

Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Ola le Mar 5 Oct - 15:09

~°Présentation du Joueur°~

Prénom:Vincent
Age: 33
Ce que vous aimez:l'aventure
Ce que vous n'aimez pas:les cons
Première Impression:Ce forum semble être le plus mature de ceux que j'ai pu observer. D'autre part, si j'aime beaucoup le full RP, je suis également assez partisan des lignes de caractéristiques qui clarifient souvent pas mal de chose. J'apprécie aussi l'arbitrage des combats qui malheureusement me paraît indispensable d'après ce que j'ai pu voir sur d'autres forum.
Cependant, je trouve juste dommage que l'histoire du forum ne se déroule pas plusieurs années après l'œuvre d'Oda. Dans les esprits on sait tous qui deviendra seigneur des pirates et tout ce qui s'ensuit. Ce n'est certes qu'un détail, mais je pense que ça pose certaines limites de jeu tout de même.
Autres :Nada
Comment avez vous connu ce forum?: Via OPS


~°Présentation du Personnage°~

Nom: Inconnu
Prénom: Kyokan
Surnom: Fuusen
Age: Kyokan est né il y a 61 ans mais il est actuellement âgé physiquement de 27 ans.
Sexe : Mâle
Est-il existant ou inventé ? Inventé
Race : Wotan
Métier/Spécialité : Médecin, botaniste.
Armes : Un trident géant, un filet de pêche, un harpon et des dreadlocks renforcées de fers à cheval.
Pouvoir/capacité : Se gonfle comme un ballon en cas de danger. La défense se fait en deux temps. Premier temps, les épines disséminées sur tout son corps se dressent et se rigidifient. Deuxième temps, il libère une toxine paralysante par tous les pores de la peau. Inconvénient, il ne peut plus se déplacer.
Compagnon inoffensif mais inséparable : Archibald dit Archi, un poisson nettoyeur disposant de tous les outils nécessaires à la bonne hygiène de tout homme poisson qui se respecte.


Description Psychologique ( 5 lignes minimum ):

Pour comprendre Kyokan il faut bien garder en tête qu’il a déjà vécue deux vies avant d’entamer celle qu’il poursuit actuellement. Au cours de ces différentes vies, son caractère a foncièrement évolué au gré de sa propre volonté autant que des aléas. Si ces explications peuvent paraître floues pour le moment, tout s’éclaircira une fois l’histoire contée, un peu plus tard. Je vous demande donc pour le moment de me croire sur parole.

Deux traits dominants de sa personnalité le distinguent plus particulièrement et font de lui un être un peu décalé de ceux de son espèce…et des autres aussi en fait.
Tout d’abord Kyokan est un grand fan de pêche depuis sa plus tendre enfance ! Et oui ! Si bien qu’au cours de sa seconde vie, il se créa son propre style de combat grâce à l’enseignement minutieux que lui octroya un pêcheur. Ce dernier l’initia au maniement du trident, du harpon et du filet de pêche. Le problème, c’est qu’un homme poisson amateur de pêche, ça fait tâche, d’autant plus lorsque l’on grandit sur une île peuplée de mômes à branchies qui vous reprochent déjà de n’avoir qu’une demi appartenance à l’espèce, du fait d’une moitié géant. Rajouter à cela la nature même du type de poisson qu’il représente, puis imaginez un garçon trouillard, se gonflant comme une baudruche au moindre soubresaut alentour, et vous comprendrez alors aisément le calvaire que fut l’enfance de Kyokan.

Deuxième trait de personnalité majeur, comme la description physique du bonhomme l’indique, le temps et les évènements l’ont progressivement poussé à devenir superstitieux. Il est en effet bardé de portes bonheurs en tout genre, censés en partie contrecarrer la malchance congénitale qui le poursuit depuis sa naissance. Mais je ne vous parle pas là de la banale malchance à laquelle chacun d’entre nous peut être confronté de temps à autres, non ! Je veux dire par là que s’il y a une goutte de pétrole qui traîne sous les mers de Grand Line, vous pouvez être sûr qu’elle est pour lui.
En revanche, il s’est toujours refusé à accepter cette malchance comme une fatalité et a passé sa vie à la combattre. Les différents portes bonheurs ne sont qu’un complément à la volonté qui le guide et lui indique de ne jamais abandonner. Comme il aime à dire, il n’y a de malchanceux que celui qui décide de remettre sa vie et ses rêves entre les mains du destin. Bien malheureux est celui qui se laisse porter par les flots sans jamais penser à en changer le sens du courant.

Passons maintenant aux changements caractériels qui ont accompagné ses trois vies.
Tout d’abord sa première vie fut le théâtre d’un grand champ de ruine sur lequel il éparpilla les cendres de nombreux adversaires qui subirent l’agressivité caractéristique des hommes poisson. En quête de reconnaissance permanente, il reçu les enseignements de base du fishman karaté, puis s’en servit pour progresser et atteindre ses rêves. Cette vie là fut jonchée de cadavres faisant de lui un des chasseurs de primes les plus craint de sa génération.

Au cours de sa seconde vie, il rencontra un homme, Louis, pêcheur de son île qui le recueillit, lui donna le prénom qu’il utilise, et lui enseigna l’art de la pêche. Renfrognant ses tendances belliqueuses, Kyokan devint alors un élève attentif et discipliné, gardant enfoui au plus profond de lui son rêve avorté, ainsi qu’un esprit revanchard. Cependant il eut pour la première fois une vie sociale digne de ce nom et commença à se cultiver par l’intermédiaire de la bibliothèque érigée par Louis. Il vécut ainsi dans la famille du bonhomme pendant quatorze ans, avant qu’un évènement tragique ne se produise.

Enfin, au cours de sa troisième vie son caractère changea subitement après un évènement dont il garda plusieurs séquelles irréversibles dont une perte quasi-totale de la mémoire. C’est là qu’il fit la connaissance d’un shaman prénommé Mani qui l’entraîna sur les chemins de la sagesse et lui inculqua l’art de comprendre et d’utiliser les plantes. C’est ainsi qu’il devint un garçon calme et réfléchi, toujours à la recherche de mots justes lâchés avec parcimonie. Enfin, il se lia d’amitié avec Archibald, un poisson nettoyeur aussi bavard que Kyokan était avare en paroles.

Cependant, de ses vies antérieures il n’a pas tout perdu. S’il n’a plus aucun souvenir excepté le prénom donné par Louis et ses enseignements sur la pêche, en revanche l’évocation d’un nom le fait entrer dans une rage folle et meurtrière : Gol D. Roger.


Description Physique ( 5 lignes minimum ):

Fruit du métissage entre une mère géante et un père homme poisson, il a génétiquement hérité des attributs de chacun des deux.

De par sa mère, il est du genre difficilement dissimulable. Doté d’une corpulence et d’une force initiale bien au dessus de la moyenne, il mesure en effet neuf mètres soixante seize pour cinq cent quatre vingt trois kilogrammes, ce qui fait de lui un être relativement fin mais imposant tout de même. Il possède une durée de vie supérieure à celle d’un humain et a également hérité des yeux verts en amande de sa mère ainsi que d’une tignasse brune imposante qu’il a finalement laissé s’organiser en dreadlocks, suite à sa rencontre avec Mani. Ses dreadlocks font six mètres de long, dix centimètres de diamètre et sont constituées de plusieurs centaines de fers à cheval solidement encrés aux cheveux eux-mêmes. On peut aussi retrouver chez Kyokan toutes les caractéristiques d’un géant ou d’un humain, telles que deux oreilles taillées en pointe en ce qui le concerne, deux bras, deux mains composées de cinq doigts chacune ainsi que deux jambes au bout desquelles s’agitent deux pieds qui lui servent à se déplacer sur la terre ferme. Ses dents sont identiques à celles d’un humain, excepté des canines légèrement plus longues et pointues que d’ordinaire.

De son père, il tient la couleur bleutée de sa peau ainsi que sa capacité à respirer sous l’eau grâce aux deux branchies qui lui servent de réservoir à oxygène, juste derrière chaque oreille. Comme tous les hommes poissons, ses pieds et ses mains sont palmées, ses capacités physiques et il possède les caractéristiques propres au type de poisson qu’il représente. Il fait en effet partie de la famille des tétrodons, plus communément appelés poissons ballons, modèle porc-épic en ce qui le concerne. La capacité du poisson ballon porc-épic est de gonfler en cas de danger. Une fois gonflé, les épines disséminées sur tout son corps se dressent telles des aiguilles acérées. Si le danger augmente jusqu’à mener vers une mort imminente, il grossit encore et libère une toxine par tous les pores de la peau, celle-ci possédant la capacité d’engourdir ses assaillants, de ralentir leurs mouvements et pouvant même aller jusqu’à provoquer une paralysie totale de l’autre selon la résistance de ce dernier et le temps d’exposition au poison. En revanche, sous cette forme, Kyokan ne peut quasiment plus bouger et doit se contenter de se laisser porter par les courants lorsqu’il est dans l’eau ou attendre de reprendre sa forme initiale pour se déplacer s’il se trouve sur terre. La fille de Louis, un pêcheur, lui a également fabriqué un trident en acier à sa taille, mesurant neuf mètres de long et pesant trois cent cinquante kilos, qu’il maintient dans son dos et avec lequel il a apprit à se battre, ainsi qu’un harpon qu’il garde à la ceinture et dont la corde mesure trente mètres de long.

D’un point de vue vestimentaire, il est toujours habillé d’un caleçon de bain ample, noir avec des bandes rouges sur les côtés, tombant jusqu’aux genoux. Un filet de pêche passant par dessus son épaule gauche et noué sur la hanche droite lui sert d’apparat pour le torse et le dos. En outre, il porte au pied des sandales en cuir à la mode romaine et est affublé d’une multitude de portes bonheurs. Les fers à cheval déjà évoqués plus haut dans ses dreadlocks, une échelle à treize barreaux de la taille du trident et attachée en croix dans le dos avec celui-ci, un collier composé de quatre vingt seize pattes de lapin (son chiffre porte bonheur aux dires du shaman rencontré) et pour finir un énorme tatouage vert sur le front, représentant un trèfle à quatre feuilles.

Enfin, en guise de preuves des nombreux combats qu’il a pu mener au cours de ses vies, son corps est parsemé de cicatrices diverses et variée. La plus proéminente encercle son cou massif, elle est dissimulée par son collier de pattes de lapin et mesure un centimètre et demi de large.


Histoire ( 30 lignes minimum ):

Légende :
Kyokan
Roger
Mina
Atria
Archibald

Un ciel furieux, crachant ses éclairs en guise de pénitence. Une corde d’acier entre les mains, lentement il se dirige vers le précipice face à lui, son regard s’égarant sur les discontinuités d’un horizon embourbé dans les méandres de sa propre folie. Quelques larmes roulent le long de ses joues pour finalement se confondre à l’écume noirâtre d’une mer déchaînée qui se fracasse contre les rochers cent mètres plus bas, dans un vacarme assourdissant. Le pas lourd, la démarche mal assurée, il avance droit devant lui, lance la corde par-dessus une grosse roche, l’attache à celle-ci, puis noue l’autre extrémité en un nœud coulissant avant de s’attarder quelques instants sur le résultat, l’air pensif. Il n’est pas d’homme en ce monde que la mort n’étreint un jour jusqu’au plus profond de ses entrailles. Comment en suis je arrivé là ? Ah oui…Roger…maudit sois-tu…non…c’est bien avant que tout a commencé…il y a quarante huit ans en fait…

Première vie.

Né d’une mère géante servant dans un corps de marines spécialisé dans la chasse sous marine et d’un père homme poisson second d’un équipage pirate renommé, rien ne prédestinait ces deux là à se rencontrer. Cependant, c’est au cours d’une mission de routine à Shabondy que la première s’éprit du second. Elle lâcha tout pour le suivre et celui-ci s’en accommoda finalement après quelques tentatives pour s’en débarrasser. Nous sommes ici bien loin de l’amour passionné et passionnel. Pourtant, Kyokan naquit cinq ans plus tard de cette union des plus pittoresques.
Il passa les neuf premières années de sa vie sur l’île des hommes poisson, partagé entre une passion pour la pêche mal perçue par les autres enfants de l’endroit, un métissage générant conflit sur conflit ainsi que quelques surnoms tels que "le demi", et une trouille congénitale, cause de gonflements intempestifs que ne manquaient pas de railler les autres gamins. De plus, si sa mère, Marine de son prénom (ça ne s’invente pas) et très belle femme au demeurant, cessa toute activité dans la marine dès la naissance du môme, en revanche, son père reprit la mer au bout de trois ans, poussé par le besoin d’aventure et le désir d’assouvir ses instincts meurtriers. Si bien, qu’après six ans passés à attendre en vain le retour d’un époux volubile, Marine décida de retourner sur son île natale pour y élever son fils.
Là bas, Kyokan dut à nouveau faire face aux aléas dus à ses gènes, mais se forgea un caractère à toute épreuve après s’être promis de combattre ses peurs et sa malchance, et de toujours faire face à ceux qui le mépriseraient. Il devint un jeune adolescent combattif et agressif, utilisant les notions de karaté des hommes poissons acquises sur l’île du même nom pour en découdre avec n’importe quel imbécile qui se paierait sa tête. Il rentra bien souvent chez lui le visage tuméfié ou les membres ensanglantés, mais son corps et sa volonté s’en renforcèrent d’autant plus à chaque fois, pour finalement faire de lui ce qu’il devint, une fois la vingtaine atteinte.

C’est donc à cet âge qu’il décida de prendre la mer pour devenir chasseur de prime, mu par une rancœur tenace envers un père pirate absent et le désir de faire reconnaître au monde que la naissance ne représente pas la fatalité d‘une vie, qu’il ne tient qu’à chacun de prendre en main les rênes de sa destiné. Oui, il ferait comprendre à tous, lui, le "demi", qu’il valait autant que les autres. Et c’est en utilisant la force qu’il réaliserait son rêve. Lorsqu’il quitta son chez lui, nombreux étaient ceux qui se battaient déjà sur toutes les mers pour accéder au titre de seigneur des pirates. Il attendrait de trouver celui qui atteindrait la plus grosse prime pour le chasser. Solitaire, il parcouru de nombreux océans, se faisant les dents sur les mers annexes dans un premier temps avant d’aller chasser quelques primes entre cent et deux cent millions. Il se fit doucement un nom craint et respecté sur la première partie de Grand Line, sans se douter de ce que représentait le nouveau monde.
Pendant ce temps un autre homme faisait parler de lui bien plus que tous les autres. Son nom, Gol D. Roger. Sa prime ne cessa d’augmenter pour rapidement surpasser toutes les autres, domptant toutes les épreuves qui se présentaient à lui. Du haut de ses trente quatre ans, Kyokan n’hésita pas une seconde, persuadé d’avoir tous les atouts en main pour prendre la tête de ce type qui faisait trembler le monde. Enfin, son heure était arrivée, après ça, plus personne ne pourrait le négliger, de quelle que façon que ce soit. Ses nombreux réseaux d’informateurs se mirent à l’ouvrage pour suivre les déplacements de Roger et peu de temps après, la chasse à l’homme débuta. En fin de compte, c’est sur une petite île du nouveau monde, l’île des pêcheurs, que la poursuite s’acheva.

Roger, ses hommes et quelques équipages de navires alliés avaient débarqués depuis plusieurs heures déjà lorsque le garçon arrima son catamaran à un ponton rongé par les termites. Ici, la végétation était peu abondante et d’immenses plaines succédaient à d’autres plaines toutes aussi gigantesques, chacune entrecoupé de petites collines n’excédant pas les cinquante mètres en altitude. Si la nature stérile du sol rendait l’endroit inapproprié à toute forme d’élevage ou de culture, le lagon environnant, délimité par une barrière de corail multicolore, grouillaient de milliers d’espèces de poissons et autres planctons comestibles, à l’origine de la réputation de l’endroit.
La tactique employée par Kyokan était fort simple, il ferait le pied de grue auprès de la flotte adverse jusqu’à ce que ses occupants reviennent. C’est ainsi que la rencontre eut lieu le lendemain, alors que l’aube crachait à l’horizon ses premiers rayons roses orangés. Juste là, une dizaine de mètres devant lui, se tenait l’homme le plus recherché de ce monde, entouré de toute une clique de pirates tous plus robustes les uns que les autres. L’accomplissement d’une vie pour celui qui fut tiraillé toute son enfance entre deux mondes qu’il avait cessé d’essayer de comprendre depuis longtemps. Son cœur s’accéléra progressivement. Une sensation étrange qu’il n’avait jamais connu auparavant le prit aux tripes. De l’appréhension ? Peut être…de l’impatience ? Sûrement ! Quel que soit le résultat final, l’aventure approchait de son terme.

-Oh ! Regardez compagnons, nous avons un invité aujourd’hui ? Que me vaut honneur d’une telle visite ?

-Roger, je suis flatté que tu me connaisses…mais si c’est le cas je pense que tu connais également la raison de ma présence ici…

-Hmmm…peut être bien oui…tu n’es pas du genre à passer inaperçu, mais j’avais espérer que nous pourrions échanger quelques verres et éviter ainsi de gâcher cette belle matinée…ah la la…quel utopiste je fais moi…

Chaque parole de cet homme transpirait la sérénité. Son calme et ses certitudes le rendaient agaçant au plus haut point et il ne fallut pas plus d’un clignement d’yeux pour que Kyokan ne fasse valoir sa nature. Il se rua sur Roger l’arme au poing, écumant de rage, puis enchaîna quelques techniques que le futur seigneur des pirates évita sans aucune difficulté, continuant en même temps de parler, sans aucun signe apparent d’essoufflement :

-Tu sais mon garçon, chasseurs de primes, pirates, marines, beaucoup ont essayé de me tuer. Si je suis ici aujourd’hui, c’est qu’aucun n’a réussit. Mais plus important, parmi tous ceux qui ont échoués, aucun ne méritait de perdre la vie…au niveau où tu te trouves, tu n’as aucune chance et surtout, tu es trop aveuglé par une rancœur qui m’échappe pour comprendre le sens de tout ça…Adji, Colton, il est à vous…

L’instant d’après, d’une simple pichenette, il repoussa l’homme poisson géant dix mètres plus loin. Lorsque ce dernier se releva, il vit face à lui deux gaillards qui le regardaient fixement, un sourire en coin accroché aux lèvres. Dans la même fraction de seconde, les deux disposèrent chacun leurs mains en triangles. Kyokan les observa une seconde avant de brandir son arme dans leur direction, prêt à les embrocher, tandis que d’un seul homme les deux lancèrent les techniques propres à leurs fruits respectifs. En effet, Adji possédait le fruit du ralenti et Colton celui de l’âge. Avec du temps et de l’entraînement, les deux avaient remarqué qu’en lançant leurs attaques simultanément, la cible de celles-ci régressait au stade quatre pattes, sans limite de temps, sa croissance reprenant le chemin d’une évolution naturelle.
Aveuglé par son orgueil, brûlant d’impatience autant que de prétention, Kyokan avait cru pouvoir rivaliser avec celui qui deviendrait une légende, sans jamais prendre conscience qu’il n’était encore qu’un vermisseau parmi tous les grands de ce monde. Désormais il allait devoir s’étouffer dans son orgueil et appréhender une seconde vie depuis le commencement. Cependant, il était persuadé qu’un jour viendrait où il aurait une seconde chance et retrouverait Gol D. Roger.


Deuxième vie.

Bébé Kyokan gisait sur une plage de l’île des pêcheurs depuis trois jours, alors que son catamaran avait été arraché à son amarrage de fortune et dérivait désormais au gré d’une houle capricieuse.
Le soir du troisième jour venu, Louis, un pêcheur qui revenait tout juste d’une partie de pêche fructueuse à l’extrême limite du lagon, remarqua ce bambin anormalement grand et le recueilli non sans avoir cru au premier abord qu’il s’agissait là d’un adulte. Ce n’est en effet qu’en voyant les traits de son visage qu’il put juger de l’âge du mioche qu’il prénomma finalement Kyokan. Louis vivait avec sa famille dans un petit cabanon du rivage sud, de l’autre côté de l’île. Il y avait là sa femme Anna et leurs trois enfants, Mina neuf ans, Arthur six ans, et Atria onze mois, à peine plus âgée que le jeune Kyokan. C’est entouré de tout ce petit monde que l’ancien chasseur de prime grandit, dans une atmosphère sereine comme jamais il n’en avait connu jusqu’alors. Si certains pensent que le déterminisme d’une vie est inscrit dans les gènes de tout un chacun, d’autres restent persuadés que l’environnement dans lequel nous évoluons autant que les rencontres que nous faisons, façonnent la personnalité de l’individu. Bien que quelques souvenirs lui reviennent peu à peu en mémoire au cours de cette seconde vie, la suite aurait tendance à donner raison au second courant de pensée…jusqu’à un certain point. Ainsi, Kyokan, malgré ses différences flagrantes évolua dans un contexte bien plus favorable que lors de son enfance précédente. Il se lia notamment d’une solide amitié avec la jeune Atria, de deux mois son aînée. Ses deux là ne se quittaient pour ainsi dire jamais, toujours prêts pour quelques baignades impromptus ponctuées de cabrioles en tous genres dans le lagon alentour quelle que soit l’heure de la journée. Guidés par une passion commune pour la pêche, ils profitaient également des enseignements scrupuleux de Louis, l’un des plus fameux pêcheurs de l’île. Le père d’Atria connaissait tous les recoins du lagon, savait où et comment trouver du poisson en fonction des courants marins et maîtrisait un nombre impressionnant de technique de pêche, tant au filet qu’à la canne, à la lance ou au harpon. De chasseur de prime belliqueux, Kyokan était devenu un apprenti attentif et passionné. Il avait tout pour être heureux. Ici, personne ne semblait s’étonner de ses origines et sa famille adoptive n’y accordait pas la moindre importance. Il vivait de sa passion et recevait une éducation culturelle qu’il approfondissait en passant de longues heures dans l’imposante bibliothèque de la maison.
Les années passaient, quelques bribes de souvenirs de sa précédente vie lui revenant en mémoire de temps à autres pour le mettre face à la responsabilité d’un choix de plus en plus pesant : Oublier sa quête de reconnaissance, le souvenir douloureux de sa cuisante défaite face à Roger et vivre paisiblement au bras de la jeune Atria ou reprendre le chemin des rêves qu’il s’était promis d’atteindre un jour.

C’est à l’aube de ses quatorze ans, par une journée printanière, qu’un évènement changea à nouveau le cours de sa vie. Ce qui aurait dû être un jour de fête se transforma en un véritable cauchemar au gré d’une obsession enfouie qui le dévastait toujours au plus profond de son âme. Ce jour là, toute la famille fêtait le retour de Mina qui avait quitté le domicile familiale il y a dix ans pour aller vivre sa passion de la botanique et étudier sur une île plus appropriée. Tous allèrent l’accueillir sur l’une des jetée de la partie sud de l’île, le sourire jusqu’aux oreilles, tandis qu’une brume épaisse recouvrait la mer et que quelques cumulus grisâtres annonçaient une journée qui ne tarderait pas à tourner à l’orage. Atria était juchée en vigie sur les épaules de l’homme poisson géant, à six mètres quatre vingt de haut. La main en visière au dessus des yeux, elle annonça finalement l’arrivée de sa grande sœur qui débarqua quelques instants plus tard d’une navette qui faisait la transition une fois tous les six mois entre cette île autarcique et la civilisation la plus proche. Tout ce petit monde regagna la demeure familiale ou les festivités débutaient sous les meilleurs hospices. Les bras chargés de cadeaux, Mina commença la distribution tout en déposant sur la table une pile de journaux des dix dernières années ressassant les nouvelles du « grand monde » comme les habitants de l’île aimaient à l’appeler. Avide d’information, Kyokan se rua sur les journaux et commença à les éplucher, tandis que trois coups retentirent à la porte. Enthousiaste, Mina s’y dirigea le pas léger pendant que le reste de la famille déballait les présents en laissant apparaître des mines réjouie pour accompagner les « oh » et les « ah » de surprise qui se succédaient :

-Je ne t’ai pas oublié Kyokan, c’est ton cadeau qui frappe à la porte…enfin…en quelque sorte…il a fallu que je demande l’aide de huit personnes pour le porter jusqu’ici…je me suis dis que tu devais en avoir marre de pêcher avec des cures dents pour toi…

Elle ouvrit la porte, fière de son offrande, un sourire ravi illuminant son visage. Sur le seuil, un homme s’essuyant les gouttes de sueur qui perlaient sur son front lui tendit un papier en annonçant, l’air contrarié par l’effort fourni, que son Job s’achevait ici. Kyokan se leva et découvrit sur le pas de la porte un immense trident en acier de couleur ocre. Il le soupesa un instant avant d’enlacer sa demi-sœur. Tous s’installèrent dans le grand salon et chacun y alla de ses questions, pendant que le jeune garçon se replongea dans ses lectures informationnelles, feuilletant de plus en plus vite le numéro qu’il avait en main. Au plus fort d’une conversation familiale concernant la dangerosité des plantes sur certaines îles de Grand Line, Un cri étourdissant, mélange de rage et de désespoir, retentit dans tout l’habitat. Cette voix, c’était celle de Kyokan. Il se redressa d’un bond avant de balancer le journal au visage de Mina avec une violence que la famille ne lui avait jamais connu :

-Non…non…non…NOOOOOOOOOOONNNNNNNN…c’est quoi ces conneries…pourquoi t’as ramené une merde pareille ici espèce de garce !!! Tu sais bien que c’est impossible, c’est à moi de faire ça et à personne d’autre, c’est MON rêve…Bordel…comment peux tu te permettre de jouer avec mes nerfs comme ça…t’as envie d’y passer ou quoi ???!!!?

Un sentiment d’incompréhension générale régnait dans l’assistance pendant que les premières gouttes de pluie venaient caresser les fenêtres de l’habitation, en guise de prélude à une journée sombre. Mina, projetée au sol par la puissance de l’impact était en pleurs. Louis tentait de la relever, un air incrédule accroché au visage. Devant le surréalisme de la scène, Atria se saisit presque immédiatement du morceau de papier lancé par son ami de toujours, pour en lire la première page. Sur celle-ci, l’avis de recherche de Gol D. Roger avec en gros titre et sous-titres :

La mort du démon pour un monde en paix.
Hier, le seigneur des pirates Gol D. Roger a été exécuté. Après une longue traque, la marine, par l’intermédiaire de Monkey D. Garp, a finalement tenu son rang et débarrassé le monde du démon.

Le regard embué, Atria se figea, bredouillant quelques mots à peine audibles :

-Kyo…Kyokan…j…je ne comprends pas…la mort du seigneur des pirates a-t-elle quelque chose à voir avec tout ça ?

Des larmes de colère au fond des yeux, l’homme poisson déversa toute sa haine du moment:

- Tais-toi salope ! Ne parle pas de ce que tu ne connais pas…il n’est pas mort…il ne peut pas être mort…tu ne comprends pas, c’est impossible…non tu ne comprends pas…aucun de vous ne comprend…c’était à moi de vaincre cet homme…A MOI!!!

Atria reprit, d’une voix tremblotante, vacillant sur elle-même :

-M…mais…ça fait plusieurs années qu’il est mort maintenant…c’est un vieux journal…regarde la date…

En effet, Roger avait été exécuté plusieurs années plus tôt, mais ça, le garçon s’en fichait et chaque parole censée le calmer décuplait en réalité sa colère. Dehors, le ciel grondait comme pour donner un peu plus de valeur à cette folie soudaine.

-FERME LA, ATRIA ! TAISEZ-VOUS TOUS !

Dans un mouvement enragé, il se saisit du trident, le fit tournoyer en même temps que lui et faucha un à un les membres de cette famille qui l’avait accueilli à bras ouverts. Les hurlements de terreur succédaient aux cris de démence et la demeure entière fût détruite jusqu’à ce que le silence revienne. Kyokan s’effondra en constatant l’ampleur de son aliénation :

-NNNNNNNNNNNNNNOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNN…


Troisième vie

…Oui voilà…c’est comme ça que tout est arrivé…

L’orage gronde un peu plus à chaque seconde passée à attendre une mort désormais inéluctable. Ce qu’il vient de faire, jamais il ne se le pardonnera. Il pose sur son dos le lourd trident offert quelques heures auparavant. Il passe à son cou la boucle méticuleusement façonnée l’instant d’avant, contemple une dernière fois l’immensité de la mer, puis du bord de la falaise, regarde vers le bas. L’océan semble rire de son infortune, ses tourbillons bouillonnants du désir de l’accueillir entre ses bras. Il saute !

L’histoire aurait pu se terminer là, mais voilà, cette malchance qui le poursuivait depuis sa naissance lui refusait même la mort. Un éclair vint s’abattre sur la corde alors qu’il gisait au bout de celle-ci depuis déjà cinq bonnes minutes. L’attache d’acier s’électrisa en même temps que le corps du garçon fut pris de tremblements désarticulés, avant qu’elle ne se brise net entraînant Kyokan dans les profondeurs de la mer, non sans qu’il ait percuté une dizaine de rochers acérés pendant sa chute. Mécaniquement, son corps se gonfla, puis il dériva inconscient, pendant près de six mois, pour finalement échouer sur les côtes d’une île appelée l’île aux plantes.
Mani, un homme d’une soixantaine d’années le trouva étendu sur le sol, et le transporta tant bien que mal jusque chez lui. L’homme s’était construit une cabane au milieu des arbres, à l’endroit même où il peaufinait sa relation shamanique avec la nature environnante. En effet, Mani, qui avait atterri là par hasard, vivait seul sur cette île abandonnée à une jungle persistante et hostile pour ceux qui ne savaient communier avec elle. A l’aide des plantes, il cicatrisa lentement les multiples blessures de son invité qui se réveilla après quasiment cinq mois de soins intensifs. Kyokan vivait et une nouvelle chance s’offrait à lui…encore. Comme pour signifier que la leçon précédente n’avait pas été retenue, c’est sur un monde nouveau et inconnu qu’il ouvrit les yeux. Probable conséquence de sa tentative de pendaison autant que de sa chute et de son périple sous marin, il était frappé d’une amnésie presque totale, ne se rappelant que du prénom que Louis lui avait donné, des connaissances acquises et de son amour pour la pêche.

Il passa les années suivantes dans l’ignorance la plus totale, tandis que Mani lui enseigna tout ce qu’il savait à propos des plantes, leurs pouvoirs de guérison autant que leurs capacités à mettre hors d’état de nuire tout agresseur éventuel. Le shaman, qui devint son mentor, l’orienta également sur les chemins de l’introspection et de la sagesse, invitant l’homme poisson à réfléchir sur sa condition et ses ambitions. Dans le même temps, sans trop savoir pourquoi, Kyokan s’entraîna régulièrement au maniement du trident qui l’accompagnait et d’un filet de pêche qu’il se fabriqua, développant des techniques de pêche qu’il connaissait sans savoir comment il les avait acquises. Son physique prit le pas de cette évolution et il laissa ses cheveux pousser jusqu’à s’organiser en dreadlocks.

C’est par une après midi ensoleillée de sa trentième année sur cette île qu’il fit la connaissance d’Archibald, alors qu’il profitait de la chaleur ambiante pour se prélasser un peu sur l’une des plages de l’endroit. Les paupières closes, il sentit d’abord quelque chose lui chatouiller les mollets. Il rouvrit les yeux en sursaut pendant qu’une petite voix s’éleva enchaînant les mots à une allure folle:

-Hey mec ! Ca fait combien de temps que tu t’es pas lavé dis moi ? Attend une seconde, ça fait tâche toutes ces peaux mortes là, faut qu’tu fasses quelque chose tu sais, y en a qui sont passés au karcher pour moins que ça, et puis c’est tout sec en plus, ça manque d’hydratation c’t’affaire là, si tu veux que les filles te regardent faut prendre soin d’toi mec…aller t’inquiètes, tonton Archi est là pour arranger ça ! Ma devise c’est "Quand le grand Archi passe, les bactéries trépassent"…

Le curieux personnage se frotta les mains, puis se remit au travail au rythme d’une danse qu’il avait probablement inventé lui-même. Il aspira les peaux mortes à l’aide d’une protubérance buccale impressionnante puis saisit le sac sur son dos et en ressortit une éponge, une raclette et un tube de pommade. La peau bleue, il n’était pas bien grand, tout au plus une soixantaine de centimètres, possédait deux yeux globuleux, une houppette proéminente au dessus de laquelle se tenait une paire de lunettes de soleil, et une bouche énorme, complètement disproportionnée par rapport à l’ensemble. Il exhibait une nageoire dorsale rouge et verte, deux mains composées de quatre doigt chacune et deux jambes terminées par des nageoires remplaçants les pieds. Enfin, il était muni d’un sac à dos qui semblait contenir une foule d’objets et autres produits nettoyant pour le corps. Il releva la tête après quelques instants et continua :

-Aïe, aïe, aïe, tu sais qu’tu m’donnes du boulot mon grand, non mais c’est vrai, regarde toi, on n’a pas idée d’être aussi grand…au fait mon nom à moi c’est Archibald, il me vient de ma mère. Ouais, elle était fan d’Archibald Lechyner, mais si, tu sais, le plus célèbre acteur homme poisson…le seul en même temps ! Mais bon, appelle moi Archi mec, c’est plus simple. T’imagines même pas comment j’ai ramé avant de trouver c’diminutif. Archi balle de golf, Archi balle ai brosse et j’en passe, si si si, j’t’assure c’était pas facile avec tous ces p’tits requins d’la vanne…ah oui tu l’as sûrement deviné mais je suis un homme poisson du type poisson nettoyeur. J’te prends pas pour un imbécile hein, mais j’préfère que les choses soient claires entre toi et moi mec, et surtout va pas t’imaginer des choses parc’que j’suis en train d’t’astiquer, c'est pas mon truc les bonhommes tu sais...ok ? Hmmm…c’est quoi ton nom à toi ?

Aussi curieux que cela puisse paraître, Kyokan lui répondit. Ce fut le début d’une grande amitié et ces deux là ne se séparèrent plus depuis ce jour. Archi tout heureux d’avoir un compagnon qui paraissait assez fort pour le protéger des dangers se chargeait d’entretenir son hôte. Bien sûr le géant s’en fichait, mais ce nouveau camarade terriblement bavard l’amusait.

Au crépuscule de sa douzième année en compagnie de Mani, ce dernier passa l’arme à gauche. Sur son lit de mourant, il expliqua à l’homme poisson que la nature même de son espèce reflétait un avenir qui se dessinait autre part sur les mers et qu’il était temps de penser à quitter cette île, fort des divers enseignements qu’il avait reçu. Une fois le shaman enterré, Kyokan, accompagné d’Archi, décida de suivre le dernier conseil de son maître pour partir à l’aventure et se confronter aux regards du reste du monde.



Dernière édition par Ola le Mar 5 Oct - 18:06, édité 4 fois

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Ola le Mar 5 Oct - 15:19

Hop là, bonjour!

Première partie de la présentation terminé, je n'attends plus que vos avis pour voir si je peux passer au test RP.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Maître du Jeu de Hasard le Mar 5 Oct - 16:09

Clong Ola. Je dois t'avertir avant tout que être homme poisson et géant coûtent 2 capacités, et pour avoir 2 capacités de base il faut être niveau 4. Si tu veux en plus un pouvoir particulier (épine toxique) il faut aller jusqu'au lvl 7 pour avoir 3 capas de base. Atteindre le niveau 7 est très très difficile, et le 4 c'est déjà assez coriace donc tu devrais peut-être revoir un peu à la baisse les spécificités de ton personnage. Maintenant si tu me confirmes ton choix on y va, mais si tu n'obtiens pas le niveau 4 minimum une fois ta présentation finie tu devras sacrifier une des races, ce qui pourrait bien te pousser à le modifier depuis le début pour que ça colle.

PS: On n'a aucune info sur toi en tant que joueur, sans pour autant te demander ce que tu bouffes à midi mettre quelques infos ça peut être pas mal.

PS2: Il faut lire et accepter le règlement avant de poster, mets-toi en ordre s'il te plaît.

PS3: Tu n'as pas 92 ans, si tu viens ici pour te foutre de notre gueule je connais un moyen d'y remédier en quelques clicks.




Allons Invité, ce n'est qu'un petit billet d'humeur. HA HA HA HA HA!


C'est moi qui ai la carte au Trésor.


Spoiler:

[08:16:08] * Enarik Santa adule Hasard
[18:59:18] * Sieg von Wilhelm adule Hasard
[22:11:12] @ Edword Boobap : j'te kiffe Hasard
[22:51:49] * Marco idolâtre Thierry
[02:28:16] Morizui Ryuko : King Hasard !
[20:10:46] @ Marco : génial Thierry, magnifique
[20:15:12] @ Edword Boobap : ooooh ! merci hasard ! je t'adore !
[00:47:37] Mildeya Iko : Hasard, toi tu es le Démon!
[02:38:41] Danpachi : Haz', j'suis fan de toi :raid:
[20:24:55] @ Ambassadeur du Jeu Fou : fait un un mini lèche à hasard
[04:54:45] @ Nami : oh, j'ai rêvé de toi Has

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Ola le Mar 5 Oct - 17:17

Yop!

Peut être par un soupçon de prétention, sûrement par goût du défi et certainement parce que j'ai envie de jouer ce personnage comme il est apparu dans ma tête, je préfère laisser tel quel et tenter ma chance, mais merci de me prévenir.

Rep PS1 et PS3: Oula oula, que de susceptibilité. En effet je n'ai pas 92 ans et je n'ai mis aucune info sur moi, parce que je n'y accorde aucune importance en ce qui concerne un forum RP. Je joue un personnage et avec des personnages, après rencontrer des gens est un plus je te le concède, mais avant tout je prend plaisir à jouer et à écrire...bon ok, je suis peut être un peu associable aussi comme garçon^^. Cependant si je venais ici pour me foutre de la tronche de qui que ce soit je m'en tiendrais à quelques lignes d'écriture et j'essaierais d'être un peu plus subtile^^.
Ceci dit si ça te tient vraiment à coeur, je vais faire un effort sur ma présentation.

Rep PS2: Autant pour moi. J'ai oublié de signer les règles mais rassure toi, pas la lecture en détail. Je vais remédier à ça pour la signature.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Enarik Santa le Mar 5 Oct - 17:21

Hello Kyokan. Et bienvenue.

Je viens de lire ta fiche, donc j'me fends d'un petit commentaire. D'une manière générale, c'est bien écrit, c'est sympa à lire. Pas beaucoup de fautes, pas beaucoup de phrases alambiquées. Le concept de Géant-poisson est sympa, ça ouvre des possibilités en RP, même si certains crieraient peut-être au GBillisme, il ne tient qu'à toi de démontrer le contraire.

Si on entre dans les détails, j'aurais un ou deux doutes sur l'ensemble. Du genre, que devient sa mère depuis tout ce temps, en 3 vies il n'a pas eu l'occasion d'aller la revoir une seule fois ? Il n'a pas essayé de retrouver son père non plus ?

Je cerne assez mal aussi en quoi il est si malchanceux, toutes les crasses qui lui arrivent, il les provoque. Allez se frotter à Roger et revenir le cul rouge, c'est tout sauf une surprise ( d'ailleurs le Fdd de la lenteur est déjà à Foxy dans OP, donc le bonze de ton histoire marche sur ses plates-bandes, mais y'a moyen de trouver une parade à ce niveau. ). Donc petit doute là dessus, faudrait ptetre plus forcer le trait où argumenter en ce sens pour que la question ne se pose plus.

Concernant la boucherie des pêcheurs, c'est un peu dommage je trouve car assez classique voire banal dans le genre je pète un plomb butte tout le monde et le regrette derrière. Un peu facile on va dire, et comme tu as prouvé sur le reste de l'histoire que t'avais des idées à revendre, je te le fais remarquer. Du reste, c'est assez mal amené dans le sens où à aucun moment on n'a l'impression dans ton texte que le colosse regrette son passé ou s'enferme dans le mutisme pour essayer d'oublier ces évènements, mais plus qu'il procède ainsi parce qu'il est heureux tel qu'il vit sa nouvelle vie.

Pour finir, le schaman-toubib est un peu sous-exploité aussi, c'était peut-être la fatigue de fin d'histoire ou autre, mais il ressemble au PNJ dépannage qui te soigne t'enseigne un truc super cool et qui se casse après. Du reste, il y a un peu de cette sensation sur l'ensemble de la fiche où tout semble être mis à disposition pour justifier X ou Y capacité de Kyokan, mais c'est un peu tôt pour en juger de manière plus approfondie.

Bonne chance pour le test RP et le reste, bonne pêche et joyeux Halloween avec de l'avance. ( oui fallait finir sur un truc qui en jette )


EDIT : sans transition, normal c'est un edit, pour signer le règlement c'est là :Règlement ( bouh, il est pas gentil ce MJ-qui-donne-pas-les-liens, c'est pas bien )
avatar
Enarik Santa
Mister Black Day
Mister Black Day

Localisation RP : South Blue

Feuille de personnage
Points de vie:
750/750  (750/750)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Maître du Jeu de Hasard le Mar 5 Oct - 17:28

Je ne suis pas susceptible, mais le type qui débarque sans signer les règles (donc sans les avoir théoriquement lues) et qui ne prend pas la peine de se présenter un minimum avant de demander un personnage je ne l'accueille pas avec les serpentins et les cotillons, surtout s'il met n'importe quoi sur sa feuille (d'ailleurs note ton vrai âge stp, si tu as 10 ans et que tes parents nous attaquent en procès parce que les sirènes sont quasi les seins à l'air on aura du mal à faire passer qu'on pensait avoir affaire à un gars du quatrième âge). Maintenant je respecte ton droit de vouloir garder ta vie privée pour toi, mais à la limite mettre un petit "désolé de ne pas parler de moi, je n'ai pas trop envie de le faire sur un forum rp" ça met tout de suite plus à l'aise.

Donc aucun souci pour moi tant que tu as signé les règles, bonne défonce pour ton perso et surtout bon amusement. Tu peux te fier aux conseils de Santa, cette vieille carne s'y entend pour aiguiller les joueurs. Wink

Edit: Si il a lu le règlement il sait où aller pour le signer Santa, un peu de logique que diable. Very Happy




Allons Invité, ce n'est qu'un petit billet d'humeur. HA HA HA HA HA!


C'est moi qui ai la carte au Trésor.


Spoiler:

[08:16:08] * Enarik Santa adule Hasard
[18:59:18] * Sieg von Wilhelm adule Hasard
[22:11:12] @ Edword Boobap : j'te kiffe Hasard
[22:51:49] * Marco idolâtre Thierry
[02:28:16] Morizui Ryuko : King Hasard !
[20:10:46] @ Marco : génial Thierry, magnifique
[20:15:12] @ Edword Boobap : ooooh ! merci hasard ! je t'adore !
[00:47:37] Mildeya Iko : Hasard, toi tu es le Démon!
[02:38:41] Danpachi : Haz', j'suis fan de toi :raid:
[20:24:55] @ Ambassadeur du Jeu Fou : fait un un mini lèche à hasard
[04:54:45] @ Nami : oh, j'ai rêvé de toi Has

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Kobby le Mar 5 Oct - 17:50

Dernière remarque, les homme-poisson géants sont appelés Wotans dans One Piece.
avatar
Kobby
La brindille
La brindille

Localisation RP : South Blue, Gemeylrum
Rang/Grade : Sergent-chef

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Ola le Mar 5 Oct - 17:54

Yop Enarik,

En ce qui concerne la mère de Kyokan, j'avoue que je ne m'y suis pas intéressé préférant me concentrer le personnage lui même. quand à son envie de la revoir, elle n'est pas présente puisqu'il s'en souvient à peine au final.

Pour sa malchance, je me suis fait la même remarque que toi et j'en ai conclu que je développerais cet aspect de sa personnalité dans le RP.

Pour la boucherie des pêcheurs je ne peux, à mon grand désarroi, qu'être d'accord avec toi en ce qui concerne la banalité de l'évènement. Je n'ai donc rien à rajouter. En revanche, il ne peut regretter un passé dont il ne se rappelle que peu à peu au cours de son évolution entre zéro et quatorze ans.

Enfin pour la fin la lassitude m'a fait bâcler le passage et je vais l'améliorer.

En tout cas merci pour ces remarques constructives et hors période shamanique que je vais faire évoluer, si on me confirme que les autres points sont également à changer je m'y attèlerai.


Ps: Entendu Hasard, et pas de soucis^^ (j'ai édité au dessus de toute façon)

EDIT: Merci pour l'info Kobby, c'est noté.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Maîtresse du Jeu de l'Or le Jeu 7 Oct - 16:47

Bonjour, j'ai lu ta fiche et ne crois pas y avoir grand chose à redire par rapport aux commentaires déjà apportés.

Dans l'ensemble, le projet est ambitieux mais tu te donnes les moyens de réussir avec un style agréable. Quelques petits soucis de cohérence déjà abordés, et tu sembles parti pour les corriger donc sitôt tes modifications achevées, préviens nous que nous te donnions la valid pour poster ton test RP.
avatar
Maîtresse du Jeu de l'Or
Marraine de la Finance
Marraine de la Finance


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kyokan le tétrodon [Test RP en cours]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum